03/02/2009

Mon témoignage en faveur de Siné attaqué par la LICRA-France

Ce que j’ai à peu près dit…(d’après mes souvenirs et les notes de Julie)
Monsieur le Président,
J’ai eu des relations de coopération et d’amitié avec toutes les parties.
Généticien, spécialiste de la diversité des populations humaines et de l’histoire des peuplements, je suis souvent appelé pour des conférences, débats, prêts et présentations d’expositions scientifiques par les associations anti - racistes. Par déontologie je n’appartiens à aucune, mais je réponds à leurs demandes chaque fois que possible. Je suis souvent intervenu bénévolement pour la LICRA  en sections locales ou au niveau national. Encore à Lille l’an passé et j’ai beaucoup d’amis dans cette association comme dans les autres.
J’ai écrit des chroniques scientifiques dans Charlie Hebdo de 1992 à 1995, mais j’ai arrêté sans conflit parce que le Philippe Val censurait, modifiait ou dénaturait mes écrits et même mes interviews sans mon accord.
Depuis l’an passé, j’écris une chronique scientifique dans Siné Hebdo. Je connais Maurice Sinet depuis plus de trente ans. Au delà de ses talents de dessinateur et humoriste, j’apprécie particulièrement ses engagements depuis toujours contre toutes les formes de racismes, contre les injustices de la colonisation, pour la laïcité et la liberté d’expression.
Nous savons aujourd’hui que les six milliards d’humains actuels ont une origine commune relativement récente depuis une petite population de la préhistoire. Leurs descendants ont constitué un réseau génétique mondial, sans frontières biologiques depuis les inventions de l’agriculture et la multiplication des effectifs, il y a douze mille ans. La diversité biologique humaine ne se classe donc pas en termes de races.
La notion de race humaine est dépourvue de sens biologique. Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’a pas de sens culturel, et encore moins que la diversité physique ou le racisme n’existe pas ! La loi des Etats – Unis a habilement reconnu ce fait en 2000 en décrétant que désormais chacun déclarerait une ou plusieurs races auxquelles il se sent appartenir. Ce qui en fait un arbitraire socio culturel.
Pour en venir aux textes jugés aujourd’hui, le premier, qui critique les pratiques vestimentaires ostentatoires des ultra religieux musulmans ou chrétiens sur la voie publique, est dans la ligne de multiples dessins et textes parus dans Charlie Hebdo. Il est beaucoup moins offensant pour la communauté musulmane que la publication des caricatures de Mahomet, que j’approuve cependant, comme la LICRA, au nom de la liberté d’expression.
Le deuxième texte ne concerne aucune communauté, mais le seul Jean Sarkosy, qui n’est pas juif, mais aurait pu se sentir diffamé. Je ne vois pas ce qui fonde la LICRA à s’en faire l’avocat par une interprétation allusive et abusive.
Je m’étonne que la LICRA perde son temps et le nôtre à poursuivre Siné pour une telle interprétation. Surtout en des temps où la lutte contre le racisme et l’antisémitisme utiliserait beaucoup mieux ses moyens et ses énergies ailleurs.
Me Jakubowicz, pour la LICRA, partie civile, me demande  si j’ai lu la chronique de Monsieur Bernard Henri Lévy parue dans Le Monde
Réponse : Monsieur le Président, les écrits de Monsieur Bernard Henri Lévy m’ennuient profondément ! Je ne les ai pas lus…

08:26 Publié dans franco-franchouillard | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.