13/06/2018

Reviens, Calvin, ils sont devenus fous !

Voilà, Jeannot, que ta bonne ville de Genève s’apprête à accueillir, comme une rock star à Palexpo, l’ensoutané en chef des catholiques, l’héritier des génocidaires de la Saint Barthélémy et des douceurs des siècles de Sainte Inquisition. Que le Canton, qui se veut démocratique, accueille à bras ouverts ce champion de la pensée totalitaire, de l’oppression des femmes et des consciences, cet envoyé spécial en direct du pire du Moyen Age, me déçoit en mal ! Qu’on admette, à la rigueur, que Papa Macho Tango fasse une escale technique à Cointrin, pourquoi pas ? Après tout, on accorde bien la discrétion aux pires dictateurs qui viennent à l’ONU ou pour gérer leurs détournements de fonds, aux criminels de paix du capitalisme financier, aux mafieux russes et aux grands voleurs du patrimoine des pays du sud… Mais que le pantin du Vatican vienne faire son concert et sa pub chez nous, que nos autorités se bousculent pour aller lui serrer la louche, et pourquoi pas baiser ses gris- gris, est insupportable ! On ne peut pas, d’un côté, promouvoir – difficilement ! - les droits des femmes et des LGBT et, de l’autre, recevoir en grande pompe l’un des supers promoteurs de la misogynie et de l’homophobie. On ne peut pas se dire prêt à tout pour protéger les enfants, et dérouler le tapis rouge au chef d’une hiérarchie qui, malgré les scandales, ne vient pas à bout des pédophiles que ses règles et traditions ridicules engendrent. Et puis est-ce bien le rôle de la République de faire la fête au pote de toutes les têtes couronnées les plus archaïques, des extrêmes droites polonaises, serbes ou espagnoles, et des plus friqués de tous les pays enchristés ? Bref, à un ennemi définitif des droits humains et des libertés individuelles…

Alors, que faire ? Quand on est indigné, minoritaire, non violent et que l’on ne s’exprime que par les fissures du mur de la honte des médias, il ne reste que l’humour pour hurler et tenter de propager un solennel

« VADE RETRO PAPANAS ! ».

Puisse la section locale de l’Internationale Pâtissière engager l’action qui s’impose, avec l’adaptation que demande le déguisement blanc crème du guignol ! Je demande une dérogation opportuniste spéciale à notre grand leader Noël Godin :

« ENCHOCOLATONS CE PAPEUX CORNICHON ! GLOUP, GLOUP, GLOUP ! »

                                                        Dédé-la-science

 

PS : ne vous trompez quand même pas trop sur mes affinités calvinistes, malgré la tolérance de certains pratiquants à mon égard et ma sympathie pour quelques doux rêveurs dans leurs rangs. Bien sûr, dans Calvin, il y a vin et dans de Bèze, il y a presque baise ! Mais tant qu’ils croiront aux miracles ou aux contes et légendes de la famille Jésus, je ne risque pas de les suivre…

09/12/2017

Paris : l’évasion fiscale descend les Champs Elysées !

Honorée par un ancien très haut cadre de la banque Rothschild, accessoirement ancien ministre de l’économie et des finances et actuel président de la république française, adoubée par une foule hystérique de petits contribuables (la plupart honnêtes et rackettés par un fisc rapace), la dépouille d’un usager proclamé de substances illicites (cannabis, cocaïne,…) descend en cortège les Champs Elysées parisiens. Un hommage très rare, auquel n’ont pas droit la plupart des plus méritants de tous les arts et toutes les professions…

Cet optimisé fiscal déclarait, dans un de nos cantons et autres lieux de dumping, ses fabuleux revenus encaissés surtout en France (son business s’exportait mal, sauf au Japon, où il était - paraît-il - associé à un célèbre dessin animé). C’est dire si les plus hautes autorités politiques passées et à venir, qui se bousculent devant les caméras pour adouber l’idole par des louanges creuses et d’une bêtise accablante, font peu de cas des lois dès que l’émotion entraîne les foules dans des délires collectifs, qu’il s’agisse de foot, de pseudo-rock ou de religion !
On aurait pu croire que cette stupidité galopante s’arrêtait aux frontières de l’hexagone concerné. Mais l’autre jour, cherchant de l’info sur le site de la Julie, j’ai dû faire défiler, après les multiples pubs clignotantes, quatre articles sur le Johnny en question avant d’arriver à une nouvelle nationale mineure : l’élection du président de la Confédération, l’humain censé représenter les millions de suisses à l’international pendant un an ! Un Berset national passe après et vaut quatre fois moins qu’un délinquant français…

J’avais déjà été perturbé d’avoir pris en pleine figure, il n’y a pas longtemps, la manchette du Matin : « Pourquoi le bilan de Trump est bon ». Effectivement, appauvrir les pauvres, enrichir les riches et mettre le monde à feu et à sang avec ses copains Kim ou Netanyahu, quoi de meilleur ?

Entre Trump et Johnny, les médias nous fabriquent de drôles de cultes et de drôles d’idoles…

Mais Trump a au moins un avantage : à ma connaissance, il ne chante pas !

 

PS : quelques lectures saines pour vous consoler...

 

 

johnny halliday,alain berset,emmanuel macron,optimisation fiscale,drogues,rock,genève,paris

johnny halliday,alain berset,emmanuel macron,optimisation fiscale,drogues,rock,genève,paris

13/02/2016

Vernets : trouffions, béton, NON !

     Ainsi, non contente d’avoir pollué et enlaidi un bel espace genevois aux Vernets, l’armée de clowns de la confédération voudrait qu’on lui mette un autre terrain à disposition pour polluer et enlaidir ailleurs, aux frais des contribuables locaux. Lesquels votent de plus en plus pour la suppression de ladite armée et refusent, chaque fois qu’ils peuvent, ses gadgets coûteux. Vengeance tardive des lobbies de marchands de canons alémaniques et de leurs relais populistes ? Des politiciens, dont on attendait mieux, tentent de nous expliquer que c’est une affaire superbe qui va résoudre la crise du logement en bétonnant une des dernières zones encore aérées du secteur Carouge-Acacias-La Praille. On ne sait trop comment les répartir entre ceux qui sont vendus aux lobbies de bétonneurs et au culte de la croissance, au mépris de la qualité de la vie, et quelques naïfs qui espèrent qu’une action locale et limitée résoudra une « crise » dûment organisée par des spéculateurs et des régies qui en tirent un maximum de profits.

      Genève avait le privilège d’être une petite ville entourée de villages. La qualité de vie résistait déjà mal à une automobilisation absurde à son échelle. Mais la volonté de croissance à tout prix – pour quoi faire ? – passe par des cadeaux fiscaux à des entreprises étrangères qui coûtent beaucoup indirectement et rapportent peu, puisqu’elles ne sont là que pour optimiser leur fiscalité. Ce qui revient à faire un médiocre transfert entre les impôts du contribuable local et les budgets cantonaux, tout en aggravant le problème du logement par l’arrivée de demandeurs plus prospères que ce contribuable. En tant que Carougeois, je ne décolère pas de voir qu’un de nos magistrat se réjouit de voir croître d’un tiers la population du « village », qui en est de moins en moins un ! Il n’était déjà plus possible de manger le midi dans les bons bistrots envahis de costumes cravates parlant un anglais médiocre depuis l’installation locale des sièges de très grandes banques ; des bistrots dont les prix ont souvent pris l'ascenseur en conséquence. Si l’on bétonne les Vernets comme le veulent nos élus, la croissance de la population ne manquera pas d’entraîner mécaniquement la décroissance de la qualité de la vie. On finira presque par regretter la caserne, ses rotations de véhicules absurdes et les meutes de trouffions alémaniques titubant la bière à la main… Au moins, il restait quelques arbres et quelques herbes au milieu !