27/06/2008

Etre le Costa-Rica de l’Europe !

    Une dizaine de pays possèdent de quoi vitrifier la Suisse avant le premier décollage d’un F18. L’armée nationale pourrait donc prier, mais ce n’est pas son rôle, ni son savoir-faire.
    L’Allemagne, l’Italie ou la France pourraient contrôler militairement la Suisse en 48 heures, au plus !
    Contre ces voisins envahisseurs improbables, le secret bancaire et nos compétences financières, commerciales, scientifiques et technologiques sont des armes beaucoup plus redoutables que la milice, les chars ou les fusils d’assaut.
    A part défendre, notre armée pourrait aussi attaquer. Mais, à part le Lichtenstein, on ne voit pas très bien contre qui ni pour quoi elle pourrait gagner.
    C’est encore pire qu’au foot !
    A la simple question « A quoi sert l’armée suisse ? », le puissant lobby militaire ne sait répondre que par des pirouettes ou par l’énumération de tâches nécessaires ou utiles de police, de protection civile, de mercenariat humanitaire ou d’interventions exotiques pour l’ONU.
    L’armée suisse n’est bien préparée pour aucune de ces tâches, qui ne font pas partie de son cahier des charges habituel et pour lesquelles elle est très chère et, selon les cas, incompétente ou médiocre.
    On dit souvent que le Costa Rica, petit pays calme, prospère, pacifique et protecteur de la nature, est la Suisse d’une Amérique qui vit, ailleurs, dans le désordre.
    Le Costa Rica n’a pas d’armée et s’en félicite, moralement et financièrement.

    Et si la Suisse devenait le Costa Rica de l’Europe ?

RSR

25.06.2008

PS : c'est formidable de vivre dans un pays où l'on peut dire cela à la radio, 

       il n'y en a pas tellement ! 

12:26 Publié dans rsr.ch | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.