30/09/2009

Relations internationales et diversité culturelle

L’interminable dialogue de sourds entre nos gouvernants et le chef tribal libyen est lamentable.

Il illustre la difficulté d’accord entre des personnes de cultures trop différentes.

Ainsi que l’impréparation de nos gouvernants à ce genre de tâche.

Que n’ont-ils lu Edward Hall ou Desmond Morris !

Ou bien suivi des formations comme celles que Hall donnait aux diplomates étasuniens en partance pour d’autres cultures…

Il faut savoir que, par politesse, un oriental ne saurait dire non à un hôte prestigieux.

Il laisse donc penser qu’il répond oui, même si on lui demande l’impossible, ou bien ce qu’il ne veut pas concéder.

Et qu’il ne concédera pas, bien sûr, une fois l’honorable invité reparti…

Pas étonnant, dès lors, que notre président soit rentré bredouille en clamant, à tort, avoir gagné !

La situation n’est certes pas simple avec un énergumène comme Kadhafi.

Surtout quand des vies, qui ne comptent pas pour lui, mais sont prioritaires pour nous, sont en jeu.

Mais sous-estimer son habileté et son imprévisibilité après quarante ans de survie au pouvoir est ridicule.

Nos plus hauts gouvernants n’auraient pas dû s’exposer, avec naïveté, sans faire écouter la partie adverse par des oreilles expertes en culture locale.

Une culture qui implique, en particulier, de ne rien céder sur un « honneur » bien mal placé.

Chacun doit avoir l’impression et l’air de gagner, vis-à-vis des siens, dans tout marchandage.

Faute de quoi, toutes les remises en cause sont possibles et les accords passés restent lettres mortes !

RSR1 30-09-2009

09:07 Publié dans rsr.ch | Tags : cultures, communication, diplomatie, orientaux, kadhafi, marchandage, honneur | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.