09/12/2017

Paris : l’évasion fiscale descend les Champs Elysées !

Honorée par un ancien très haut cadre de la banque Rothschild, accessoirement ancien ministre de l’économie et des finances et actuel président de la république française, adoubée par une foule hystérique de petits contribuables (la plupart honnêtes et rackettés par un fisc rapace), la dépouille d’un usager proclamé de substances illicites (cannabis, cocaïne,…) descend en cortège les Champs Elysées parisiens. Un hommage très rare, auquel n’ont pas droit la plupart des plus méritants de tous les arts et toutes les professions…

Cet optimisé fiscal déclarait, dans un de nos cantons et autres lieux de dumping, ses fabuleux revenus encaissés surtout en France (son business s’exportait mal, sauf au Japon, où il était - paraît-il - associé à un célèbre dessin animé). C’est dire si les plus hautes autorités politiques passées et à venir, qui se bousculent devant les caméras pour adouber l’idole par des louanges creuses et d’une bêtise accablante, font peu de cas des lois dès que l’émotion entraîne les foules dans des délires collectifs, qu’il s’agisse de foot, de pseudo-rock ou de religion !
On aurait pu croire que cette stupidité galopante s’arrêtait aux frontières de l’hexagone concerné. Mais l’autre jour, cherchant de l’info sur le site de la Julie, j’ai dû faire défiler, après les multiples pubs clignotantes, quatre articles sur le Johnny en question avant d’arriver à une nouvelle nationale mineure : l’élection du président de la Confédération, l’humain censé représenter les millions de suisses à l’international pendant un an ! Un Berset national passe après et vaut quatre fois moins qu’un délinquant français…

J’avais déjà été perturbé d’avoir pris en pleine figure, il n’y a pas longtemps, la manchette du Matin : « Pourquoi le bilan de Trump est bon ». Effectivement, appauvrir les pauvres, enrichir les riches et mettre le monde à feu et à sang avec ses copains Kim ou Netanyahu, quoi de meilleur ?

Entre Trump et Johnny, les médias nous fabriquent de drôles de cultes et de drôles d’idoles…

Mais Trump a au moins un avantage : à ma connaissance, il ne chante pas !

 

PS : quelques lectures saines pour vous consoler...

 

 

johnny halliday,alain berset,emmanuel macron,optimisation fiscale,drogues,rock,genève,paris

johnny halliday,alain berset,emmanuel macron,optimisation fiscale,drogues,rock,genève,paris

01/03/2016

Salon des assassins à Palexpo !

Comme le titrait la Julie, « sportives » et 4x4 sont les stars du salon de l’auto, dont on encense les bolides, construits et vendus pour violer en permanence le code de la route, polluer bien plus que nécessaire et tuer presque impunément des milliers d’innocents. Car, parmi les drogues dures, la vitesse et l’imprudence automobiles ont la particularité de faire plus de victimes parmi celles et ceux qui ne les pratiquent pas – innocents transportés, conducteurs prudents, cyclistes et autres piétons qui n’ont que le tort d’être là - que parmi les cinglés de la vitesse et de la prise de risques. L’« automobilisme passif » est ainsi pire que le tabagisme passif, en faisant plus de victimes parmi les non-consommateurs que parmi les consommateurs.

Ceci soulève au moins trois problèmes de société fondamentaux :

Le premier est la répression très insuffisante des délits de prise de risque automobile et de la criminalité au volant. Le terrorisme automobile est encore considéré comme anecdotique, voir héroïque sur les réseaux sociaux, alors qu’il tue bien plus, chez nous, que le terrorisme politique.

Le second est l’absence totale de contrôle du politique sur la propagande commerciale en faveur de bolides qui devraient être considérés comme hors la loi, puisque conçus, fabriqués et vendus délibérément pour violer les lois, codes et règlements. Les politiques sont-ils vendus à un lobby automobile criminel ou seulement désuets face à aux dealers de drogue dure mortelle ?

Le troisième est l’incroyable indulgence de la majorité de la population - pour qui la voiture n’est qu’un moyen commode pour se déplacer prudemment ou transporter du matériel - vis-à-vis des crimes des fous de la vitesse, de la frime et des exhibitions routières dangereuses.

Nous avons tous perdu ou failli perdre aujourd’hui trop de membres de nos familles, d’amis, de connaissances, victimes définitives ou handicapées à vie par suite d’accidents provoqués par les hooligans du salon de l’auto. Il serait temps de mettre ces derniers et les dealers d’excès de vitesse de Palexpo hors d’état de nuire !