05/03/2009

Pas de « miroir des idées » !

Les cerveaux animaux possèdent des cellules qui font ressentir et prévoir, sans bouger, les mouvements d’un autre.
Nous pouvons ainsi les anticiper et coordonner nos mouvements avec.
Par exemple pour une danse, une pariade sexuelle ou un jeu avec un partenaire.
Ces cellules font qu’un impotent peut anticiper l’entrechat d’une danseuse étoile.
Elles sont poétiquement appelées « neurones miroirs ».
Il n’y a malheureusement pas de neurones miroirs autres que les circuits lents de la rationalité pour comprendre les idées des autres.
Sinon, les israéliens comprendraient que leurs menaces de pays armé de missiles nucléaires poussent les iraniens à s’équiper.
Pour le pire des deux peuples et l’appétit des pétroliers et du lobby automobile qui rêvent d’une nouvelle bonne affaire : que les iraniens, comme les irakiens, paient en pétrole un prétendu « rétablissement de la démocratie ».
Dans ce conflit encore, le racisme occidental se refuse à considérer le point de vue des autres civilisations.
Sauf si elles ont des moyens de dissuasion équivalents, forçant au compromis dans lequel l’autre devient partenaire, plutôt que proie.
La dépendance économique sino américaine, par exemple, rend le militaire inutile et dérisoire entre les deux pays.
Dans de nombreux problèmes politiques et sociaux, les solutions paraissent simples.
Mais les émotions et les agressions qui y font obstacles sont plus difficiles à régler qu’un corps de ballet, faute de miroir des idées, faute d’identification à l’autre !

RSR1 04-03-2009

08:58 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.