11/05/2012

Changements urgents nécessaires

Pour celles et ceux qui n'auraient pas lu .

http://www.lecourrier.ch/98514/pour_un_acces_ouvert_aux_publications_de_la_recherche

sur

http://www.lecourrier.ch/dede

je vous l'offre ci dessous. Le sujet me parait assez grave pour que les universités et EPF de notre pays cessent de se faire racketter par des privés sans scrupules qui empêchent la majorité des chercheurs, enseignants et étudiants de travailler normalement.

Et puis pour vous détendre un peu en rigolant des frouzes et de leur électoralite suraigüe, rien ne vaudra :

sine-mensuel-09-home.jpg

cover_archive.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez aussi un excellent article de Sébastien Diéguez sur les pièges de l'intuition dans le Vigousse de la semaine passée.

Bonnes lectures !

 

Pour un accès ouvert aux publications de la recherche !                                    Dédé la science in Le Courrier du 10-5-2012

Les universités et organismes publics de recherche investissent des sommes considérables dans des activités produisant avant tout des publications de résultats. Ils doivent, bien sûr, offrir à leurs chercheurs et étudiants l'accès aux résultats signés par eux-mêmes et la concurrence. Mais voilà que de redoutables prédateurs financiers s'interposent et bloquent cet accès : les éditeurs privés qui rackettent par tous les bouts le système ! D'abord, ils ont conquis des monopoles de fait de la publication scientifique diffusée avec un impact important en occident. Ils font payer un maximum en amont des auteurs qui leurs donnent tous les droits sur la publication et la diffusion de résultats obtenus aux frais des contribuables. Ces éditeurs imposent ensuite des formes de publication contraignantes, souvent inadaptées. Ils décident arbitrairement ce qu'ils publient ou pas, souvent sans évaluations sérieuses. Ensuite, ils ont tellement augmenté les prix des abonnements à leurs multiples supports que la plupart des chercheurs, des laboratoires et, bien sûr, des étudiants à travers le monde n'y ont plus accès, hors quelques institutions très riches. Même au sein de celles-ci, la colère gronde devant cette privatisation des ressources publiques que sont les résultats scientifiques, pris en otages par des maffieux qui les confinent derrière un mur d'argent. Parmi les derniers « Indignés », l'Université de Harvard et quelques médailles Fields et prix Nobel anglo-saxons, que personne ne soupçonnera d'être à la pointe du combat anti - capitaliste, ont signé la pétition "Le coût du savoir" (http://thecostofknowledge.com/) contre, en particulier, Elsevier, éditeur hollandais particulièrement vénal. Ses concurrents Springer, Wiley, et les groupes qui publient Nature, Science et les comptes rendus de l'Académie des sciences étasunienne ne valent pas mieux ! Le comble de l'odieux a été atteint quand le Congrès étasunien fût saisi d'un projet de loi interdisant aux agences fédérales d'exiger le libre accès aux résultats de leurs travaux ! Projet d'un lobby parlementaire qui veut obliger l'état à légiférer contre ses intérêts et son devoir de diffusion au profit de ces rapaces !

La première condition de bon fonctionnement de la recherche et de l'enseignement universitaire est que chercheurs, enseignants et étudiants aient accès aux résultats publiés par les organismes publics. Ce qui n'est pas un problème technique, au temps d'internet, mais un problème d'argent lié à ce racket maffieux des éditeurs privés. Les articles scientifiques sont la propriété de leurs auteurs et/ou des services publics qui financent les recherches. Ils n'ont pas à être privatisés et revendus par des machines à profit qui n'apportent rien à leur qualité, qui exploitent les chercheurs gratuitement pour leurs évaluations et qui revendent aux producteurs à des prix exorbitants, même pour les plus riches, ce qu'ils n'ont pas payé !

Imaginez des producteurs de cinéma qui paieraient les auteurs, les acteurs et la réalisation de films à fonds perdus, qui paieraient des agences de diffusion pour les revendre avec exclusivité et qui rachèteraient les places de cinéma au prix fort à ces agences parce que les clients sont leurs auteurs : vous remplacez producteurs par états et agences par éditeurs et admirez l'entourloupe !

En Suisse, les universités, les Ecoles polytechniques et le Fonds de la Recherche Scientifique s'alignent sur le système anglo - saxon, aux dépens des cultures locales. Vivant le quotidien d'étudiants et de chercheurs handicapés par les difficultés ou impossibilités financières d'accès à l'information professionnelle pertinente, je ne peux qu'engager nos collègues à joindre le mouvement, à refuser l'édition privée des fruits de leurs recherches publiques et à veiller à ce que leurs résultats soient accessibles à tous gratuitement sur Internet. En espérant que cela finira par inciter nos si américanophiles recteurs et présidents à suivre les boycotteurs d'Harvard et Cambridge, plutôt que les éditeurs félons...

 

 

11:13 Publié dans science et politique | Tags : sciences, publications, éditeurs, racket, privatisation, scandale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.