21/05/2010

Topless !

- Pourquoi les hommes ont-ils des tétons alors même que ce qui est inutile disparaît généralement lors de l'évolution?

Cette question, posée par une jeune femme, m'a été relayée par le site www.tsrdecouverte.ch (Questions à un biologiste) de notre télévision romande. Vous trouverez une version vidéo de la réponse, merveilleusement illustrée par Tanya Chytil, (encore qu'il est question de tétons masculins, mais il faut bien comparer...) sur

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&channel=info#program=25;vid=11913134

Mais, comme le dit Tanya, sa grand mère s'oppose formellement à la diffusion de la version topless...

Dommage !

Voici la version originale de ma réponse :

Eh bien justement, Sidonie, c'est une idée fausse de penser que ce qui est "inutile" disparaît systématiquement dans l'évolution.
Cette idée fausse vient de l'application abusive de la "loi de l'usage et du non usage" proposée par Jean Lamark et reprise par Charles Darwin lui-même, 50 ans après.
D'abord, dans leur esprit, la régression des organes inutilisés était lente et progressive, ce qui explique la présence d'organes résiduels atrophiés et non fonctionnels tels que les ébauches de pattes de certains serpents ou certains cétacés. Evidemment, dans cet ordre d'idées, les tétons masculins sont, en général, modestes par rapport à ceux des femmes.
Mais on peut aussi remarquer, avec François Jacob, que la nature "bricole" et que, souvent, un organe, une cellule, une molécule, un gène, sont réutilisés, un jour, dans une fonction différente de leur fonction initiale, ainsi :
- un arc branchial des poissons anciens devient osselet de l'oreille interne chez leurs descendants reptiles mammaliens, puis mammifères. Il leur permettait de respirer, il nous permet d'entendre !
- un cul de sac du tube digestif devient poumon chez certains poissons et chez les vertébrés terrestres. Il leur permettait de digérer, il nous permet de respirer !
Si vous connaissez bien les hommes, Sidonie, vous en aurez certainement remarqué qui ont une extrême sensibilité des tétons, si petits soient ils, ce qui peut être une fonction importante dans l'excitation sexuelle et donc dans l'aspect fécondité de la sélection naturelle. Inutile de vous préciser que c'est une fonction, secondaire peut-être, mais importante aussi des tétons des femmes.
Enfin, je saisis l'occasion de rappeler que la construction de l'organisme d'un mammifère se fait selon un "patron" général où des organes comme seins et tétons vont par une série de paires (il arrive qu'une deuxième paire apparaisse exceptionnellement chez les humains) et que les programmes mâle et femelle, homme et femme, viennent se greffer secondairement sur ce patron unique, au cours du développement de l'embryon, grâce à des gènes que tout le monde possède, mais qui peuvent être inactivés  chez elles et activés chez eux, ou l'inverse. Agissent aussi des hormones sexuelles qui sont les mêmes, mais en proportions différentes selon les sexes.
Il n'est donc pas étonnant que des caractères sexuels puissent être partagés entre les sexes ou ambigus chez certains individus.

08:57 Publié dans Questions à un biologiste TSR.ch | Tags : tétons, seins, science, évolution, sensibilité, érotisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.