14/02/2009

Ils te volent aussi ta recherche !

Hormis des demeurés ultra - libéraux et écolos, chacun pense que les gouvernements doivent financer une recherche susceptible de trouver des remèdes à la crise écologique préparée par nos modes de vie actuelle.
Peu de gens, toutefois, se préoccupent du devenir des sommes investies. C’est comme le denier du culte, les subventions aux banques et à l’industrie, ou bien les dons aux ONG : on est content de sa BA et peu importe si le pognon nourrit des curés pédophiles ou fait voyager des bobos parasites de chez nous parmi la misère affamée et les beaux paysages du monde.
La science produit du savoir, à travers ses publications, et du savoir faire, à travers des brevets. Le savoir est aujourd’hui, en occident et dans le monde entier, accaparé par un très petit nombre d’éditeurs privés, anglo-saxons pour la plupart, qui décident arbitrairement de ce qui sera publié et diffusé, ou pas, des résultats des chercheurs.
Ainsi, à côté de résultats significatifs indiscutables, des revues comme Nature, Science ou les comptes rendus de l’Académie des sciences étasunienne publient sans cesse, par idéologie, recherche du scandale qui fait vendre, ou copinage, des « résultats » aussi faux que « le chromosome des Cohen », la « mémoire de l’eau », la « fusion à froid », le « gène de l’infidélité » et autres conneries que n’importe quel étudiant de première année devrait savoir débusquer.
Sachant que les brevets enrichissent aussi les privés, entre l’invention et le produit qu’ils nous vendent, la recherche fonctionne donc, depuis longtemps, selon la recette « néo - libérale » : nationaliser la dépense, privatiser les bénéfices !

Siné Hebdo N°5

12:15 Publié dans dédé siné | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.