27/03/2009

Big Brother du pauvre

Deux étranges marchés publics de l’état français ont déclenché une nuée de délires sur internet. Il s’agissait, dans les deux cas, de « veille de l’opinion », en matière d’éducation nationale pour cent mille euros, d’enseignement supérieur et recherche pour cent vingt mille. Bref, on offrait deux cent vingt mille euros à des privés pour un suivi de l’opinion des citoyens, avec analyse de ses acteurs et de son fonctionnement, sur les objectifs des ministères et leurs actions.
Contrairement à beaucoup, je ne suis pas choqué que les ministres veuillent connaître l’opinion et son évolution dans leurs domaines. Cela fait même partie de leur boulot ! Il y a, pour ça, des moyens simples dont on n’use guère sous Sarkozyzy : consultation et dialogue avec les fonctionnaires concernés, les organisations et syndicats représentatifs des étudiants, des jeunes, des élèves, des enseignants, des personnels et des parents d’élèves. C’est direct, efficace et quasi gratuit !
Au lieu de ça, on va demander à une ou deux agences à fric privées forcément nulles (pour deux cent mille balles, t’as rien dans ces milieux !) de monter des FBI du pauvre pour surveiller l’opinion !
Face à un projet aussi nul, on souhaiterait qu’il ne s’agisse que d’incompétence des sous - politiques et sous - fonctionnaires qui l’ont lancé. A moins que ce ne soit la dilution locale d’une mauvaise idée de plus de la CEE, comme le suggère un document.
On attend la liste des candidatures aux appels d’offre et le palmarès pour savoir quels copains des décideurs ou coquins récupèreront ce pourboire …

In Siné Hebdo N° 11

15:19 Publié dans dédé siné | Tags : opinion, éducation, recherche, marché, cee | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.