01/07/2008

Festival de mes couilles !

    Je voudrais faire l’éloge du scrotum, ce sachet méconnu, charnu et si vivant qui enveloppe les testicules. Un organe fascinant, passionnant et injustement ignoré, pour cause de bonnes mœurs et d’accès difficile, du moins en auto observation !
    Les garçons se le tripotent volontiers, mais le connaissent mal : à moins d’être très fort en yoga, en optique ou en vidéo, pas moyen de regarder le sien confortablement ! Celui des autres peut être bien vu, mais au prix d’une demande, en générale délicate. Même les médecins et partenaires, souvent gênés, ne le regardent avec attention qu’au prétexte de pathologies inquiétantes.
    Seules les filles délurées, vraies connaisseuses (et des connaisseurs aussi, sans doute, mais je ne les ai pas fréquentés jusque là) observent donc, avec stupéfaction souvent, les mouvements incessants de roulement, de contraction, de déploiement de cette peau épaisse, plus ou moins sombre, irisée parfois, parcourue de veinules colorées et plantée, de ci, de là, de poils clairsemés, comme une savane arborée.
    L’autre jour, une obligation professionnelle à Marseille m’a fait inviter, par de vieux complices, pour un charmant week-end dans leur très belle maison, durement acquise par deux vies de labeur. Ils nous l’ont abandonnée le temps d’assister à une projection, au Festival de Cannes.
    C’était le paradis : jardin provençal et exotique, vue sur le maquis et la mer, piscine pour se rafraîchir et jacuzzi pour se réchauffer.
    Au diable l’écologie ! Pour une fois, l’eau chaude et froide, à deux, pendant des heures face au paysage de rêve, c’était trop bon !
    Malgré une certaine irritation, au sortir de l’eau, je n’avais pas compris que ce séjour gratuit allait me coûter la peau des couilles ! Le lendemain, mon scrotum avait séché et se fendillait comme la peau d’un serpent en train de muer, pour laisser la place à un tout neuf ! Il semble que le technicien responsable avait nettement forcé sur le chlore…
   

    J’en tirerai deux leçons :

- le scrotum est un avertisseur sensible et précieux, dont il est prudent d’écouter les signaux en cas d’agression, chimique au moins.

- un peu de propreté et de désinfection ça va,

trop de propreté ou de désinfection, bonjour les dégâts !

09:40 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.