22/01/2009

Obama n’est pas noir !

1530585801.jpg

Qualifier Monsieur Obama de noir est une erreur grave qui montre que le langage des commentateurs de nos médias n’est pas sorti de la ségrégation raciale.
Celle-ci classait noir celui qui avait une « goutte de sang » noire, soit un seul ancêtre africain, fût-ce parmi 256 ancêtres à la huitième génération.
Mais on n’était pas blanc si l’on avait 1, 2 ou même 255 ancêtres blancs, puisqu’il s’agissait de préserver la prétendue « pureté » de la soi disant « race blanche ».
Pas mal de prétendus noirs américains ont donc une majorité d’ancêtres européens.
Sortir du vocabulaire raciste impose de ne pas considérer Obama comme noir ou blanc. Ni même comme noir et blanc, ou métis, tellement ces expressions sont dépourvues de sens biologique.
Compte tenu de ses origines bi – continentales, Obama pourrait, contrairement à beaucoup d’autres, être qualifié à juste titre d’afro américain.
Mais si l’on étend ce terme à tous les descendants d’esclaves des Amériques, il faudra en remontant plus le temps, nous qualifier d’afro - européens.
Je n’ai rien contre ! Mais, comme les humains modernes viennent sans doute tous d’Afrique, à plus ou moins long terme, l’afro ne signifie plus rien !
Le principal mérite de Barack Obama est, à ce jour, de rappeler l’unité de notre espèce à la face du monde et que les races humaines n’existent que dans la tête des racistes.
Quoi qu’il fasse, ses succès et ses échecs seront ceux d’un individu et d’un pays, pas ceux d’une race ou d’une ethnie.
Succédant à Calamity Bush, il aura, d’ailleurs, du mal à faire pire !

RSR 1  21-01-2009

 

10:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.