13/02/2008

Elections genevoises oui, GHI NOOOON !!!!

Ce n'est pas tous les jours que j'ai envie de voter oui à tout !
Pourtant, c'est évident cette fois-ci !
Réformer la constitution genevoise, bien sûr !
On pourrait songer à instaurer une société libertaire, où la démocratie ne serait plus liée au fric et conditionnée par des médias serviles. Où l'humanisme dépasserait les pesanteurs timides de religions dépassées.
Qu'est-ce qu'il prend à l'Alliance de gauche de rejoindre les neinsager de l'UDC pour ne rien changer ? Quoi, ce n'était pas cela le projet ? Mais puisqu'il s'agit d'en faire un nouveau, essayons !
Les TPG gratuits, assurément ! Pour que les gens lâchent leurs foutues bagnoles qui puent, polluent et tuent en ville, il faut que les alternatives soient plus efficaces et plus attractives. Comme le réchauffement climatique ne permet pas encore de faire du vélo, à sec en short et T shirt tous les jours, des trams, trolleys, bus, trains, métros efficaces confortables et gratuits sont la seule solution évidente pour venir à bout de la chienlit à deux et quatre temps. Même une ville flamande a compris cela et un socialiste belge francophone propose des trains gratuits. Mais ici, nos couilles molles socialistes et les populistes verdâtres font coeur avec la droite et l'extrême droite pour compter les dépenses sans compter les bénéfices et les économies de la gratuité ...
Interdiction de fumer dans tous les lieux publics, bien sûr ! Les multinationales du tabac assassinent tous les ans des millions de personnes avec la bénédiction des gouvernements qui se font, au passage, des couilles en or avec les taxes, souvent supérieures aux bénéfices des dealers de tabac. Il reste au contribuable à payer des hôpitaux et des médecins qui soignent des fumeurs au lieu de soigner des malades et aux économistes néo-libéraux à ajouter les profits du tabac et de la pub au coût de la médecine pour se réjouir de la croissance et de l'augmentation du PNB !
Et puis, ces enfoirés de fumeurs ont pué partout sous mon nez pendant toute ma vie, bien fait pour eux s'ils se les gèlent dehors demain, quand je serai confortablement installé au bistrot !
Interdire les molosses qui tuent ou risquent de tuer des enfants, des vieux et quelques adultes est bien, mais n'est qu'une demi- mesure : je les aurais volontiers euthanasiés. Combien faudra-t-il encore laisser tuer d'enfants pour en arriver là ?
Est-ce en souvenir des VOPOS que les communistes votent contre cette évidence ?

C'est bien gênant d'avoir envie de dire oui à tout...

Je me console en hurlant : GHI, NON !!!!
Explication pour les non genevois : Genève Home Information -GHI pour les intimes - est un journal gratuit d'annonces, de publicité pour le lobby automobile et tout ce qui est commercial qui encombre, tous les mercredis, toutes les boîtes à lettres du canton. Il s'y exprime aussi les opinions les plus réactionnaires et l'humour "gniolu" le plus consternant. Ne voulant pas que ce torchon pollue mon courrier, j'avais mis autrefois une belle étiquette de ma fabrication demandant à ce que ma boîte à lettre ne reçoive ni publicité, ni journaux, ni imprimés. L'adorable gardienne de l'immeuble, qui vient pourtant d'un sympathique pays du sud et pas d'outre Sarine, m'a fait remarquer que mon étiquette n'était pas comme celle des autres et que ça n'allait pas. Elle voulut donc m'en fournir une "conforme", mais celle-ci, offerte par GHI, mentionnait :
"Pas de publicité SVP, merci ! GHI, oui".
Je lui fis donc remarquer que, ce que je voulais, c'était la même avec "GHI non" ou, au moins, sans mention de cette offense à la culture. Il n'y en avait évidemment pas et l'on continue à abattre des arbres pour agresser ceux qui ne veulent pas de GHI et de ses semblables. La liberté, pour les libéraux, c'est celle des marchands de tabac, d'alcool, de bagnoles, de molosses, de GHI et autres pubs et propagandes  d'agresser des consommateurs captifs qui n'ont pas la liberté de leur échapper !
 
Eh bien, je suis  content de vous retrouver, mais terriblement nostalgique !
Hier, Salvador était encore là, et, avec lui, tous les rires, les rythmes et les tendresses qui rendent la vie supportable...
Merci Henri ! Avec Georges, Léo, Juliette, Jacques, Renaud et pas mal d'autres, on t'écoutera tant qu'on pourra !

20:09 Publié dans la politique, autrement | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.