13/05/2009

Ville de Genève : la politique de la culture brûlée …

Genève est une capitale culturelle francophone par les penseurs et savants qu’elle a produits ou hébergés.
Elle le reste par les moyens importants qu’elle consacre, pour une petite ville, à ses institutions culturelles.
On attend que cette volonté produise, dans l’harmonie et le consensus, de multiples réalisations créatives et séduisantes.
Ce fût souvent le cas, jusqu’à l’arrivée de Patrice Mugny comme magistrat chargé de la culture et de son directeur Boris Drahusak, il y a deux législatures.
Depuis, il ne se passe pas trois mois sans qu’un scandale éclate autour d’un établissement du Département concerné.
La presse a titré :
- sur le Musée d’Histoire des sciences, pour une tentative de promotion canapé,
- sur le Grand Théâtre pour l’organisation d’une rébellion contre la direction et la diffusion publique d’un audit,
- sur le Musée d’Ethnographie pour l’instigation d’une cabale et la mise à pied arbitraire d’un directeur renommé,
- aujourd’hui sur le Musée d’Art et d’Histoire pour la mise à pied du directeur et la diffusion d’un audit malveillant,
Le point commun de ces affaires est une politique inhumaine vis à vis des cadres et des personnels du Département de la culture.
Après l’échec cuisant de la maison de la danse et de bien d’autres projets, on confie le Musée d’Ethnographie de Genève à un directeur dont les activités privées sont contraires à la déontologie.
Le bilan de l’équipe Mugny – Drahusak est désastreux !
Seuls les régimes totalitaires dirigent la culture, en faisant tomber les têtes de ses acteurs.
Quand les politiques pensent qu’il faut changer tout le monde, il est temps de changer les politiques !


RSR 1 13-05-2009

10:05 Publié dans rsr.ch | Tags : ville de genève, politique culturelle, musées, conflits | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.