27/07/2016

BONNES VACANCES QUAND MEME !

Nous avions pris de mauvaises habitudes dans notre oasis bienheureux, au milieu d'un monde violent : penser que notre vie était presque éternelle, tant que nous n'étions pas très vieux, qu'il était normal de manger à sa faim, et même bien plus, et de n'avoir de choix difficiles à faire que pour notre confort et nos cadeaux d'anniversaires ou de fin d'année.

Les grands pédagogues des armées islamistes, chrétiennes, sionistes et autres bouddhistes nous rappellent, tout près de chez nous, que notre vie, parmi 7 milliards d'humains est fragile et ne vaut pas grand' chose. Que notre richesse, parfois indécente et qui repose en partie sur le malheur de beaucoup d'autres, sera remise en cause, que cela nous plaise ou non. Que nos têtes mêmes ne sont pas à l'abri d'une lame tranchante comme les français en ont utilisé allègrement pendant deux siècles !

Nous ne vivons pas dans un monde de Bisounours à la Disney, ou encore plus soft - Disney, c'est parfois très violent ! Nous vivons cernés de militaires et de policiers surarmés dont beaucoup rêvent de jouer avec leur matériel, comme dans les jeux vidéos, de prêtres qui, au niveau mondial, prêchent plus souvent l'intolérance que le respect des autres, et de marchands d'armes prospères qui voudraient nous faire croire qu'elles ne seront jamais utilisées qu'à l'autre bout du monde.

Notre monde est dangereux, violent, injuste et nous n'avons pas d'autre choix que de vivre avec et de le faire accepter, tel qu'il est, à nos descendants, en essayant de ne pas le leur pourrir encore davantage. Pour ça, pas d'autre solution que d'équilibrer, par autant de bonheur et de plaisirs, les agressions et le tapage d'un monde hostile. Comme les vacances rééquilibrent un peu le moral de tous ceux dont le travail n'est guère heureux...

Alors, pour les vacances, des jeux, de l'humour, de la science et de l'amour, comme on vous en propose dans deux numéros d'été de haute tenue de Siné Mensuel et du Psikopat :

Psiko 288-1.jpg

SM55_COUV.jpg

 

18/07/2016

Les « bons » et les mauvais terrorismes

Nul doute que l’attaque au camion de Nice est l’un des actes les plus cruels et « inhumains » qui puisse se concevoir. Rien n’excuse celui qui l’a commis et ses éventuels commanditaires, quelques soient leurs raisons. Cela dit, la comparaison s’impose avec d’autres sources de malheurs, comparables par leurs victimes et peut-être évitables. Pour rester dans le pays atteint, j’ai pensé tout de suite au nombre de victimes d’accidents de la route, en France, pour les longs week-ends, comme celui de la Pentecôte. Le bilan en morts est du même ordre de grandeur que l’horreur niçoise et il est plus élevé par le nombre des blessés. Les conditions de souffrance et de survie sont comparables, les enfants et autres victimes innocentes sont aussi présents. Et chacun admet que ces violences routières et autoroutières insupportables reviennent plusieurs fois chaque année, avec la régularité du Père Noël et de l’Escalade ! Aggravées parfois par l’alcoolisation illégale, mais chronique, des conducteurs, que ce soit pour cause de tradition locale vigneronne ou de rituels de restaurants ou de boîtes de nuit. Pourtant, les responsables du « terrorisme routier » sont bien mieux connus que ceux des attentats djihadistes. Les fabricants et vendeurs de véhicules construits pour des circuits, ou manifestement pour violer les lois de la circulation en vigueur, leur marketing agressif pour la puissance et la sur-motorisation, ainsi que les « clubs » de promotion routière viennent en tête. Aidés par les spectacles « sportifs » motorisés qui n’hésitent pas à faire la promotion conjointe de l’alcoolisme. Ce type de terroristes, qui fait bien plus de victimes chez nous que le djihadisme, bénéficie d’une indulgence totale, grâce à un lobby puissant du patronat, auquel aucun politique ne s’attaquera, à moins d’être suicidaire.

Et puis, dans un autre genre, les marchands d’avions, de tanks et d’armes variées, qui alimentent des guerres inefficaces en Irak et en Syrie, tuent des centaines de milliers d’innocents et en jettent des millions sur les routes. Ils restent néanmoins des commerçants aussi « respectables » que ceux qui affament des pays entiers, en spéculant à Chicago sur les récoltes, ou à Genève sur le pétrole. Tandis que, dans notre indifférence, les polices et armées maritimes de méditerranée ou de Mayotte laissent se noyer bien plus de pauvres gens sur leurs bateaux de la mort que le maudit camion n’a fait de victimes. Bien sûr, ce n’est pas sous les caméras et les projecteurs de la Promenade des anglais !

Le vieil économiste réactionnaire qu’était Alfred Sauvy avait, il y a très longtemps, fait une « étude sur le coût de la vie humaine ». En fait, celui de la mort pour les assurances. Il était déjà évident que cette « valeur » était très hétérogène, dans un seul pays, selon les régions et les catégories sociales. A l’échelle mondiale, elle varie, comme les revenus, de rien à infiniment trop. Et l’inégalité la plus scandaleuse est celle qui n’attribue ni émotion, ni intérêt à l’enfant qui meurt en Syrie, au Sud Soudan ou en Méditerranée, alors que l’on éprouve l’émotion et l’indignation qui conviennent pour les victimes innocentes médiatisées.

10/07/2016

Cauchemar !

Dans une grande ville française, pas loin d'ici. Des hurlements et des bruits insupportables, une circulation folle d'accélérations et de coups de freins intempestifs. Des gens, hors de tout contrôle, risquant leurs vies pour brandir des drapeaux et hurler n'importe quoi, assis à l'extérieur, sur les portières des véhicules. Des motards sans casques slalomant à des vitesses insensées entre des files de voitures en folie. Du bleu, blanc, rouge partout : prise de pouvoir par le front national ? Non bien sûr ! Juste un avant-goût avec cette autre sommet de l'irresponsabilité et de la bêtise humaine que concentrent les ballons ronds. L'excitation guerrière derrière des drapeaux avec son potentiel de haine, de violences et de destructions. L'état de perte de contrôle qui permet de décérébrer les foules pour recruter des milices fascistes ou nazies, les pousser à casser, lyncher, tuer n'importe qui, pour n'importe quoi, sur un ordre venu d'on ne sait où...

Je me réveille: Carouge l'été. Luxe, calme et volupté, comme dit Sempé ! Plus loin, il y a bien plein de drapeaux aux fenêtres, mais de toutes les couleurs. Trop de fanatismes tue le fanatisme... On a concentré les cinglés du foot derrière des barrières à Plainpalais et on a la chance d'avoir perdu vite. Ça limite l'alcoolisme et les dégâts !

On va pouvoir choisir entre le Rhône et le lac pour se baigner. Normalement je préfère le Rhône, sa fraîcheur, son courant. Mais c'est le second et dernier jour de la Nuit de la science, alors ce sera le lac et sa perle, avant d'aller travailler un peu au calme, pour la culture et le plaisir, loin de toutes les violences des foules fanatisées et motorisées...