sortez pas idiots !

  • TOUS 100% AFRICAINS !

    Imprimer

    Ainsi que le rappelle l’exposition  « Afrique : 300 000 ans de diversité humaine »* qui vient de s’ouvrir au Muséum d’Histoire Naturelle de Genève, après avoir été présentée cet été à la salle d’exposition de l’Université, toutes les origines des sept milliards d’humains actuels remontent à des premiers ancêtres exclusivement africains. Toutes nos généalogies d’humains, si l’on remonte assez dans le temps, convergent vers quelque part entre le Maghreb et l’Afrique du Sud, entre l’Ethiopie et le Maroc. Même celles de Trump, Xi-Jinping, Le Pen ou Blöcher ! En effet, nos plus proches parents animaux sont des grands singes exclusivement africains : Chimpanzés, Bonobos et Gorilles. Nous savons aujourd’hui que nous partageons presque tout notre matériel génétique et l’essentiel de nos caractères biologiques avec eux. Ce qui prouve que nous descendons d’ancêtres communs que la recherche situe, en Afrique, il y a six à neuf millions d’années. Une fourchette de temps confirmée par les plus anciens fossiles de notre famille zoologique. Charles Darwin faisait déjà remarquer que, comme nos cousins grands singes africains ne sont jamais sortis de leur continent, il était sûr que nos premiers ancêtres humains y étaient apparus. Tous nos cousins fossiles, Australopithèques et premiers Homo non sapiens y vivaient, jusqu’à ce que certains de ces Homo partent à la conquête du monde, en Géorgie il y a 1,8 millions d'années, puis en Chine, en Indonésie et en Europe. Il y a sans doute eu toute une série de « sorties d’Afrique ». Certaines, non datées, ont engendré en Europe et en Asie des populations de « néandertaliens » et, en Sibérie et en Asie du sud des populations de « dénisoviens », identifiées par des fossiles, et qui ont transmis un peu de leurs gènes aux populations actuelles des mêmes continents. L’émigration hors d’Afrique de leurs ancêtres a précédé celle des Homo sapiens que nous sommes. Les Homo sapiens apparaissent tardivement, vers -300 000 ans au Maroc, vers -200 000 en Ethiopie, puis en Afrique du Sud. Ce n’est qu’à partir de -120 000 ans qu’ils sortiront à leur tour d’Afrique, en plusieurs vagues, passant par l’Arabie et la Palestine pour rejoindre l’Asie du sud et l’Australie, où ils arrivent vers -50 000 ans, puis l’Europe vers – 40 000 ans. En Eurasie, certains rencontreront des néandertaliens ou des dénisoviens, avec lesquels ils se métisseront un peu. Nos patrimoines génétiques d’Homo sapiens actuels descendent donc, pour l’essentiel, des dernières vagues d‘émigrés sapiens africains avec, pour certains d’entre nous, en Eurasie, en Orient et en Océanie, des traces d’émigrations antérieures. On ne sait pas grand chose de celles-ci, sinon que leurs descendants sont allés jusqu’en Dordogne et en Iran pour les néandertaliens, jusqu’en Sibérie et en Papouasie pour les dénisoviens.

    Toutes nos origines sont donc 100% africaines et l’on est en droit de s’interroger sur la signification des « tests d’ancestralité » que des sociétés américaines, anglaises et israéliennes vendent sur internet contre un frottis buccal (pour extraire de l’ADN) et plus ou moins d’argent. Avec un culot monstre et sans préciser aucune datation, ces entreprises fondées à la périphérie de grandes universités, vous raconteront que vos ancêtres venaient pour X% de Pologne, Y% du Valais, Z% du Cameroun et 1% de Laponie ou du Mexique! Dans les meilleurs cas, on vous raconte même une histoire sur leur mode de vie, leur religion ou je ne sais quoi. Dans les pires et les plus chers des cas, on vous annonce un futur médical, non garanti puisqu’il ne peut s’agir que de probabilités calculées n’importe comment. En négligeant ce genre de commentaires astrologiques, il convient de remarquer que les résultats fournis sont calculés d’après les fréquences des gènes et séquences d’ADN dans les populations actuelles, souvent très mal connues, alors qu’il faudrait, pour bien mesurer quoi que ce soit, connaître, aux dates successives de la préhistoire et de l'histoire, les fréquences des gènes dans les populations ancestrales du passé. Comme nos ancêtres n’ont cessé de se déplacer, de se métisser et de se séparer, tant pendant la préhistoire que pendant l’histoire, on ne les connaît, bien sûr, pas du tout ! Ces calculs prétendus d’ancestralité, si populaires sur internet aujourd’hui, sont donc une pure et lucrative escroquerie dont les résultats rejoindront, dans les poubelles de la science, les mesures de "typologie raciale" qu’un polonais, Czekanowski, prétendait faire, il y a près d'un siècle, à partir de mesures anthropométriques telles que la longueur du crâne ou la largeur du nez.

    Si vous ne me croyez pas, allez donc voir l’exposition au Muséum, qui vous présente ce que les sciences nous disent vraiment de nos lointains ancêtres, tous 100% africains !

    ________________________________________________________________________________________

    *« Afrique : 300 000 ans de diversité humaine » Muséum d’histoire naturelle, 1 route de Malagnou, jusqu’en janvier 2020

  • Sciences et lectures d'été

    Imprimer

    Nous vivons dans un monde désorganisé par la médiatisation de n’importe quoi et l’incitation permanente à la paresse intellectuelle. Pourquoi se fatiguer à observer, comprendre, déduire pour aboutir à des incertitudes quand les marchands, les prêtres, les politiques, les charlatans et les astrologues vous proposent des « vérités » toutes faites, que l’on peut répéter avec l’arrogance dont on est capable, sans avoir à se justifier par autre chose qu’un vu à la télé, lu sur internet ou entendu en rumeur prioritaire ? Si le citoyen de base avait une formation critique élémentaire en philosophie, histoire et sciences, aucune publicité commerciale n’aurait le moindre effet, aucune religion « révélée » ne réussirait à conserver ses paroissiens. Les partis politiques contrôlés par l’argent privé perdraient leurs électeurs, les médecines parallèles leurs victimes, tandis que les jeux d’argent disparaîtraient.

    Nous en sommes bien loin quand les dirigeants des plus grands pays du monde, à l’exception d’une partie de l’Europe et, dans une certaine mesure, de la Chine, s’opposent à des conclusions scientifiques consensuelles au nom de dogmes financiers, religieux, pseudo-économiques ou politiques. Au point, dans les cas, extrêmes comme celui de la Turquie ou des USA, de démembrer ou restreindre un enseignement scientifique existant pour laisser libre cours aux intolérances fondamentalistes. Cf. Science en danger dans le Courrier du 4/7 passé.

    La plupart des chercheurs en sciences, la tête dans le guidon, n’ont pas encore réalisé à quel point leur activité indépendante se restreint et est menacée par la conjonction des intérêts privés à court terme, des prescriptions religieuses et politiques, des superstitions et des sarcasmes des pires médias. Laquelle tend à faire passer les connaissances scientifiques au mieux comme incompréhensibles et ennuyeuses, au pire comme inappropriées, relatives ou blasphématoires. L’arrogance positiviste des scientifiques ou pseudo-scientifiques médiatisés n’arrange rien à l’impopularité actuelle de la profession. Paradoxalement, la grande force de la science est la modestie de ses propositions et sa réfutabilité, bref l’aptitude à douter de soi. Mais cela devient une faiblesse dans les médias où le temps est court et où l’invective l’emporte à tous les coups sur la réflexion. Où l’autocritique, au lieu d’être perçue comme signe d’honnêteté est traitée comme preuve d’incompétence ou d’ignorance. Ce qui explique aussi que des scientifiques et pseudo-scientifiques parmi les moins rigoureux et les plus péremptoires squattent les écrans et les ondes.

    Charlie au labo.jpgPour sortir un peu de ce marécage, je vous recommande vivement « Charlie au labo », qui regroupe les meilleures chroniques d’Antonio Fischetti dans le journal du même nom, aux Editions Belin, magnifiquement illustrées par les dessins hilarants de Loïc Faujour. Vous y verrez que les résultats sciences peuvent être parfois simples, compréhensibles pour tous, intéressants ou drôles, et que l’autocritique de la science n’est ni un aveu, ni un suicide, mais sa grande force face à tous les irrationnels qui l'attaquent. Vous vous méfierez seulement de quelques dérives liées à la sensiblerie animalière de l’auteur et à son indulgence coupable pour la psychanalyse…

     

    couv299.jpgParmi les parutions régulières remarquables disponibles en numéros doubles d’été, ne manquez pas le Psikopat « spécial bricolage », qui vous rappelera avec humour moulte drames familiaux, ni un Siné Mensuel plein de jeux intelligents, de dessins et de nouvelles que vous ne lirez pas ailleurs...

     

     

    SM66_COUV.jpeg

  • Bonnes vacances !

    Imprimer

                                                                                                                  Pour ne pas vous ennuyer, sans travailler pour autant, n'oubliez surtout SM44_COUV-web.jpgpas le spécial été de Siné Mensuel, avec une couverture un peu franchouillarde, mais assez drôle, et plein de jeux et de conseils avisés. Tenez, je vous passe même l'info sur le contenu ici. J'y ai fait un quizz pour vous aider à trouver les différences entre vous et les autres bêtes. Pas toujours aussi évident que certains croient... 

     

     

     

     

     

     

                                      Psiko 277.jpg    Et puis, si vous partez vers l'Ouest en train, plutôt que d'abandonner n'importe qui au bord de la route, vous allez goûter les joies et les douleurs de la SNCF. Pour traiter une telle schizophrénie, le Psikopat d'été était le spécialiste tout indiqué. Nous vous avons  concocté un super dossier, que vous trouverez dans toutes les librairies ferroviaires dès la frontière passée. Avec en prime des jeux délirants et une Tambouille d'actualités écrites et dessinées !

  • Inauguration du MEG : cherchez "Charlie" Steve Bourget !

    Imprimer

    Aujourd'hui même, Genève s'apprête à ouvrir en grande pompe son musée d'ethnographie, somptueusement et coûteusement rénové aux frais du contribuable. Il paraît que l'opération architecturale est magnifique, que les espaces d'exposition multipliés sont remarquables et l'on s'apprête à fêter comme il convient ceux qui travaillent depuis quatre ans à ce grand projet : ce n'est pas tous les jours que l'on rénove ou que l'on ouvre un musée ! Parmi les clous d'une ouverture en fanfare, une exposition Mochica de trésors péruviens anciens, en première mondiale. Voici qui nous sort du provincialisme !

    On s'attend donc à voir sur le pont Mr Steve Bourget, proche collaborateur du directeur, spécialiste en art précolombien, responsable du département Amériques et enseignant en archéologie à l'Institut Forel de l'Université. Mais ce Monsieur, qui devait organiser un débat ce mardi au Cercle Genevois d'Archéologie semble avoir disparu sans prévenir, sans doute débordé par l'inauguration de ce soir...

    Le petit Vigousse, journal satirique illustré souvent bien informé, témoignait vendredi dernier (No208, 24 octobre p 5, article de Jean-Luc Wenger) d'une rumeur selon laquelle un "cadre éminent" du MEG, d'identité non précisée (sans doute, selon la formule, "connue de la rédaction") serait compromis dans une affaire d'objets volés, retrouvés par la police à son domicile ou par d'autres dans son bureau.

    Il a été beaucoup reproché à d'actuels responsables du MEG d'être ou d'avoir été très liés au milieu local des collectionneurs et commerçants en antiquités et art exotiques, qui ont parfois des interprétations très personnelles des lois et des conventions internationales sur les acquisitions, exportations et importations de biens culturels. Ceux-là même qui avaient fait échouer, avec des méthodes "musclées", un précédent projet bien plus scientifique. Sans doute pour contrebalancer cette fâcheuse réputation, le directeur actuel se prétend irréprochable sur le sujet, allant jusqu'à co-présider la commission d'éthique des musées genevois. Une belle réaction, mais qui pourrait être mal partie ! On lui souhaite quand même une belle inauguration et, s'il s'avérait que Vigousse n'a pas complètement tort, il sera toujours temps de consacrer les beaux espaces du MEG à un projet culturel et scientifique intéressant pour tous, plutôt qu'aux intérêts esthétisants et intéressés de quelques privilégiés...

    PS : je pensais trouver dans notre Julie un démenti scandalisé des insinuations de Vigousse - depuis une semaine, il y avait le temps - ou bien une enquête plus approfondie les confirmant. Mais je n'y trouve que des éloges du projet et de l'exposition péruvienne, sans mention de Steve Bourget qui, conservateur du département Amériques et spécialiste de la culture impliquée, me semble devoir être cité. J'ai peut-être mal cherché... Mais où est donc passé ce Charlie ?

  • Virginie exposée

    Imprimer

    "Médée" au Théâtre Saint-Gervais, tous les soirs, sauf vendredi, jusqu'au 10 juin
    Elle est forte et fragile, belle et simple, audacieuse et vulnérable. Elle sait tout faire : danse, joue de son corps, de sa voix, de ses instruments de musique, du cirque, du théâtre, de la commedia dell'arte, en italien ou en français.
    Virginie Lutz, mise en scène par Jérôme Richer, incarne ici les douleurs extrêmes des femmes exposées ou révoltées et prend seule sur scène, sans hésitation, tous les risques.
    Faites comme moi, profitez des dernières cette semaine !

    Lien permanent Catégories : sortez pas idiots ! 0 commentaire