27/07/2009

Science pour tous !

Dieu peut-il tuer la science ? C’était la question de la Radio Suisse Romande pour le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin. Ceci pour évoquer les offensives des sectes de tout poil contre l’enseignement de la biologie dans les écoles. Car, comme nos inspecteurs généraux de l’éducation nationale, leurs homologues suisses paniquent devant les gamins qui brandissent la bible, le coran ou le kama soutra et expliquent que les profs qui racontent l’histoire de la vie seront transformés en merguez ou en crapauds tandis qu’ils recevront soixante dix vierges ou le droit de prier pour l’éternité (je préférerais les vierges, mais soixante dix, c’est beaucoup !).
Face à moi, un allumé créationniste qui veut surtout vendre son bouquin, un gentil petit sous - pape qui représente mal le führer du Vatican et une théologienne anti – pape, alliée de circonstance contre les hypocrisies biblico - cathologiques.
Et Dédé – le démon de rappeler que le but de la science est de mettre d’accord, si possible, des gens de cultures et d’origines différentes sur l’état du monde qui nous entoure et sur le peu que nous savons de nous mêmes. Que la science n’est pas une théologie et n’a pas à être complète et à avoir réponse à tout. Qu’elle est plus forte de ses doutes que de ses certitudes. Que nos bonnes questions sont plus sérieuses que leurs mauvaises réponses. Et que s’ils veulent croire que nous serons transformés en merguez ou en cafards après la mort, ou bien qu’un baba-cool a fait des miracles il y a deux millénaires, c’est leur problème, mais que ce n’est pas une raison pour l’infliger aux gamins et nous briser les couilles !

In Siné Hebdo N° 24

23:14 Publié dans dédé siné | Tags : dieu, darwin, science, théologie, éducation | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/07/2009

RELIGION : BUVEUR !

Il faut vraiment être pisse-vinaigre pour trouver les tropiques tristes ! Je me suis rarement autant marré que sous les tropiques, dans la brousse autour de Kédougou, Sénégal, à la frontière de la Guinée et du Mali.
Les ethnies locales sont surtout musulmanes, mais des Malinkés y gardent des religions d’avant l’Islam. Dans celles-ci, un point essentiel est la consommation rituelle, puis hédonique, de bière de mil (dégueulasse !), de vin de palmier rônier (mieux, mais maux de tête si trop fermenté) ou d’hydromel (délicieux !).
Ces braves gens résistent depuis des siècles à l’Islam. Du coup, les missionnaires chrétiens leurs tombent dessus comme des mouches, les croyant naïvement plus faciles à convertir que les musulmans ! Mais l’exigence de monogamie est irréaliste pour les gens importants, qui ont deux ou trois femmes et les enfants correspondants.
Les marabouts musulmans sont plus habiles dans leur prosélytisme et admettent la polygamie. Mais ils ne considèrent comme musulmans que ceux qui abandonnent les boissons fermentées (à l’exception de l’alcool de menthe, médicament !).
Contrairement à beaucoup, mon grand frère Moussa, amoureux de ses deux femmes et sobre comme notre Bob, n’était pas trop embarrassé de n’être ni musulman, ni chrétien. Quand on lui demandait sa religion, il répondait fièrement : buveur !
Dommage qu’il suce aujourd’hui la sève de rônier par la racine. C’est sans doute le seul théologien qui aurait pu faire fléchir tant soit peu notre enfoiré de patron …

In Siné Hebdo N° 21








03:58 Publié dans dédé siné | Tags : religion, alcool, polygamie, siné | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/07/2009

Orgasmes belges

Un chercheur et une revue, dont nous tairons les noms pour ne pas leur faire de publicité, ont publié une recherche décapante.
Seize étudiantes (l’échantillon est petit, mais le chercheur, écossais, limite les frais !) de « l’Université de Belgique » (comme s’il n’y en avait qu’une !) ont été priées de remplir un questionnaire sur leur sexualité, puis de déambuler dans un lieu public où on les filmait. Un jury de sexologues et étudiants en sexologie, « spécialement formés », décidait ensuite, au vu de leur démarche, qui avait des orgasmes vaginaux. Ses réponses auraient été « exactes à plus de 80% », selon le questionnaire dont il ignorait les données. Suit une flopée d’informations et d’interprétations contradictoires, dont on retient que les orgasmeuses vaginales allongent plus le pas et roulent plus les fesses.
Le taux de succès serait déjà 50% si les réponses avaient été données au hasard. Sur 16, les 30% de plus représentent 5 étudiantes, ce qui relativise la performance.
Notre chercheur doit être candidat aux « Ig Nobels », qui récompensent les recherches les plus débiles et les plus inutiles de l’année ! Sa démarche, si j’ose dire, évoque un psychanalyste machiste d’autrefois, qui prétendait reconnaître, par un « syndrome des fesses serrées », les femmes peu épanouies qu’il croisait.
L’épanouissement ou le mal de vivre influencent certes nos postures et nos démarches. Filmer et mater des étudiantes pour spéculer sur leurs orgasmes est moins pénible que bien des travaux de labos. Moins innovant aussi !

In Siné Hebdo N°20

13:26 Publié dans dédé siné | Tags : orgasme vaginaux, sexologie, belge, démarche, épanouissement | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

08/07/2009

Insupportables ados !

Les ados sont insupportables, mais ce sont nos enfants !
Le titre du livre d’Etienne Liebig résume tout !
Educateur et chercheur, Etienne Liebig vit avec des adolescents de tous les milieux les depuis trente ans.
Dans un langage, simple et drôle, il raconte les extra terrestres que deviennent nos enfants à la montée des hormones.
Ils sont lourds, menteurs, violents, stupides, pénibles, primaires, incultes, inconscients, et je vous épargne le pire !
L’auteur explique, avec une rare pertinence, pourquoi ils sont ainsi, du moins dans notre société actuelle.
Au premier rang, l’indéfinition et la versatilité de leur statut.
Une fois, on leur demande d’être autonomes, la suivante, sans prévenir, on les traite comme des enfants.
Pour tout ce qui concerne les plaisirs – sexe, sorties, horaires … - on les infantilise…
Mais pour les obligations – scolarité, choix professionnels,…- ils devraient être des adultes responsables !
Une double contrainte inacceptable…
Elle explique en partie leur versatilité, leur hostilité et l’échec de nos pédagogies.
L’OPA des marchands et de la pub sur leur pouvoir d’achat abuse de leur recherche d’identité, d’adaptation sociale et de leur besoin de transgression.
Ces ados ne sont que ce que nous avons été, dans une société qui se cherche, et où il est plus difficile de se trouver.
Etienne Liebig nous offre, aux éditions Michalon, une lecture jubilatoire, plus pertinente que les divagations des psys en été.
Elle vous aidera à regarder avec amour et humour les mollusques que vous trainerez en vacances, 
…Même s’ils sont insupportables…

RSR1 08-07-2009

Réf : Les ados sont insupportables, ... mais ce sont nos enfants ! par Etienne Liébig, éd. Michalon, Paris

13:18 Publié dans rsr.ch | Tags : ados, adolescents, responsabilités, adultes, enfants, amour, humour | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/07/2009

Vive le sport !


Un tumulte d’hélicoptères en rase-mottes aurait pu faire croire à un tournage de la guerre du Viet Nam.
La ville était bouclée, ses habitants cloîtrés, ou bien chassés par les envahisseurs et la police.
Ç’ aurait pu être tournage d’un film écolo vu du ciel, style Home, bilan carbone maximum.
Mais non !
C’était le championnat de Belgique de cyclisme qui pourrissait le week - end d’une charmante bourgade.
Une armada de 4x4 et de caravanes géantes avait amené quelques montures de « mobilité douce ».
Quelques dizaines de drogués faisaient dix sept fois un circuit de rats en cage entre des dizaines de kilomètres de barrières.
D’énormes camions, avant et après, installaient puis retiraient le tout, ainsi que des dizaines de tribunes et de tentes pour manger gras et boire beaucoup.
Accoutrés de T shirts de leurs idoles, les supporteurs s’alcoolisaient du matin au soir.
Les canettes et les bacs à frites polluaient les rues et les jardins du parcours.
Un animateur, avec cent mots de vocabulaire, demandait son « projet » au champion local, médaille de bronze la fois d’avant.
Devinez la réponse !
En une demi heure, on a dit trois fois la gloire du drapeau tricolore « le plus beau du monde » !
Pour une fois, les bleu – blanc - rouge ont trouvé leurs maîtres en matière de crétinisme nationaliste !
Les sages, du village, étaient partis.
Les autres, bloqués, regardaient souvent la course … à la télé.
Le lendemain, parmi les détritus, les commerçants pleuraient la recette du week end, les clients n’ayant pas pu accéder aux magasins…
Vive le sport !

RSR1 01-07-2009

19:18 Publié dans rsr.ch | Tags : sport, cyclisme, pollution, bruit, nationalisme, abus, libertés | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |