14/01/2013

La soldatesque, les islamistes et ... Gandhi !

Je rentre de France occupée : par la police, l’armée, les barbus et les manifestants homophobes du FNUMP. Si vous avez l’imprudence d’y entendre la radio ou d’y voir la télé – je ne dis délibérément pas écouter ou regarder, vous n’êtes quand même pas débiles ! – l’information y est coupée en deux. Moitié communiqués militaires triomphants pour expliquer comment leurs vaillants aviateurs surarmés ont explosé depuis le ciel des cibles terrestres non défendues au prix de pertes civiles non précisées, mais sûrement considérables quand les images de bombardements montrent la destruction quasi totale de villes et villages. Merci pour les enfants, les femmes et les paysans qu’on libère ! L’autre moitié de l’info, c’est la polémique extrême au sujet de la loi « mariage pour tous » qui risquerait de rattraper une très petite partie du bon siècle de retard que le code civil a pris sur les mœurs de la population. Les autres grands sujets dont on gavait le peuple sont laminés : Kate, DSK ou Madonna sont morts, le foot ou les pitreries lamentables des exilés fiscaux connus comme Depardieu ou pleins aux as comme Bernard Arnaud rament pour obtenir la moindre brève !

Ce qui est intéressant, c’est la différence de traitement entre les deux sujets survivants : la « guerre contre le terrorisme » (on se croirait sous W Bush dont les mêmes médias ont tellement ricané il y a peu !) est l’objet d’un consensus total des journalistes, intervenants et « commentateurs indépendants ». Même quand il faut avouer le bide total de l’échec du commando de barbouzes qui voulait libérer une barbouze en Somalie (deux victimes, plus sans doute la « cible » et un nombre inconnu de dizaines d’ « ennemis » et civils innocents massacrés ! Il n’y a que des héros, des libérateurs, de grands soldats. Pas de femmes, enfants, vieillards explosés par des grenades, des bombes et des fusils d’assaut. Quant aux villes et villages du Nord Mali, si semblables en vue aérienne à d’autres que je connais bien, j’imaginais l’effet de chaque impact de bombe commenté victorieusement par l’officier sûrement aussi catholique que cathodique : la station d’essence ! Oui, mais le dispensaire est à côté… Le dépôt d’armes ? Oui, mais c’est derrière le dortoir de l’école… Les véhicules des djihadistes ? Oui, mais ils étaient garés devant la poste, le marché où les commerçants dorment et l’hôpital… Et, de tout cela, pas un mot ; sinon une brève mention de victimes civiles, en nombre indéterminé, et autres dommages collatéraux. Pas un mot de la destruction, en une nuit, du travail de milliers de paysans, pendant des siècles et des dizaines de générations, pour construire leurs communautés et leurs maigres biens dans l’un des lieux les moins hospitaliers de la planète. La même mentalité que les anglo-américains en Irak, au Viet Nam ou, il y a un peu plus longtemps, dans ma Normandie d’origine. La « civilisation » combat le terrorisme, rompez ! 

Que les choses soient claires : je n’ai pas la moindre sympathie pour les apôtres lapideurs et coupeurs de mains qui respectent encore bien moins les enfants, les femmes, les libertés et les droits humains que ces intégristes catholiques qui défilent pour empêcher les homos de recourir aux procréations artificielles et d’obtenir la bénédiction du maire. Il est évident que, faute d’avoir pu empêcher les djihadistes de s’armer et de diffuser leur propagande, il faudra bien les arrêter militairement. Mais ce n’est pas une raison pour faire croire que la guerre peut être aussi clean que les avions rafale au 14 juillet, que les légionnaires sont des saints et pour oublier que les civils maliens et les touarègues du Nord Mali ne sont pas un, mais des centaines de milliers d’otages à sauver, pas des avatars dans un jeu vidéo. Ce n’est pas une raison pour transformer France Inter en Radio Pyong Yang ou France 2 en Télé Algérie française ! Le débat « démocratique » sur le mariage gay est un pitoyable cache sexe de leur prétendue objectivité.

Je voulais vous parler de Gandhi, qui a triomphé sans très grandes violences dans des rapports de force a priori tellement défavorables. Qu’aurait-il pu faire et dire face aux islamistes, avec qui le dialogue semble pour le moins difficile ? Sans doute pas grand’ chose … Les islamistes seraient-ils plus forts que l’Angleterre colonialiste du siècle dernier ?

16:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.