30/06/2010

100 millions pour le « marché de l’art ? »

Les collections privées et les musées occidentaux détiennent des objets volés ou acquis dans des conditions déloyales.

Reliquaires, statues, fétiches, masques, objets archéologiques deviennent, à l’export, objets d’art négociables.

La mode des Arts dits primitifs ou premiers a fait monter les cours d’un commerce souvent illégal.

Faciles à transmettre, cet « art » permet spéculations et trafics, du pillage sur le terrain à la fraude sur les successions.

Il fait les fortunes illégitimes de ses négociants.

Dans ce domaine, la Suisse occupe une place privilégiée, très appréciée par le « marché de l’art ».

Pas de droits de succession.

Lenteur extrême à signer et ratifier les accords internationaux contre les trafics, oubli de les appliquer.

Dans les Ports - Francs opaques, à Genève et Bâle, des objets volés ou fraudés changent de mains ou se font oublier.

En toute discrétion jusqu’à l’an passé !

Mais l’attention sur notre pays s’est depuis portée sur eux.

Très gênant pour les riches collectionneurs et négociants qui utilisent leurs services et répugnent à aller à Singapour !

Tout ce beau monde cherche à sauvegarder une « respectabilité » mise à mal par l’information.

A la suite de Chirac, ils font main basse sur les musées et leurs collections anciennes, prises en otages.

L’abominable Musée du Quai Branly, à Paris, fût ainsi conçu pour relancer le « marché local des arts premiers ».

Coût du caprice pour le contribuable français: plus de 400 millions de nos francs.

Avec 100 millions pour un projet semblable, le musée d’ethnographie de Genève fait figure de parent pauvre…

Une honte face au rôle premier de la Suisse dans le système !

RSR 1 30-06-2010

15:39 Publié dans rsr.ch | Tags : musées, collections, pillages, trafic, ethnographie, fraude, spéculation, suisse, genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/06/2010

Mammouth écrase l’esprit !*

Mammouth, Buffon, Newton, Depardieu, Dassault, Siné :

Laissons du temps au temps, bordel !

 

Buffon, contemporain de Newton, pensait que la terre était un morceau de soleil qui se refroidissait. Quand ses correspondants lui envoyèrent des ossements de mammouths du Canada et du Spitzberg, il les prit pour des éléphants. Il en conclut qu’il faisait d’abord chaud au pôle nord, avant un refroidissement climatique qui se propageait vers le Sud, chassant les éléphants vers l’Equateur. Par des calculs astronomiques sophistiqués et sur des hypothèses aussi fantaisistes que celles des simulateurs d’aujourd’hui, il calcula même la vitesse de cette migration et du refroidissement.

Il en déduisit l’âge de la terre : 70 000 ans !

Ce chiffre fit scandale à l’Académie des sciences, aux mains des bigots qui croyaient qu’elle avait 5 000 ans, selon les salades biblesques. Les intégristes au pouvoir en ces temps lui tombèrent sur le râble, qu’il avait, par chance, aussi solide que Depardieu. Et comme Buffon était le Dassault de l’époque, il se permit même de monter à 400 000 ans, ouvrant un boulevard à Lamarck pour que les espèces aient le temps de changer dans l’histoire de la vie.

J’adore cette histoire où Buffon prend des mammouths pour des éléphants, puis bâtit une théorie aberrante sur des hypothèses absurdes et des calculs faux pour arriver à une théorie fantasmée. Car ce festival d’erreurs a cassé le dogme religieux qui bloquait le développement d’une biologie rationnelle : l’âge de la terre n’était pas encore quatre milliards d’années, mais il laissait désormais aux espèces le temps de se transformer, d’évoluer.

Avec Sarko, les retraités risquent de disparaître comme les Mammouths autrefois, faute d’adaptation au chaud et à la chasse au pognon. Mais ils risquent de laisser place à de vieux éléphants, rebelles et travailleurs, encore bien plus méchants …

N’est-ce pas Bob ?

 

In Siné Hebdo 85

 

* Pour mémoire, pour ceux qui ne fréquentaient pas le Sarkoland quand une chaine d’hypermarchés s’annonçait sous le slogan « Mammouth écrase les prix », quand un ministre obèse prétendait « dégraisser le Mammouth » et bien avant l’admirable film de Delépine et Kervern dans lequel Depardieu chevauche une Mammuth en rêvant d’Adjani.

09:36 Publié dans dédé siné | Tags : temps, retraite, buffon, siné, depardieu, évolution, mammouths, mammuth, science et religion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/06/2010

Le foot, la reine rouge et le septième ciel

Il était tard, je rentrais chez moi, fatigué.

Par chance, l’ascenseur était là.

J’appuie sur le bouton mais, au lieu que la porte s’ouvre, le véhicule monte au premier, capté, sans doute, par un voisin.

La porte s’ouvre, se referme, mais il reste en haut.

Ce n’était pas un voisin, mais un fantôme facétieux !

Je monte par l’escalier, appuie sur le bouton.

L’ascenseur reste fermé, monte au second !

La porte s’ouvre, mais se referme avant que je n’arrive !

Je décide alors de monter au troisième et d’appuyer de là haut, pour le piéger…

En vain, il ne bouge plus !

D’ailleurs, s’il était monté et si la porte s’était ouverte, j’aurais eu trop peur de descendre en chute libre.

Et puis, en fait, j’étais arrivé chez moi !

Inutile d’aller plus haut, sauf par curiosité scientifique…

Cet ascenseur bizarre me fait penser à l’ascenseur social, toujours en panne !

Il vous refuse une promotion, vous l’arrachez avec les dents…

… mais vous apercevez un nouvel étage, encore plus désirable !

Vous doublez d’efforts, jusqu’à l’usure… Bingo ! Vous y êtes ?

Mais non, l’escalier continue, toujours plus raide…

Vous accélérez, le septième ciel aussi, comme la Reine rouge d’Alice au pays des merveilles, que l’on ne rattrape jamais.

Quand vous comprenez la supercherie, vous êtes arrivé !

Arrivé à ce que Peter et Hull appellent votre niveau d’incompétence.

Mais beaucoup cherchent à monter plus haut toute leur vie, jusqu’à la chute finale.

C’est pareil au foot : chaque tour est un niveau d’incompétence.

Les frouzes ont trouvé le leur : dès le rez-de-chaussée !

RSR1 23-06-2010

12:17 Publié dans rsr.ch | Tags : foot, sport, ascenseur, promotions, ambitions, incompétence, reine rouge, septième ciel | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/06/2010

Singer la science !

Pour exister dans leur communauté, ou pour l’impact dans les médias, les scientifiques ne cessent de bluffer. Exemple…

Une primatologue fait des tests sur des petits singes qui obtiennent des fruits par un système de trappes ouvertes ou fermées. D’autres, qui observent le schmilblick, réussissent plus ou moins le test. Notre chercheuse trouve que les femelles sont plus souvent matées et que ceux qui les imitent réussissent mieux le test que ceux qui imitent les mâles. Pourquoi pas ? Mais, dans la « très prestigieuse » revue qui publie les résultats, ceci démontre que ce sont les femelles qui transmettent les traditions locales, les mâles changeant de groupe et transmettant peu. Et puis, « bien sûr », il en va de même chez les autres singes et les humains !

On est passé d’une expérience sympa mais anecdotique, sur UNE espèce de petits singes dans des conditions artificielles, à des conclusions générales planétaires sur la transmission de la culture chez tous les singes et tous les humains… Pur délire !

Mais, dans la science du fric anglo – occidentale, notre chercheuse n’aurait pas eu ses crédits de recherche et n’aurait jamais publié dans cette revue si elle avait raconté honnêtement ce qu’elle voulait faire et ce qu’elle avait obtenu.

Ainsi, vous ne trouverez pas un projet de recherche ou un article de « prestigieuse » revue sur les virus ou les cellules qui ne prétende contribuer (…peut –être, un jour !) à guérir le SIDA ou les myopathies. Ou bien vaincre la pollution et sauver la biodiversité !

La recherche doit justifier une activité incompréhensible pour qui n’est pas dedans, gouvernants et citoyens en particulier. Elle le fait par un répertoire de belles légendes, plus souvent transmises par les mâles, puisque les chercheuses sont encore minoritaires…

 

In Siné Hebdo N° 84

10:37 Publié dans dédé siné | Tags : science, recherche, éthique, communication, financements, bluff, mensonge | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/06/2010

Flandre je t’aime, moi non plus !

« Ceci n’est pas un pays, mais deux pays, une fois ! ».

La situation belge est surréaliste et rassurante.

Deux peuples se détestent.

L’histoire les réunit sous une monarchie francophone grotesque, humiliante pour les Flamands.

Paysans pauvres et dominés jadis, ceux-ci sont riches depuis les nouvelles technologies, mais toujours frustrés.

Ce qui les conduit au repli identitaire, au rejet des wallons et des immigrés, à l’extrême droite.

Ils veulent leur pays, leur langue seulement, leurs traditions et même leurs particularismes de signalisation routière !

Au sein d’une Europe qui efface les frontières, ça fait désordre d’en vouloir une nouvelle entre deux confettis…

Surtout avec une capitale de l’Europe francophone enclavée en pays flamand !

Côté Wallon, on est moins riche et souvent chômeur depuis la mort de la sidérurgie et des industries lourdes.

On réagit en étant très belge et fédéraliste, antiraciste, favorable à l’immigration et socialiste à la Chavanne.

Un socialisme au rose chargé de bière et de rouge !

Surtout à Liège, où un célèbre magistrat et ses imitateurs font le buzz sur internet avec des vidéos de discours imbibés !

Pour bien moins que ça, les yougoslaves, les libanais ou les rwandais se sont massacrés atrocement.

Mais les belges picolent et donnent à l’Europe un président qui ressemble à Tournesol.

Ils vont diriger l’union pendant six mois !

Avec un gouvernement réunissant l’extrême droite et la gauche, les séparatistes et les fédéralistes…ou bien sans gouvernement !

Santé, et vive la paix des belges !

RSR1 16-06-2010

08:23 Publié dans rsr.ch | Tags : belgique, flandre, wallonie, europe, socialisme, alcoolisme, identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/06/2010

Les blocus sont des crimes contre l’humanité

Les pires guerres sont celles des militaires contre des civils.

Dès l’antiquité, des blocus sèment la mort et la misère, en privant les gens du nécessaire.

Depuis un demi-siècle, les cubains souffrent d’un blocus inhumain.

Un président, élu sur un programme de paix, ne l’a pas arrêté.

On voudrait aussi qu’il retienne ses chiens de garde du pétrole en Orient.

Le blocus de Gaza ne vaut pas mieux que les massacres de civils et les assassinats dits « ciblés ».

Les violations du droit et les exactions d’une armée coloniale qui ne mérite pas son nom d’oiseau n’ont pas d’excuse.

Les crimes de cette armée sont une honte pour le judaïsme, dont les traditions humanistes n’ont rien à voir avec cette violence et ce mépris des autres.

D’ailleurs, de plus en plus de juifs, en Palestine et ailleurs, ne supportent plus les exactions d’un gouvernement qui prétend les représenter tous et dont la violence radicalise l’ennemi et prolonge le conflit pour le compte des pétroliers et des racistes.

On peut détester les staliniens cubains et les islamistes.

Ce sont les gagnants d’une légitime défense radicalisée par l’agression.

Même si ce ne sont pas des inventions de la CIA, comme Al Qaïda.

Musulmans, juifs et chrétiens cohabitaient en Palestine, au Liban, en Iran et au Maghreb, depuis la fin des croisades.

Avant que l’Occident lance les rackets coloniaux, puis le mouvement sioniste, bien avant la 2ème guerre mondiale.

Les massacres de cette dernière ont servi d’alibi à la création d’un état colonial théocratique, là où la liberté de religion survivait.

Les violences racistes de cet état sont une offense à la mémoire des victimes innocentes de la Shoah.

Il n’y aura pas de paix en Orient, tant que les pétroliers et les fanatiques religieux y prendront les civils en otage.

Que ceux-ci soient musulmans, juifs, chrétiens ou laïques…

 

10/06/2010

Chapeau la science étasunienne !

Le journal de l’Institut National du Cancer Etasunien publie une recherche réalisée en Floride…

Des chercheurs ont étudié l’intérêt d’opérations de promotion du port du chapeau dans les écoles !

Selon leur hypothèse décoiffante, le chapeau protègerait la peau contre les cancers dus aux rayons solaires !

22 écoles, 1115 élèves exposés à la promotion et 1378 contrôles, répartis selon des critères stricts, étaient concernés.

L’enquête aboutit à des conclusions pleines de rigueur et d’originalité.

D’abord, la promotion accroit le port du chapeau à l’école !

Par contre, une sous enquête par « auto - déclaration » - bref en demandant aux gamins ! – n’établit aucune différence hors l’école.

Enfin, sur un sous groupe de 378 élèves – il ne faut pas trop se fatiguer ! – on ne trouve pas de différence de pigmentation cutanée.

Vous retenez de cette étude bouffonne que les chapeaux n’ont servi à rien et que les élèves s’en fichaient sortis de l’école ?

Mauvais esprit !

Les sept auteurs concluent que la promotion du port du chapeau pourrait avoir des effets bénéfiques…

…et, au final, diminuer le risque de cancer !

Mais elle devrait bénéficier de la participation des parents, des professeurs et de l’ensemble de l’école…

Qui n’ont rien d’autre à faire…que de porter le chapeau !

Qui finance cette étude digne du bonnet d’âne de la médiocrité scientifique : les contribuables ou les marchands de chapeaux ?

Ce qui me rassure, c’est que malgré le rêve américain de nos autorités scientifiques, je n’ai jamais vu pire chez nous !

RSR1 9-6-2010

18:11 Publié dans rsr.ch | Tags : science, recherche, cancer, chapeau, usa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

07/06/2010

Alzheimer frappe aussi les technologies !

Nos mémoires ne sont pas menacées que par l’usure des neurones. Des pans entiers de passé récent sont effacés par des choix technologiques aberrants, dictés par des industries et commerces sans scrupules !

Les vieux ont abandonné leurs vinyles pour écouter leur musique sur cassettes, puis CD ou DVD. Pourtant, s’ils ont encore une platine, les vinyles sont audibles cinquante ans après. Alors que bandes magnétiques et disques numériques s’effacent vite.

Des films noir et blanc et des tirages papier bien fixés se gardent un siècle. Mais, quand la couleur arrive, le noir et blanc est abandonné. Diapositives et tirages papiers émerveillent, mais virent de couleur et s’effacent en cinq mois à trente ans, selon les marques. Côté images mobiles et sonores, c’est pire ! Sous bonne clim, le cinéma noir et blanc est lisible longtemps, mais en couleur, tout s’évanouit.

Le désastre : la vidéo magnétique et ses cassettes, effacées en trois à dix ans ! Ses normes, ses formats, ses supports changent tant, par des politiques de profit à court terme, qu’il est dur de retrouver un lecteur en état de marche vingt ans après. Et rien n’est lisible si on le retrouve ! Les profits des industriels explosent, mais les matériels vont à la casse non amortis et perdent ce qu’ils devaient sauver. Chez les particuliers, des murs de cassettes VHS, vidéo 8, audio, CD et DVD. La plupart illisibles et inaudibles. Même sort prévu pour les disques durs des ordinateurs et de leurs « sauvegardes ».

Des bonds techniques ont apporté le son, puis la couleur, sur des supports pratiques. Mais aux dépens de la conservation et du suivi. Alors nos sociétés ne sauvegardent plus qu’à court terme et leurs mémoires durables sont plus pauvres que celles du siècle précédent. Des plaques de verre et des tirages jaunis montrent les militaires de la guerre de quatorze. On retrouve de belles photos noir et blanc des grands parents, mais on a perdu les siennes ou celles des parents, en couleur.

Et ces pertes de mémoire ne sont pas que le sort de privés peu avertis ! Certes, les professionnels font parfois mieux. A l’INA (Institut National de l’Audiovisuel), mémoire des télévisions, on peut revoir Desgraupes, de Gaulle, ou Claude François avant son « bain tragique », avec une qualité médiocre. Mais l’INA peut sombrer dans une prochaine charrette du service public… Les grosses usines ne sont pas à l’abri des bavures ! Un collègue de Siné Hebdo me souffle que la NASA a égaré (effacées pour recycler les bandes ?), les vidéos originales du premier débarquement lunaire. De toute façon, elle avait abandonné le matériel de lecture, dépassé ! Pour des images parmi les plus précieuses, il reste de mauvaises copies et des originaux de basse qualité. Un bonheur pour les négationnistes qui les disent bidonnées ! Comme si la NASA ne pouvait pas faire plus beau que vrai en images de synthèse…

Dans la recherche, rien n’est fait pour sauvegarder les données ou même des travaux accumulés par des milliers de chercheurs, au prix de milliards d’argent public. Les œuvres, archives et même les matériels de savants du dix-neuvième siècle sont disponibles. L’huître à propos de laquelle Lamarck et Cuvier ont polémiqué sur l’évolution avant Darwin est visible au Jardin des plantes de Paris, ainsi que ce qu’ils ont écrit à son sujet. Mais le matériel et les archives de leurs successeurs de nos jours sont souvent perdus, faute de collectes ou parce qu’on les a stockés sur des supports dégradables… dégradés. Des manuscrits à la plume et des textes imprimés de 1500 à 1900 sont lisibles, mais les encres du vingtième siècle s’effacent. Ne parlons pas des stylos à billes !

Des ethnologues et des démographes ont accumulé, par des décennies de travail, des informations sur des populations dont le mode de vie a disparu. Par exemple des chasseurs cueilleurs sur lesquels on se pose beaucoup de questions. Dans le stockage de ces données, le passage des consternantes cartes perforées aux bandes magnétiques fût un progrès dans le confort d’utilisation. Mais, même sur les systèmes professionnels, avec les changements de normes, de logiciels et la dégradation des supports, tout se perd. Alors on ressaisit, à partir de listings papier à demi effacés… ou d’un des derniers lecteurs en fonction, si un « taré » a gardé des cartes perforées au sec !

Notre société est la première qui pourrait archiver de manière durable son patrimoine scientifique et culturel. Mais les maffias commerciales et les gouvernements qu’elles contrôlent ne s’intéressent aux mémoires que s’il y a du fric à gagner. Le régime français actuel, par exemple, contrairement à la mitterrandie, méprise les archives et les bibliothèques, et, comme elle, la science et les chercheurs. La mémoire de notre époque devra peut-être plus à Google qu’à des politiques qui laissent surtout de mauvais souvenirs !

André Langaney

PS : j’ai reçu au bouclage de cet article un rapport* des académies des sciences et des techniques françaises paru la veille. Sont donc pas tous Alzheimer comme les disques durs ! C’est pas politique, plus limité et encore moins drôle que ce que je vous raconte. Ils disent qu’il n’y a pas d’autre solution que recopier tout, tout le temps ou les disques en saphir, les deux hors de prix…

Ils recommandent de lancer la recherche – merci pour la recherche !

Les japonais sont déjà sur le coup. Ça vous étonne ?

*Longévité de l’information numérique. Les données que nous voulons garder vont-elles s’effacer ? Par JC Hourcade, F Laloë et E Spitz, éd EDP

In Siné Hebdo 83,

avec un excellent encadré technique d’Olivier Marbot.

10:57 Publié dans dédé siné | Tags : mémoire, archives, images, photo, cinéma, recherche, technologies, durable, profit, court terme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

03/06/2010

Désinformation : cherchez le coupable !

Ce Lundi 31 mai était la « Journée mondiale sans tabac ».

Le journal le Parisien a titré, en première page et gros caractères :

« Tabagisme passif : on nous aurait menti ? »

Il mettait ainsi en doute les effets de la fumée sur les non-fumeurs.

A l’origine du scoop, un pneumologue, ex - directeur d’hôpital qui, dans l’interview, confond addition et multiplication ! *

La citation qu’en donne le journal signifie que les « fumeurs passifs » risquent moins le cancer que les non - exposés !

Même financé par l’industrie du tabac, personne ne prétend que le tabagisme passif diminue le risque de cancer !

Si les propos rapportés sont exacts, un hôpital a été dirigé, longtemps, par un administrateur qui ne sait pas compter…

Si la citation est fausse, le journaliste qui le cite est, au mieux incompétent, au pire malhonnête, ainsi que ses chefs !

Le prétendu expert crie à la désinformation sur les effets du tabagisme passif, mais il ne parle que de cancer.

Il masque ainsi les effets démontrés du tabagisme passif sur les maladies cardiovasculaires, l’asthme et les bronchites.

Le journal est coupable, dans tous les cas, de faire un scoop d’une information fausse sur un problème grave de santé publique.

Même si des nuances suivent, en petits caractères.

Dans cette affaire, le journal et son informateur douteux ne font que répéter et soutenir les mensonges de la publicité du tabac.

L’université de Genève n’a pas de leçons à donner.

Une de ses ex – stars a inondé les médias de démentis des effets du tabagisme passif pendant des années…

Avant que la justice n’établisse qu’il était vendu à l’une des principales marques de cigarettes !

_______________________________________________________________________________

* « Les 60% (des études) restantes estiment que le risque de cancer est multiplié par 0,02 » … à … « 0,15 » … « contre un risque multiplié par 10 ou 20 pour le tabagisme actif ! ».

Si la citation est exacte, l’ex directeur d’hôpital confond addition et multiplication !

En effet un risque « multiplié par 0,02 » signifie divisé par 50 !

Le pauvre homme confond donc divisé par 50 avec augmenté de 2% à 15% (soit multiplié par 1,02 à 1,15).

On notera par contre que, dans le cas du tabagisme actif, il s’agit sans doute effectivement d’une multiplication par 10 à 20, ce qui n’est pas rien !

Sans oublier les effets non pathologiques du tabac (odeurs, saleté, pollution, brûlures, dégradations, incendies,…) et leur impact sur la qualité de la vie, qui justifient, à eux seuls, les interdictions dans les lieux publics et une lutte déterminée contre le tabagisme privé !


RSR1 3-6-2010

16:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |