10/12/2008

Classer n’est pas jouer !

Les citoyens genevois ne sont heureusement pas à l’image de Mr Staufer, dont les éructations représentent certains…
Ce qui m’étonne, c’est sa confiance dans l’enquête PISA qui « classe » les systèmes scolaires d’après des performances d’élèves pondérées n’importe comment.
Que Genève soit dernier, près des autres cantons romands,  dans une enquête organisée, au niveau national, par une majorité d’une autre culture n’est pas étonnant !
Personne ne sait réaliser des enquêtes indépendantes de la culture !
Des cultures différentes n’ont pas les mêmes objectifs d’apprentissage et n’accordent pas le même poids à différentes matières, connaissances ou performances.
Il y a pire : l’université de Genève se vante d’avoir progressé, l’an passé, parmi les cent premières au monde.
Qui fait le classement ? C’est un JOURNAL anglo-saxon !
Quelles sont les universités les mieux classées ?
Toujours des universités anglo-saxonnes !
Que faut-il faire pour participer ?
D’abord payer très cher au journal, ce que refusent la plupart des universités qui préfèrent investir ailleurs que dans l’auto - anglo – satisfaction … et restent hors compétition, quelle que soit leur qualité d’enseignement et de recherche.
On a donc payé cher pour participer à un classement biaisé et dépourvu de sens puisque la plupart des universités n’y participent pas.
On achète ainsi un argument promotionnel aussi bidon que l’enquête PISA, un peu comme ces diplômes falsifiés proposés, moyennant finance, sur internet.
Ce qui rassurera les citoyens – cancres, c’est que les pires élèves fassent la meilleure université ! Dans les classements du moins …

RSR 1 10-12-2008
 

18:03 Publié dans rsr.ch | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.