08/10/2012

NON, bien sûr !

572916682.jpgIl y a des pays comme l'Angleterre qui ne changent jamais de constitution et gardent des textes aussi datés par le temps que la Bible, le Coran ou le Kama Soutra ; parce que, au nom de ces textes que l'histoire et le temps ont rendus dérisoires, ils ont préservé un consensus social, moral et relationnel qui n'a plus rien à voir, mais qui leur convient. Quitte à se battre éternellement sur l'interprétation du dogme dès qu'un problème pratique doit être résolu.

Et puis il y a des pays où, au prétexte de modernisation ou d'actualisation, on ne cesse de bricoler une loi fondamentale censée contenir des grands principes permanents en fonction d'objectifs minables des dominants du moments. La caricature en étant les "coups d'état" constitutionnels qui consolident les dictatures, les régimes populistes comme la Vème république en France ou les coups d'état militaires.

Bien sûr, l'idée d'une nouvelle constitution pensée à neuf et consensuelle à Genève  a séduit. En négligeant qu'il s'agissait de suivre des modernisations déjà vues ailleurs où le monde dominant de l'argent et ses serviteurs néo-libéraux ont utilisé ladite modernisation comme cheval de Troie pour faire avaler des alouettes de progrès contre des chevaux de régression sociale.

La constitution actuelle, dans ses "archaïsmes", contient encore des traces de pensée sociale que le monde du fric voudrait "moderniser", comprendre éradiquer ! Il est urgent de ne pas y toucher malgré les hurlements des loups libéraux et les bêlements des brebis socialistes qui ne demandent qu'à se faire tondre pour sauvegarder quelques leviers de commande dérisoires. Il est hautement symbolique que des militants ou ex-militants du PS réputés penser autrement que par une stalinienne "discipline de parti" se prononcent contre ou se réfugient dans des votes blancs ou des abstentions gênés. Sur un sujet aussi fondamental, il est clair que le libre choix individuel et son expression devraient l'emporter sur des votes bloqués dans le style de l'extrême droite.

16:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.