27/01/2010

Bagnoles : en finir avec le trop !

Le courage politique est chose rare !
Les jeunes Verts, à l’opposé des vieux et autres néo – libéraux, veulent interdire les automobiles aberrantes. Bravo !
Même si leur initiative a peu de chances face au lobby importateur.
Ce dernier veut une prime à la casse, c’est-à-dire à la surconsommation et au gaspillage…
Et des importations inutiles qui plombent notre balance commerciale.
Saluons Genève, qui veut un centre-ville plus vivant et humain, débarrassé des voitures de convenance !
Mais cela reste à faire !
Il faut expliquer aux intoxiqués du moteur qu’un véhicule est un moyen de transport, pas un lieu de vie.
Que l’on est beaucoup mieux ailleurs pour écouter de la musique, regarder les paysages ou téléphoner !
Même pour rouler des mécaniques ou draguer :
on est mieux au parc ou au bistrot les mains libres que coincé dans un embouteillage !
Le problème de l’automobile vient d’une publicité aussi belle que menteuse.
Une pub qui fait croire aux gens que le look de leur bagnole, à défaut de bijoux ou de réputation, rehausse leur statut.
Qui fait croire que l’on est en sécurité dans une des principales causes de décès et d’infirmités permanentes de nos sociétés.
Et qui débine au passage les services publics de transport plus sûrs, souvent plus agréables et plus efficaces.
Le tout pour rendre nécessaires des véhicules que beaucoup pourraient utiliser moins ou pas du tout.
Les crises pétrolières mettront une fin brutale à l’idéologie du tout – bagnole, par une augmentation insupportable des coûts.
Nos concitoyens doivent réaliser que l’on peut souvent vivre mieux sans et réserver la voiture à l’exception qui fait le luxe !

RSR1 27-01.2010

13:39 Publié dans rsr.ch | Tags : automobile, crise pétrolière, consommation, gaspillage, société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

20/01/2010

Vigousse, jusqu’au bout !

La critique du « Dieu vous bénisse ! » des vœux de Doris Leutard m’a valu une quantité inhabituelle de retours.

Merci pour les encouragements, majoritaires !

En négligeant deux courriels injurieux, d’autres auditeurs expriment un malentendu.

A dissiper !

La présidente peut bénir en privé, mais c’est inapproprié dans le cadre de sa fonction.

Ce n’est pas attaquer une religion que de le dire !

Quand elle fait un tel faux pas, c’est le devoir des chroniqueurs et des bouffons de la critiquer et d’en faire rire…

Refuser la bénédiction confédérale ou la créature dans la constitution n’est pas rejeter le christianisme.

Pas plus que refuser de nouveaux minarets n’opprime les musulmans…

C’est remettre les religions dans la liberté d’une sphère privée protégée et empêcher l’une ou l’autre d’en abuser.

Quant au rire, c’est un devoir démocratique dans la bouillie consensuelle des compromissions politiques :

Les socialistes plus verts que les Verts, les Verts plus réactionnaires que la droite, la droite parfois plus ouverte que la gauche…

Mieux vaut en rire, si l’on ne veut pas se ramollir et si l’on veut rester vigousse, pas seulement tous les vendredis !

Car le rire est le meilleur traitement de la peur qu’il détourne :

le rire, l’auto - dérision, l’humour permettent d’échapper au pire.

Je les ai retrouvés chez les plus pauvres, dans les situations les plus désespérées.

Jusqu’à ce mourant proche, réveillé il y a quinze jours par une infirmière maladroite:

« je vous ai réveillé, monsieur ?

- ­Oui, …méchamment ! »

dit-il, avec un dernier clin d’œil et une ébauche de dernier sourire !

Vigousse jusqu’au bout !

 

RSR1 20-01-2010

 

09:43 Publié dans rsr.ch | Tags : rire, religions, vigousse, humour, libertés, laïcité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/01/2010

Réchauffement climatique !

Chers auditeurs, quelle chance depuis trois semaines !

Génial l’air glacial en ouvrant portes et fenêtres !

Vous tremblez dans la bise noire ? Tant mieux !

Votre train a des heures de retard ?

Vous êtes pris dans une tempête de neige, au risque de mourir de froid ? Profitez-en !

Vos descendants ne connaîtront pas ça, du moins si le GIEC ne se trompe pas !

Le GIEC, vous savez, le Groupe International des Experts sur le Climat.

Des « savants » qui votent à l’unanimité que la terre se réchauffe à cause de vos émissions de carbone.

Ils ne sont pas d’accord pour les délais.

Mais, d’après eux, vos enfants ou leurs descendants grilleront sur la terre que vous transformez en toasteur.

Pour eux, plus de glace aux Pâquis, une bise noire transformée en foehn, bientôt plus de pare brise à dégivrer !

Un quotidien glauque comme celui des people en Californie ou aux Antilles !

La preuve : les glaciers alpins reculent ! C’est vrai…

Mais ne croyez pas les neiges d’aujourd’hui, ce sont les illusions d’un peuple qui ne comprend rien !

C’est fou ce que le GIEC est discret cet hiver, après son boucan d’été !

Comme l’OMS et ces gouvernements qui bradent leurs centaines de millions de doses de vaccins et de Tamiflu !

Pourquoi je vous raconte ça ?

Pour vous rappeler que la science consiste d’abord à douter.

Si l’on vous dit « tous les savants disent que… » ou bien « les experts sont unanimes», criez « Menteur » !

Au mieux ils doutent, au pire ils ne savent rien !

Ne croyez que ceux qui n’ont pas de certitudes !

Et profitez bien de l’hiver, même si ce n’est pas le dernier !

RSR1 13-01-2010

10:04 Publié dans rsr.ch | Tags : réchauffement, climat, écologie, froid, science, doute | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

06/01/2010

Madame la Présidente de la Confédération,

Comme le déserteur de Boris Vian, je vous fais une lettre, que vous lirez peut-être, si vous avez le temps…

Vous arrivez femme, encore jeune et dynamique : cela change en bien !

Mais votre discours du trône brise le charme.

Vous nous prétendez « la nation la plus compétitive du monde ».

Quelle torture des statistiques pour que l’aigle suisse terrasse le canard chinois et le dindon américain !

Cette position agressive dénie votre éloge des solidarités.

La Suisse serait le phœnix qui domine le monde…

Mais le monde ne verra qu’une pintade, qui pète plus haut que son cul !

Vous voulez « maîtriser les coûts de la santé ».

Pour votre clan, c’est diminuer les prestations aux malades et l’accès au soins, au seul profit des actionnaires.

Ce n’est pas maîtriser les coûts, c’est torpiller la santé !

Enfin, vous appelez votre dieu à nous bénir !

Pour moi ce dieu n’existe pas, rien ne vous permet de me l’imposer.

Les prétendues racines chrétiennes que les Berlusconi, Bush et autres modèles de vertu nous infligent sont une imposture !

Celle de prêtres palestiniens, immigrés clandestins il y a deux mille ans.

Leur Jésus squatte nos rites Helvètes et Celtes du solstice d’hiver… Ils ont crucifié notre père Noël !

Ils transforment nos rites païens, paillards, lubriques et alcooliques en cérémonies à mourir d’ennui.

Allons Doris, gardez vos racines postiches, votre inquisition, vos clochers et vos bénédictions !

Et comme dit le poète, laissez-nous, pour 2010, la terre et la vie, qui sont parfois si jolies !

RSR1 06-01-2010

10:18 Publié dans rsr.ch | Tags : confédération, religion, compétition, santé, dieu, liberté | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

23/12/2009

« Pas besoin filles ! »

C’était le premier jour des vacances.

Les garçons avaient décidé une « bonne surprise ».

Joyeusement, ils mirent fin à la première grasse matinée tant attendue des parents… par un café au lit.

Lequel fût suivi d’un repas de crêpes dans une cuisine pulvérisée de farine et de pâte collante !

Alors que l’on se répandait en compliments sur la si bonne idée des chers petits, la sonnette tinta.

C’était Hanna, charmante voisine venue, il y a longtemps, d’une lointaine république, jadis soviétique.

L’ainé faisait justement sauter une crêpe, à peu près dans la poêle.

Alors Hanna, de son fort accent et d’un ton hilare, proclama :

« Pas besoin filles ! »

Il nous fallut un moment pour décrypter le concentré de sexisme intériorisé de cet aphorisme, pourtant féminin.

Cinquante ans de communisme égalitariste n’avaient pas convaincu Hanna – la - rouge que les garçons peuvent faire les crêpes !

Mais la façon de l’exprimer, et de féliciter lesdits garçons, consistait à dénigrer les filles, supposées inutiles de ce fait !

Je voudrais dédier cette histoire de Noël à toutes les mères Noël qui se défoncent à faire les courses, le ménage, la bouffe et la vaisselle.

Tout en torchant les mômes et réconfortant les vieux…

Le tout pendant que des pères Noël, bière à la main, hurlent devant le hockey ou la dernière défaite de Servette en foot !

Je salue aussi mes compères qui participent autrement qu’en débouchant les bouteilles comme s’il s’agissait d’un exploit :

Après deux mille ans de religions sexistes et une éducation par Hanna et ses copines, nous avons quand même un certain mérite…

Joyeux Noël à toutes et à tous !

RSR1 23-12-2009

13:01 Publié dans rsr.ch | Tags : enfants, parents, noël, sexisme, éducation, crêpes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/12/2009

Cultures, mode d’emploi

Mille siècles d’histoire ont produit six milles langues humaines, plus encore de sociétés et de cultures.

Nos lointains ancêtres étaient peu nombreux et dispersés.

La cohabitation des cultures posait problème deux à deux, entre voisines, surtout aux frontières.

La croissance démographique due à l’agriculture a multiplié ces rencontres entre cultures.

Elle a produit des cohabitations harmonieuses entre ethnies tolérantes et respectueuses des autres.

Mais aussi des empires où une culture, une politique, une religion opprimaient ou éradiquaient les autres.

Nous vivons la mondialisation des transports, de l’information, et la circulation d’une forte minorité d’humains.

Les problèmes de cohabitation entre cultures autochtones et immigrées sont partout multipliés.

Des lois sont nécessaires, protégeant les unes et les autres.

Elles doivent définir des droits humains généraux, et leurs déclinaisons locales.

Les cultures dominantes n’ont jamais respecté les droits humains. Inquisition, colonialisme, nazisme, stalinisme, islamisme, sionisme, libéralisme,… l’histoire ne cesse d’allonger la liste des oppresseurs.

Pour cohabiter, les cultures doivent être purgées des atteintes aux droits et aux libertés, individuels et collectifs.

Comme les conversions et les mariages forcés, les mutilations et l’endoctrinement des enfants, ou le prosélytisme agressif.

Au niveau collectif, les communautés nationales devraient s’inspirer de l’expérience de nombreuses régions multi – ethniques.

Dans certains villages africains, par exemple, un statut d’étranger donne des droits et des devoirs.

On pratique sa langue et ses coutumes, mais à condition de respecter celles de ses hôtes.

Qu’il s’agisse de vêtement, d’éducation, de propriété ou d’architecture…

RSR1 16-12-2009

09:11 Publié dans rsr.ch | Tags : culture, langue, cohabitation, tolérance, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

09/12/2009

Musulmans européens et minarets djihadistes

Le coup des minarets provoque des réactions sans rapport avec la question posée.

Il s’agissait d’architecture exotique et de paysage !

Les minarets ne sont pas indispensables aux mosquées et aucun musulman ne voit sa liberté religieuse menacée.

Hormis deux ou trois salafistes, ce sont des bobos qui hurlent avec les dictatures islamistes.

Pas la majorité des musulmans d’Europe, dont beaucoup rigolent du feu au lac !

Il serait intéressant de savoir pourquoi nous avons voté une initiative incohérente.

Et pourquoi le gouvernement n’a pas proposé de contre projet intelligent.

Le radicalisme islamique veut contrôler les musulmans d’Europe et leur imposer des modes de vie qui leur sont étrangers.

C’est une menace pour leurs libertés et pour notre paix sociale.

Les missionnaires chrétiens, en particulier les sectes, sabordent aussi les cultures de nombreux pays.

Les théocraties juive et musulmane condamnent le Proche Orient à la guerre perpétuelle.

Les suisses sont épris de paix et de libertés individuelles, comme les Européens, qui auraient voté pareil, s’ils avaient pu !

Ils n’ont pas envie de revenir à la case guerre de religions.

Si cela s’est exprimé sur une proposition absurde, c’est que le politiquement correct ne l’a pas permis autrement.

Les femmes, musulmanes ou pas, jouissent ici de libertés inconnues ailleurs.

La plupart ne veulent pas que des prêtres s’en mêlent.

Les cultures qui ne respectent ni les libertés individuelles, ni les femmes, ni les autres cultures, n’ont pas à être respectées.

Pas plus que les politiciens qui crient que le peuple se trompe ou qu’il faut revoter parce que le résultat ne leur plait pas !

RSR1 09-12-2009

12:06 Publié dans rsr.ch | Tags : démocratie, libertés, musulmans, femmes, religion, culture, minarets | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/12/2009

Libertés de religion et de circulation des travailleurs

Pratiquer une religion choisie en toute liberté fait partie des droits humains.

Mais cela doit rester une affaire privée et personnelle.

Agresser les autres par les symboles d’une religion imposée avant la naissance est doublement contraire à ce droit humain.

L’islam, librement pratiqué en Suisse, n’a que faire des minarets dont les pétro – dollars et Ben Laden veulent fleurir le monde.

Je déteste l’UDC et faire une initiative « sélective » contre les minarets était ridicule. Mais l’acceptation massive prouve que le sujet répondait à un sentiment qui va bien au delà de l’électorat d’extrême droite populiste et qui ne trouve pas de réponse de la part des partis politiques qui se prétendent sérieux.

Avec de très nombreux amis musulmans, je partage le ras le bol face à l’islamisme radical du jihad. La plupart des musulmans suisses ou résidents en Europe souhaitent vivre à l’européenne et non selon les préceptes moyenâgeux des imams dépêchés par les pays du Golfe.

Des minarets nombreux offenseraient nos paysages culturels,

comme la cathédrale de Yamoussoko, double de Saint-Pierre de Rome construit par Houphouët Boigny en ruinant son pays, jure dans la brousse ivoirienne.

L’architecture religieuse agressive, clochers compris, aurait dû faire l’objet d’un contre projet laïque de régulation de la part du gouvernement fédéral.

Il ne l’a pas fait, tant pis pour lui !

Autrement plus graves sont les déclarations de Micheline Calmy – Rey, puis Doris Leuthard, sur les travailleurs immigrants.

La « préférence locale » à la Stauffer qu’elles préconisent pour l’emploi n’est qu’un voile hypocrite sur une récupération populiste indigne de leurs partis.

Il est paradoxal que le patronat soit quasi - seul à protester contre les aberrations de la ministre socialiste !

Car, dans ce domaine, toutes les responsabilités sont dans le camp de certains patrons.

Ce sont eux qui utilisent la main d’œuvre étrangère et les clandestins pour contourner les lois et augmenter leurs profits.

Résidents suisses, frontaliers ou étrangers, les travailleurs ne font que subir la loi d’un marché biaisée par les gouvernants et les patrons.

Ce sont ces patrons et ces gouvernants qui font progresser la misère dans les sociétés les plus riches du monde.

Pas les travailleurs, les chômeurs ou les immigrés, dont il est urgent de rappeler que ce sont des êtres humains, pas des « ressources humaines » !

D’après la RSR1 2-12-2009, complété.

16:14 Publié dans rsr.ch | Tags : religion, minarets, initiative, immigrants, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/11/2009

Leur éducation n’est pas à vendre !

Cette chronique vous est offerte par la Radio Suisse Romande, la Première.

Elle n’est pas sponseurisée.

Elle sera, pendant une minute trente, libérée de toute publicité commerciale.

C’est une entreprise de service public.

Ses prestations sont un dû pour ceux qui paye une redevance pour écouter la radio.

Goûtez - la bien, car les services publics sont en voie d’extinction, presque partout !

Les droits des citoyens sont en régression : droit de recevoir du courrier n’importe où, ou bien de parler à un être humain aux guichets.

Quand les services publics ne sont plus assurés par les états, on privatise.

Arrivent alors des mercenaires et des actionnaires qui n’ont aucun souci des droits humains ou du service public.

Sinon des milices policières irresponsables, comme dans les Amériques. Nous n’en sommes pas encore tout à fait là.

Pour le moment, la pire menace, chez nous, concerne le droit à l’éducation pour tous.

Ce droit allait de soi pour la génération des grands parents actuels.

Les étudiants de toute la Suisse commencent à manifester au cri de

« Notre éducation n’est pas à vendre ! ».

La volonté d’augmenter les taxes universitaires, qui vient des partis de droite, a pour objectif de transformer les entreprises publiques à apprendre en entreprises privées à fric.

Il est temps que les universitaires qui ne s’associent pas à ce coup bas contre la démocratie s’expriment.

Et qu’ils disent clairement que l’objectif de l’enseignement est de trouver les meilleurs pour tous les emplois parmi tout le monde.

Et non de tout offrir aux moins mauvais de ceux dont les parents peuvent payer, et rien aux autres !

 

RSR 1 25-11-2009

12:14 Publié dans rsr.ch | Tags : éducation, université, service public, démocratie, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

18/11/2009

Science et politique, de Darwin à nos jours

Les scientifiques d’une société propagent ses idéologies et participent à leur construction.

Charles Darwin était un riche bourgeois.

Il fréquentait Adam Smith et Herbert Spencer, prophètes du capitalisme.

Ces derniers lui ont sans doute fait exagérer, un temps au moins, le rôle de la compétition dans l’histoire de la vie.

A l’opposé, des communistes prenaient la sélection naturelle comme argument pour la lutte des classes !

Pourtant, Darwin n’a pas rencontré Karl Marx, comme l’imagine une excellente fiction théâtrale romande !

Il évitait les récupérations politiques, religieuses et les conflits, même si sa théorie ruinait le fondamentalisme chrétien.

La science occidentale idolâtre Darwin, mais s’inspire plus de Spencer que de la prudence du grand naturaliste.

Elle fait l’apologie de la compétition et du court terme, provoquant un énorme gâchis de moyens et de talents.

Elle pratique le culte de l’argent et même la spéculation : l’université de Lausanne a perdu ses économies en bourse l’an passé !

Cette science néo - libérale recourt à la propagande, quand ce n’est pas à la publicité mensongère.

Elle méprise souvent les subalternes, les femmes et les étudiants, considérés comme de la « chair à canon ».

De jeunes docteurs, aujourd’hui, se font détruire leur vie privée par de courts contrats qui les baladent à travers le monde…

Ils passent par la case chômage, selon les moyens et les besoins temporaires des laboratoires.

Comme ils doivent envier Charles Darwin qui a travaillé à son goût, chez lui, pendant des décennies, grâce à la fortune familiale !

RSR1 18-11-2009

09:47 Publié dans rsr.ch | Tags : science, politique, darwin, spencer, marx, université | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/11/2009

Bêtisier fédéral : le futile et le désagréable

La Berne fédérale résonne parfois de clameurs médiatiques stupides.

Proposer de supprimer 200 hôpitaux était sans doute une tentative de survie de Couchepin à sa mort fédérale !

De même pour la ridicule sur - taxation des pendulaires imaginée par Leuenberger.

Les propos de Bastien Girod sur une limitation de l’immigration au prétexte d’écologie sont plus inquiétants.

L’immigration est le seul frein au vieillissement rapide d’une population suisse peu féconde.

Un vieillissement aux conséquences néfastes.

Ensuite, les problèmes écologiques sont d’abord la surconsommation et le gaspillage, par beaucoup de résidents et relativement peu d’immigrés.

Pas une croissance lente des effectifs totaux !

Enfin, les problèmes écologiques sont continentaux et mondiaux.

Notre petite Suisse est anecdotique et liée au reste de la planète.

Aucune frontière ne l’isolera de l’égarement du monde.

Les Verts montrent souvent une incompétence redoutable en écologie, pire en économie et en démographie.

Leurs appétits électoraux les font délaisser leurs alliés en perdition pour rejoindre les populistes qui ont le vent en poupe.

Il est temps que les électeurs se rendent compte que les problèmes écologiques sont sérieux.

Ils méritent d’être traités par des gens compétents, loin des proclamations démagogiques et des scoops inexacts.

Certains partis s’en soucient fort peu et méritent d’en être sanctionnés.

Mais il serait dangereux de suivre des populistes incohérents qui n’en parlent que dans des buts électoraux.

J’espère que les citoyens finiront par préférer les politiques qui réfléchissent à ceux qui vocifèrent…

 

RSR 1 11-11-2009

08:35 Publié dans rsr.ch | Tags : écologie, démographie, immigration, vieillissement, consommation, fédéral | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/11/2009

Darwin en vrai : la modestie de la science face aux abus des religions

Les pays épris de sciences, dont Genève et la Suisse, célébrent, la semaine prochaine, l’anniversaire de "l’Origine des espèces..." de Charles Darwin.

L’originalité de ce livre a été soulignée par les ennemis religieux de l’auteur, qui y rassemblait surtout des faits et des idées déjà connus.

Sa démonstration montre que l’histoire de la vie est un processus matériel dans lequel aucune explication surnaturelle n’est nécessaire.

Sélection naturelle, continuité des lignages, histoire des milieux et contingence, ce que Buffon qualifiait de « causes actuelles », explique ce que nous savons de l’histoire de la terre.

Il n’est pas étonnant que les excités fondamentalistes diabolisent, encore aujourd’hui, le paisible naturaliste malade de Down.

Ni que ses supporteurs excessifs créent un mythe religieux autour de celui qui avait montré que les dieux n’aident pas à comprendre la vie.

Le Muséum de Genève nous donne l’occasion de revenir à des textes originaux importants ou méconnus de Darwin par des lectures, suivies de débats.

On y découvre un Charles Darwin curieux de tout ce qui fait la vie quotidienne et se posant plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

L’Académie suisse des sciences naturelle et l’Université de Genève, avec la complicité de François et Jean-David Rochaix, nous offrent deux pièces de théâtre, suivies de débats animés par des chercheurs.

On y montre la réalité humaine attachante et les interrogations du grand homme.

Pour cela, les auteurs utilisent un mélange subtil de réalisme historique et de fiction, souvent drôle, sinon délirante.

Comme la supposée rencontre avec Karl Marx.

Des occasions à ne pas manquer par ces longues soirées d’hiver…

RSR1 04-11-2009

Ne pas manquer les lectures débats au Muséum d’histoire naturelle de Genève, à Malagnou http://www.ville-ge.ch/mhng/anima_2009_darwin.php

Ni « Darwin en finit avec les Cirripèdes » et « La confession de Darwin » à Uni Bastions www.darwin2009.net

17:19 Publié dans rsr.ch | Tags : darwin, évolution, lecture, théatre, religion, science, marx | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/10/2009

Mon pote le virus…

Si une cellule humaine mesurait dix mètres, le virus de la grippe A serait gros comme une noisette.

Dans sa coque, huit gènes, inertes.

La coque peut les injecter dans une cellule.

Si la cellule est vulnérable, elle copie alors le virus en grandes quantités.

La copie des virus comporte souvent des erreurs, des mutations : autant de nouveautés !

Parfois, plusieurs virus infectent la même cellule.

Ils mélangent alors leurs gènes et créent de nouveaux virus, désuets ou redoutables.

Les virus sont donc les enfants de la chimie et du hasard.

Certains s’attaquent à plusieurs espèces vivantes, d’autres à une seule.

Mais s’ils tuent tout le monde, ils disparaissent aussi !

En mutant, ou en se mélangeant, les virus peuvent changer : d’inoffensifs à dangereux, ou l’inverse.

Ils peuvent aussi changer de transporteurs : passer des porcs aux oiseaux, ou bien aux humains.

Malgré ses soixante mille milliards de cellules, dotées chacune plus de gènes que soixante mille virus, chacun de nous peut être tué par un seul virus.

Et notre espèce pourrait disparaître si les virus se trompaient un peu trop en se recopiant.

Une seule mutation, au hasard, du plus infime virus pourrait mettre fin à l’histoire des humains et de la pensée, des dieux et des stars… Bref, à l’histoire tout court…

Finies les religions, les civilisations, les philosophies, la gastronomie et l’érotisme. Morts la Lambada et Mozart, le loto et le foot !

Comme Brassens, personne n’aurait plus jamais mal aux dents…

Quelle leçon de modestie ! Mieux vaut en rire…

 

RSR1 28-10-2009

 

 

11:22 Publié dans rsr.ch | Tags : grippe a, virus, évolution, fin de l'humanité, biologie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/10/2009

Quand elles pètent les plombs…

J’ai parfois eu de l’admiration pour l’habileté ou le courage de nos conseillères fédérales.

Raison de plus pour ne pas les épargner quand elles disjonctent !

Un coup d’œil à droite d’abord :

Madame Leuthard pleure les 5000 emplois que ferait perdre, selon elle, l’abandon de l’exportation d’armes de guerre suisses.

Qu’est-ce que 5000 emplois à côté des centaines de milliers perdus par les délocalisations des patrons et les banquiers ?

Qui n’ont pas l’air de la bouleverser…

Comment son parti, prétendu chrétien, soutient-il ce commerce de mort, anecdotique pour notre économie ?

Vous me direz que les prêtres bénissent les armées et les canons ?

Eh bien, c’est votre problème, à vous les croyants !

Un regard vers la pseudo – gauche, ensuite :

Madame Calmy – Rey nous relance le projet d’un mandat présidentiel de quatre ans ?

Regretterait-elle de ne pas avoir l’époustouflant Mr Merz trois ans de plus, comme image fulgurante de la confédération ?

Ou bien que l’inénarrable Monsieur Couchepin ne l’ait pas fait rire quatre fois plus longtemps ?

A moins que le retour à l’hypermonarchie héréditaire en France voisine ne lui donne des envies ?

La personnalisation du pouvoir est le plus grand échec des démocraties bourgeoises.

Elles ont ainsi porté au pouvoir les pires dictateurs et les plus grands falsificateurs de la politique.

Il est plus facile de choisir des dirigeants à leur bonne tête, souvent relookée, plutôt qu’en choisissant parmi leurs projets.

Mais ne nous étonnons pas quand la tête du politicien conduit à n’importe quoi, sans rapport avec son étiquette et ses promesses.

C’est une excellente chose que ce pays ne soit pas représenté par une seule tête durable…

RSR1 21-10-2009

14/10/2009

La propagande coule le débat politique !

Les campagnes électorales et leurs résultats, à Genève comme ailleurs, deviennent inquiétants.

Les votes se font de plus en plus à la tête du client.

Une propagande et des slogans simplistes remplacent les débats d’idées et les choix politiques.

Des leaders dotés d’images personnelles fortes, sinon franchement machos, semblent essentiels.

Usurper le drapeau national pour un usage partisan fonctionne bien, à Genève comme en France.

A condition, toutefois, de ne pas le souiller, comme l’a fait bêtement l’UDC.

La politique rejoint le nationalisme sportif, ses drapeaux et la pipolisation de ses stars.

Faire peur avec les frontaliers, le climat ou l’apocalypse écologique marche fort.

Communiquer avec de bonnes têtes et des slogans naïfs a souri aux Verts.

Par contre, avoir des programmes détaillés ou des idées à débattre est très contre productif et a pénalisé les vieux partis.

Bref, on reconnaît l’influence des médias de masse qui ne cessent de zapper, de saucissonner tout message de pubs, d’annonces et autres coupures.

Et qui rejettent souvent tout ce qui appelle une pensée cohérente.

L’incapacité à se concentrer et à réfléchir ou bien leurs tendances grégaires sont souvent reprochées aux jeunes.

Ici, elles frappent des adultes qui, il est vrai, sont d’anciens jeunes !

Ont-ils oublié de grandir en vieillissant, ou bien sont-ils aussi des victimes de la décérébration médiatique ?

Avec du recul, on a l’impression que la propagande a battu l’intelligence : Pavlov 5 buts, Piaget zéro !

RSR1 14-10-2009

12:45 Publié dans rsr.ch | Tags : propagande, populisme, démagogie, débat, politique, démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |