29/07/2008

Demain, je me pacse avec un bonobo !

    J’ai toujours aimé les animaux avec passion et conscience d’appartenir à leur monde et au monde vivant en général.
    Les pétasses mondaines du mouvement PETA ont attiré ma sympathie en posant à poil contre les souffrances inutiles de la filière fourrure.
    Mais les délires des mouvements animaliers importés depuis peu du monde anglo-saxon témoignent d’une méconnaissance totale du monde vivant.
    Les « antispécistes » radicaux voudraient que les autres espèces animales bénéficient de la même considération éthique, morale et juridique que la nôtre. Pour faire bref, j’y vois deux objections et une piste à suivre.
    D’abord un antispéciste radical ne devrait plus faire un pas dans une forêt ou un jardin, sous peine d’écraser atrocement des centaines de collemboles, animaux pour lui aussi dignes de respect qu’un chat ou un enfant.
    Ensuite, il ne devrait pas manger de plantes non plus, puisque le règne végétal est concerné par notre article constitutionnel idiot sur la prétendue « dignité de la créature ». Ou alors, ce serait du « règnisme » …
    Il lui resterait donc à crever de faim, sur place, sans bouger !
    Enfin, si nos nouvelles lois sur la protection animale suivaient un jour les idées de ces cinglés, la reconnaissance de droits égaux aux grands singes leur permettrait de rentrer de plein pied dans notre monde.
    Elle nous ouvrirait des perspectives inédites : demain, je me pacse avec un bonobo, le plus lubrique des chimpanzés ! Ma copine veut bien, mais elle prétend faire mieux…

RSR1, 8.07.2008
   

19:06 Publié dans rsr.ch | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

06/07/2008

Pluie de la science !

    Après le soleil d'hier, les orages ou la pluie...BBQ et sortie en plein air fichus.

    Vous en avez marre du foot et de la télé...   

    Eh bien profitez de la Nuit de la science pour encore cinq heures si vous n'êtes pas  loin :

    Bien à l'abri sous les tentes, vous aurez les démonstrations, les consultation, les spectacles et les informations des scientifiques presque pour vous tout seuls !                                             

    Plus besoin de faire la queue comme hier !                                                                                                                                               

    A tout de suite ...

15:04 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

05/07/2008

Nuit de la science

    Pour notre bien et notre mal, nous vivons dans le monde de la recherche scientifique et technique, depuis la domestication d’animaux et de plantes, il y a plus de dix mille ans.
    Jusqu’aux débuts de la conquête de l’espace, science et technologie, qui avaient rendu notre monde plus confortable pour une majorité de privilégiés, bénéficiaient d’une image très positive. Elles remplaçaient même les religions comme miroir aux alouettes de l’espoir, car leurs inconvénients restaient discrets.
    La société technico- financière d’aujourd’hui, et les médias qui y font l’opinion, propagent une vision négative d’une science sans laquelle, pourtant, ils n’existeraient pas. Au point qu’il est  difficile de trouver aujourd’hui les ingénieurs et techniciens dont nous avons besoin. Les vocations scientifiques sont devenues presque aussi rares que les vocations religieuses, du moins en occident !
    Fondée par Ninian Hubert van Blijenburgh et Alain Vaissade, poursuivie par Béatrice Pellegrini et Isaline Stael- Gretsch, la Nuit de la science nous rappelle que la science est omniprésente dans notre quotidien. Des dizaines de scientifiques bénévoles, de l’université et d’ailleurs, y répondent, à la demande, en termes simples, aux interrogations ou aux inquiétudes de dizaines de milliers de visiteurs. Ils expliquent leurs travaux, leurs doutes et surtout le bonheur que leur procure la pratique des sciences. Une science source de plaisir et de jeux, mais qui prépare le savoir nécessaire à notre vie de demain. Et qui, espérons-le, suscitera de nouvelles vocations…

RSR 2 juillet 2008 

12:31 Publié dans rsr.ch | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/07/2008

Festival de mes couilles !

    Je voudrais faire l’éloge du scrotum, ce sachet méconnu, charnu et si vivant qui enveloppe les testicules. Un organe fascinant, passionnant et injustement ignoré, pour cause de bonnes mœurs et d’accès difficile, du moins en auto observation !
    Les garçons se le tripotent volontiers, mais le connaissent mal : à moins d’être très fort en yoga, en optique ou en vidéo, pas moyen de regarder le sien confortablement ! Celui des autres peut être bien vu, mais au prix d’une demande, en générale délicate. Même les médecins et partenaires, souvent gênés, ne le regardent avec attention qu’au prétexte de pathologies inquiétantes.
    Seules les filles délurées, vraies connaisseuses (et des connaisseurs aussi, sans doute, mais je ne les ai pas fréquentés jusque là) observent donc, avec stupéfaction souvent, les mouvements incessants de roulement, de contraction, de déploiement de cette peau épaisse, plus ou moins sombre, irisée parfois, parcourue de veinules colorées et plantée, de ci, de là, de poils clairsemés, comme une savane arborée.
    L’autre jour, une obligation professionnelle à Marseille m’a fait inviter, par de vieux complices, pour un charmant week-end dans leur très belle maison, durement acquise par deux vies de labeur. Ils nous l’ont abandonnée le temps d’assister à une projection, au Festival de Cannes.
    C’était le paradis : jardin provençal et exotique, vue sur le maquis et la mer, piscine pour se rafraîchir et jacuzzi pour se réchauffer.
    Au diable l’écologie ! Pour une fois, l’eau chaude et froide, à deux, pendant des heures face au paysage de rêve, c’était trop bon !
    Malgré une certaine irritation, au sortir de l’eau, je n’avais pas compris que ce séjour gratuit allait me coûter la peau des couilles ! Le lendemain, mon scrotum avait séché et se fendillait comme la peau d’un serpent en train de muer, pour laisser la place à un tout neuf ! Il semble que le technicien responsable avait nettement forcé sur le chlore…
   

    J’en tirerai deux leçons :

- le scrotum est un avertisseur sensible et précieux, dont il est prudent d’écouter les signaux en cas d’agression, chimique au moins.

- un peu de propreté et de désinfection ça va,

trop de propreté ou de désinfection, bonjour les dégâts !

09:40 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |