03/12/2008

Raison ET émotions !

J’ai l’habitude de voter pour des initiatives rejetées, qu’il s’agisse de débarrasser la Confédération d’une armée inutile et ruineuse ou de faire reculer l’usage des bagnoles, fût-ce quelques jours par an.
Ne l’ayant pas votée, je ne m’associe pas aux critiques des politiques et professionnels contre l’initiative sur l’imprescriptibilité des actes pédophiles.
Selon le chœur des vaincus, l’émotion l’aurait emporté sur la raison.
Ce texte maladroit, difficile et dangereux à appliquer – mais c’est là que l’on attend les politiques et les professionnels ! – aborde une réalité qui relève autant de la raison que de l’émotion.
Lesquelles ne sont pas toujours contradictoires !
Les actes de barbarie contre les enfants sont aussi immondes que les crimes contre l’humanité, dont beaucoup de pays refusent la prescription.
Ils sont d’autant plus graves si commis par des prêtres donneurs de leçons de morale ou des éducateurs donneurs de leçons de vie, à qui l’on confie les enfants.
Au delà de l’initiative, il faut tout mettre en œuvre pour en éviter l’insupportable récidive.
Hitler ou Ben Laden avaient peut-être eu une enfance difficile qui explique leurs crimes. Elle ne les justifie pas pour autant et aucun pardon chrétien n’aurait dû leur permettre de récidiver.
La difficulté sera de définir où finit la preuve d’amour et où commencent les délits ou les crimes dans les gestes, parfois inconsciemment ambigus, adressés aux enfants.
Il faut espérer que, dans ce domaine, les législateurs et les juges sauront exercer toute leur raison sans, pour autant, laisser toutes leurs émotions au vestiaire …

RSR1 03 – 12 - 2008

10:19 Publié dans rsr.ch | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.