24/03/2010

Le carnaval des testicules

La rotation de la terre nous expose un peu plus au soleil, les jours l’emportent sur les nuits, le chaud sur le froid.

C’est le printemps !

Les êtres vivants l’ont comploté tout l’hiver, en embuscade !

Un mois froid a préparé les bourgeons à fleurs des lilas.

La chaleur précipite jonquilles et narcisses hors des bulbes…

Durant les jours courts, le poids du testicule de canard est passé de un à cent vingt cinq grammes !

Les hormones ont transformé les doux colverts de l’automne en serial violeurs du Carnaval.

Mais, chez ces canards, les jours longs calment les testicules.

En quelques semaines, les Donalds s’assagissent.

Finie la bagatelle !

Ils se mettent en couple pour élever les jeunes de madame, pas forcément les leurs…

L’élan des plantes entraîne celui des insectes et le retour de migrateurs prolifiques, tant qu’on peut nourrir des jeunes.

L’ajustement précis des espèces au rythme des saisons résulte de millions d’années de sélection naturelle.

Il s’affine sans cesse jusqu’à ce que des changements, climatiques ou géologiques, le bousculent.

Alors, les espèces fragiles disparaissent et des opportunistes prospèrent, de nouveaux équilibres émergent…

... tout aussi provisoires que les précédents !

En rasant les forêts depuis dix mille ans, nous avons déclenché un de ces grands déséquilibres.

Avant de faire bien pire aujourd’hui !

Pollution et déboisement menacent bien plus d’espèces que le réchauffement, moins rapide qu’il y a 15000 ans.

Nul doute qu’une nouvelle biodiversité en émergera…

Le printemps sera toujours là, nos descendants peut-être pas …

Bon printemps quand même !

RSR1 24-03-2010

11:48 Publié dans rsr.ch | Tags : printemps, saisons, fleurs, rythmes de vie, évolution, biodiversité, testicules, canards | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/04/2009

Nuits longues et idées courtes

Il est bien connu que le poids moyen d’une couille de canard colvert passe d’un pauvre gramme en septembre à cent vingt cinq grammes, en moyenne, en février. La production de testostérone suit. Le bon père de famille colvert de la fin de l’été se transforme en obsédé sexuel vers novembre, puis en violeur de tournantes vers février. Il ne redevient bon mari, bon papa qu’avec le retour des beaux jours.
On a pu montrer que c’est la durée relative des jours et des nuits qui provoque ces marées testiculaires chez les anatidés : quand les jours raccourcissent, les couilles grossissent, quand ils rallongent, elles rétrécissent !
Les hormones dites mâles et femelles existent en fait dans les deux sexes, chez les canards comme chez les humains. D’ailleurs, dans de rares espèces de canards, ce sont les femelles qui sont colorées, agressives et qui font les pariades.
La testostérone, en grandes quantités, semble pousser les bas fonds du cerveau à l’agression. Les femmes en ont donc aussi, bien que moins, en général, que les mecs.
Comme les deux bécasses du PS français ont l’air très fortes en danse des canards, si les chefs sociaux - traîtres de ce parti bourgeois avaient eu deux thunes de bon sens, ils auraient attendu le mois d’avril pour élire Madame LEU secrétaire général, le temps que les gonades se dégonflent !
Mais, demander à une bande de bobos zénarques de prendre en compte des données élémentaires d’astronomie et de biologie, c’est pisser dans un violon, … comme Bob, avec la bague de Dati !

In Siné Hebdo N° 13

00:37 Publié dans dédé siné | Tags : canards, sexualité, saison, agression, comportement, socialistes françaises | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |