05/04/2017

Pas d’immunité religieuse !

La magnifique saillie (« pas d’immunité ouvrière ! ») du camarade Philippe Poutou, représentant du Nouveau Parti Anticapitaliste dans la consternante élection présidentielle française, a fait mouche. La preuve, c’est quasiment la seule chose que le site de la Julie – qui, jusqu’à ce jour, ne brillait pas dans la lutte anticapitaliste…- a retenue de plus de trois heures de débats entre une demi douzaine de psychopathes graves de l’ambition politique et quelques personnages de la vie réelle. Parmi ces derniers, deux militants sans illusions ni ambition, poussés par leur base à faire semblant pour diffuser des idées occultées par les médias. Si la formule de Poutou a fait mouche, c’est parce qu’elle dénonce, en trois mots, les privilèges, la corruption et l’impunité, totale ou relative, non seulement des gouvernants et des parlementaires, mais aussi des riches, des puissants et des paranoïaques de l’argent qui s’approprient tout ce qui passe, que ce soit les ressources naturelles ou l’argent des contribuables.

Mais, pire encore que l’appropriation impunie du bien commun, la confiscation permanente de l’information et de « la vérité » par les médias soumis à l’argent et/ou au politique n’est exposée à aucun contrôle, ni aucune sanction. Qu’il s’agisse du financement des partis libéraux par les complexes industriels ou financiers, du rachat de la presse, de l’audiovisuel et d’internet par des milliardaires fraudeurs fiscaux, ou bien des vérités Trumpeuses sur le climat. Qui paye la pub, la propagande, et leur diffusion, bricole sa vérité qui écrasera les autres au rouleau compresseur !

Le problème est qu’en journalisme, comme en science, la définition de la vérité ne va pas de soi. En science, le problème théorique est à peu près résolu parce que la partie éclairée des professionnels admet qu’il n’existe de « vérités » et de théories que réfutables et provisoires, destinées à être remplacées un jour par d’autres, plus efficaces pour représenter l’état du monde ou pour agir sur lui. Mais cette philosophie des sciences est inconnue ou incomprise hors des milieux concernés, et même de nombreux scientifiques qui continuent à chercher des vérités définitives et absolues.

Le phénomène n’est pas nouveau puisque, depuis plus de six millénaires, des prêtres imposent des « vérités alternatives » - contradictoires et incompatibles entre les différents cultes - basées sur des « faits alternatifs » d’origine douteuse, souvent réfutables ou réfutés. Que chacun ait le droit de croire aux miracles des évangiles, du coran ou du talmud est une chose. Que des gens puissent vouloir imposer aux autres, fût-ce leurs enfants, ce genre de « vérités révélées », non réfutables, est un crime contre l’intelligence humaine ! La plupart des prêtres en sont coupables depuis les débuts de leurs cultes et ils bénéficient d’une immunité scandaleuse ! Le problème n’est pas seulement la transformation de l’eau en pinard (à laquelle on aimerait croire !) ou l’ascension balistique du grand Jésus ressuscité. Il survient quand les illuminés qui croient à ces stupidités ou les diffusent veulent faire la loi et imposer leurs lubies aux autres. Quand des islamistes, au nom de ce qui est écrit dans leur coran, tuent les « apostats » ou les « coupables » d’adultère. Quand des barbares sionistes volent les terres et réinventent l’apartheid. Quand des cinglés évangélistes ou « manif pour tous » sont prêts à tuer des personnels de santé et veulent faire changer la loi, pour empêcher des femmes de faire ce qu’elles veulent de leur ventre et son contenu. Ou quand un pape, prétendu progressiste par abus, dit parler au nom d’un milliard de paroissiens pour imposer à toute l’humanité et à sa majorité féminine une vision de l’embryon humain précoce qui ne correspond en rien à l’état des connaissances scientifiques actuelles. Mais le même pape n’a toujours rien contre le racket des paroissiens pauvres et ne refuse pas plus les dons des riches que DAESH les pétro- dollars… Il faut bien vivre bien, on est infaillible et pourquoi mettre fin à deux millénaires d’immunité papale !

Le lien que je faisais ci-dessus entre science et journalisme est que les deux professions ont pour ambition de faire émerger et diffuser un état évolutif des connaissances, indépendant des faits alternatifs assénés par les religieux, les publicitaires et les propagandistes de tout poil. Les deux professions ont fait et font encore l’objet des pires persécutions depuis qu’elles existent. L’actuel répit relatif dont ont bénéficié les scientifiques en occident prend fin avec l’arrivée au pouvoir d’énergumènes amateurs de faits alternatifs comme Trump, Poutine, Netanyahu ou Erdogan, pour n'en citer que quelques uns. Qu’il s’agisse de religion ou de politique, l’immunité des puissants est la source des pires atteintes aux droits humains et aux libertés de tous…

PS : plus dans Le Courrier mardi prochain.

24/11/2013

Ville de Genève : terrorisme au Municipal !

Le budget de la ville est équilibré, elle est prospère, propre, bien gérée, malgré la crise partout autour et la circulation de multiples personnes venues du monde entier, pour leur travail dans les organisations internationales, les affaires ou le tourisme parce que l’on y vit bien. Le lac est calme, hormis un coup de bise noire de temps en temps, mais on a l’habitude !

Quelle folie furieuse et subite pousse donc, d’un coup, une faction de la commission des finances du Municipal à exiger, en urgence par un simple amendement - un pavé dans le lac ! - la suppression de deux services importants de la ville, la rupture des nombreux engagements locaux et internationaux qu’ils ont pris, et la mise à pied, subite, de leurs 49 employés ?

L’explication est dans la nature des services visés et la symbolique de leur suppression. La ville est assourdie sans cesse par des constructions de parkings pour les voitures qui l’étouffent, d’immeubles commerciaux et par des grands travaux pharaoniques qui ne font la fortune que des promoteurs-spéculateurs et pourrissent notre quotidien. Les deux services que l’on veut supprimer ont pour fonction la définition d’un projet d’urbanisme orienté vers la qualité de vie des habitants, le renforcement des liens sociaux et de la cohérence sociale, une relation équilibrée et non invasive à la nature, un projet qui se veut « durable » et non à la mode comme l’entend trop souvent ce mot galvaudé. Il s’agit en effet du Service de l’action communautaire et des espaces de quartier et du Service Agenda 21 – Ville durable. Bref deux services dont les multiples actions sont orientées vers la réflexion sur le cadre de vie et son aménagement, les relations entre la ville, l’environnement et la qualité de la vie, l’équité et l’harmonie des relations sociales entre les composantes de la société, qu’il s’agisse des femmes et des hommes, des anciens et des nouveaux résidents.

Cette mesure n’est acceptable ni dans le fond, ni dans la forme. Au niveau de la forme, il s’agit d’une gesticulation prétextée par une urgence financière inexistante, puisque tout va bien dans un budget équilibré. Et l’on supprimerait sans réfléchir, d’un trait de plume, les seuls services chargés de penser l’aménagement urbain en fonction de projets définis avec les habitants, soucieux avant tout de leur qualité de vie et de résoudre les problèmes les plus urgents de respect des droits humains et de cohésion sociale ? Sur le fond, il s’agit simplement, après la débâcle des libéraux aux élections cantonales, de montrer qu’il n’y a pas que les populistes qui sont capables de casser du fonctionnaire et de prendre, en catastrophe, des mesures démagogiques injustifiables.

Vous trouverez joints les argumentaires plus précis des opposants à cet attentat administratif, une pétition et un courrier aux élus, ainsi que leurs adresses électroniques.

Si ces ces propositions de coupes arbitraires vous choquent et vous inquiètent, plusieurs manières de réagir:
- en venant manifester avec nous lundi prochain à 16h30 au 2 rue de l'Hôtel de Ville, devant les canons,  avant la séance du Conseil municipal qui débutera à 17h.
- en signant le document "nonauxcoupes" et en l'envoyant à l'adresse 

reveillez.vous.le.25@gmail.com

 idéalement le 25 novembre avant 12h.
- si vous êtes directement concernés par ces coupes comme partenaire ou bénéficiaire des prestations délivrées par les services menacés, vous pouvez également envoyer une lettre signée, dans l'idéal, au nom d'un regroupement ou d'une association, aux membres du conseil municipal. Vous pouvez utiliser le modèle "lettre type pour CM" ci-joint. Veuillez également trouver ci-joint la liste des adresses mail des membres du Conseil municipal.

Nonauxcoupesbl.pdf

Lettre-type pour le CM bl.pdf

ADRESSESCM.pdf

10/03/2010

Leur CHEZ EUX, c’est CHEZ NOUS !

Voici des enfants qui n’ont pas connu d’autre pays que le nôtre, où ils sont nés ou bien sont venus très jeunes.

Des employeurs bien de chez nous font fortune sur le dos de leurs parents, travailleurs bon marché sans papiers et sans droits.

Lesquels font, souvent dans des conditions indignes, les travaux nécessaires que plus personne d’ici n’accepte de faire.

Il a fallu faire jouer des droits de l’enfant pour les scolariser, souvent après de longues batailles.

Et leurs droits humains s’arrêteraient à l’adolescence ?

Ils devraient alors choisir :

Entre un pays d’origine qu’ils ne connaissent guère et qui parfois ne veut pas d’eux…

Et puis la clandestinité sans droits chez nous, c’est à dire dans le seul chez eux possible.

Leur refuser l’apprentissage et une possibilité d’intégration ou de départ digne, c’est les pousser vers l’oisiveté et la délinquance.

Chacun sait qu’ils ne rentreront plus, parce que certains ont encore intérêt à exploiter leurs parents ou leur semblables.

L’hypocrisie des néo - libéraux et des populistes est indigne.

Ce sont les représentants de ceux qui attirent et exploitent les clandestins qui voudraient expulser ces enfants d’ici.

Ce sont les idolâtres de la famille chez nous qui veulent briser les familles de leurs esclaves.

Ce sont ceux dont les trafics mondialisés ruinent les pays et provoquent les crises qui veulent renforcer l’apartheid du passeport.

Les adolescents vivant ici depuis toujours ont des papiers ou pas selon l’histoire des parents et les fantaisies de la bureaucratie.

Les lois qui ne leur donnent pas une égalité de droits face à leurs inégalités de chances au départ sont de mauvaises lois.

RSR1 10-03-2010

10:36 Publié dans rsr.ch | Tags : enfants, adolescents, immigrés, sans papiers, droits humains, apprentissage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/12/2009

Cultures, mode d’emploi

Mille siècles d’histoire ont produit six milles langues humaines, plus encore de sociétés et de cultures.

Nos lointains ancêtres étaient peu nombreux et dispersés.

La cohabitation des cultures posait problème deux à deux, entre voisines, surtout aux frontières.

La croissance démographique due à l’agriculture a multiplié ces rencontres entre cultures.

Elle a produit des cohabitations harmonieuses entre ethnies tolérantes et respectueuses des autres.

Mais aussi des empires où une culture, une politique, une religion opprimaient ou éradiquaient les autres.

Nous vivons la mondialisation des transports, de l’information, et la circulation d’une forte minorité d’humains.

Les problèmes de cohabitation entre cultures autochtones et immigrées sont partout multipliés.

Des lois sont nécessaires, protégeant les unes et les autres.

Elles doivent définir des droits humains généraux, et leurs déclinaisons locales.

Les cultures dominantes n’ont jamais respecté les droits humains. Inquisition, colonialisme, nazisme, stalinisme, islamisme, sionisme, libéralisme,… l’histoire ne cesse d’allonger la liste des oppresseurs.

Pour cohabiter, les cultures doivent être purgées des atteintes aux droits et aux libertés, individuels et collectifs.

Comme les conversions et les mariages forcés, les mutilations et l’endoctrinement des enfants, ou le prosélytisme agressif.

Au niveau collectif, les communautés nationales devraient s’inspirer de l’expérience de nombreuses régions multi – ethniques.

Dans certains villages africains, par exemple, un statut d’étranger donne des droits et des devoirs.

On pratique sa langue et ses coutumes, mais à condition de respecter celles de ses hôtes.

Qu’il s’agisse de vêtement, d’éducation, de propriété ou d’architecture…

RSR1 16-12-2009

09:11 Publié dans rsr.ch | Tags : culture, langue, cohabitation, tolérance, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/12/2009

Libertés de religion et de circulation des travailleurs

Pratiquer une religion choisie en toute liberté fait partie des droits humains.

Mais cela doit rester une affaire privée et personnelle.

Agresser les autres par les symboles d’une religion imposée avant la naissance est doublement contraire à ce droit humain.

L’islam, librement pratiqué en Suisse, n’a que faire des minarets dont les pétro – dollars et Ben Laden veulent fleurir le monde.

Je déteste l’UDC et faire une initiative « sélective » contre les minarets était ridicule. Mais l’acceptation massive prouve que le sujet répondait à un sentiment qui va bien au delà de l’électorat d’extrême droite populiste et qui ne trouve pas de réponse de la part des partis politiques qui se prétendent sérieux.

Avec de très nombreux amis musulmans, je partage le ras le bol face à l’islamisme radical du jihad. La plupart des musulmans suisses ou résidents en Europe souhaitent vivre à l’européenne et non selon les préceptes moyenâgeux des imams dépêchés par les pays du Golfe.

Des minarets nombreux offenseraient nos paysages culturels,

comme la cathédrale de Yamoussoko, double de Saint-Pierre de Rome construit par Houphouët Boigny en ruinant son pays, jure dans la brousse ivoirienne.

L’architecture religieuse agressive, clochers compris, aurait dû faire l’objet d’un contre projet laïque de régulation de la part du gouvernement fédéral.

Il ne l’a pas fait, tant pis pour lui !

Autrement plus graves sont les déclarations de Micheline Calmy – Rey, puis Doris Leuthard, sur les travailleurs immigrants.

La « préférence locale » à la Stauffer qu’elles préconisent pour l’emploi n’est qu’un voile hypocrite sur une récupération populiste indigne de leurs partis.

Il est paradoxal que le patronat soit quasi - seul à protester contre les aberrations de la ministre socialiste !

Car, dans ce domaine, toutes les responsabilités sont dans le camp de certains patrons.

Ce sont eux qui utilisent la main d’œuvre étrangère et les clandestins pour contourner les lois et augmenter leurs profits.

Résidents suisses, frontaliers ou étrangers, les travailleurs ne font que subir la loi d’un marché biaisée par les gouvernants et les patrons.

Ce sont ces patrons et ces gouvernants qui font progresser la misère dans les sociétés les plus riches du monde.

Pas les travailleurs, les chômeurs ou les immigrés, dont il est urgent de rappeler que ce sont des êtres humains, pas des « ressources humaines » !

D’après la RSR1 2-12-2009, complété.

16:14 Publié dans rsr.ch | Tags : religion, minarets, initiative, immigrants, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

26/11/2009

Leur éducation n’est pas à vendre !

Cette chronique vous est offerte par la Radio Suisse Romande, la Première.

Elle n’est pas sponseurisée.

Elle sera, pendant une minute trente, libérée de toute publicité commerciale.

C’est une entreprise de service public.

Ses prestations sont un dû pour ceux qui paye une redevance pour écouter la radio.

Goûtez - la bien, car les services publics sont en voie d’extinction, presque partout !

Les droits des citoyens sont en régression : droit de recevoir du courrier n’importe où, ou bien de parler à un être humain aux guichets.

Quand les services publics ne sont plus assurés par les états, on privatise.

Arrivent alors des mercenaires et des actionnaires qui n’ont aucun souci des droits humains ou du service public.

Sinon des milices policières irresponsables, comme dans les Amériques. Nous n’en sommes pas encore tout à fait là.

Pour le moment, la pire menace, chez nous, concerne le droit à l’éducation pour tous.

Ce droit allait de soi pour la génération des grands parents actuels.

Les étudiants de toute la Suisse commencent à manifester au cri de

« Notre éducation n’est pas à vendre ! ».

La volonté d’augmenter les taxes universitaires, qui vient des partis de droite, a pour objectif de transformer les entreprises publiques à apprendre en entreprises privées à fric.

Il est temps que les universitaires qui ne s’associent pas à ce coup bas contre la démocratie s’expriment.

Et qu’ils disent clairement que l’objectif de l’enseignement est de trouver les meilleurs pour tous les emplois parmi tout le monde.

Et non de tout offrir aux moins mauvais de ceux dont les parents peuvent payer, et rien aux autres !

 

RSR 1 25-11-2009

12:14 Publié dans rsr.ch | Tags : éducation, université, service public, démocratie, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/09/2009

En finir avec les discriminations sexuelles !

Ces vendredi et samedi se dérouleront à Genève à UniMail, les premières assises contre l’homophobie.

On doit se réjouir du soutien de la Ville et de l’Etat à cette manifestation contre de graves discriminations.

Ce sera l’occasion de réfléchir aux moyens d’éviter que la haine et les violences ne s’accrochent à l’identité sexuelle, comme à la couleur de la peau ailleurs.

Ce sera l’occasion d’une réflexion plus fondamentale sur les droits humains, en particulier de toutes les minorités.

Aux Etats-Unis, des états criminalisent la sodomie ; 74 autres pays condamnent l’homosexualité, 7 la punissent de la peine de mort.

Des scientifiques étasuniens homosexuels ont cherché, en vain, à montrer que l’homosexualité était génétique.

Ceci parce que si elle était « naturelle », elle ne serait plus condamnable dans l’état d’esprit de leurs lois !

Comme si les libres choix de relations affectives et sexuelles entre adultes consentants devaient dépendre d’une prédétermination biologique !

En dehors de cas particuliers, je pense que nos orientations sexuelles viennent avant tout de nos expériences vitales.

D’ailleurs, elles sont souvent réversibles ou bien contraintes avec succès par les sociétés prescriptives.

Ne peut-on exiger, qu’à part la protection des enfants et des personnes faibles, la vie sexuelle d’adultes consentants soit une affaire privée ?

L’état, la justice et la police n’ont pas à s’en mêler tant qu’elle ne donne pas lieu à des discriminations, des violences ou des trafics indignes de pays civilisés ?

Parce que, tant qu’elles respectent les lois, le respect des minorités est le meilleur témoin des libertés des majorités.

RSR1 2-09-2009

08:48 Publié dans rsr.ch | Tags : homophobie, discriminations, droits des minorités, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

24/06/2009

La circoncision : hors la loi ?

Le droit à l’intégrité corporelle est l’un des premiers droits des humains.
Il est donc nécessaire d’interdire les excisions en Suisse et sur des citoyennes ou des femmes résidentes en Suisse.
Mais la loi efficace désirée irait au-delà de ce que ses initiateurs veulent.
L’idée d’en exclure, au nom des libertés individuelles, les femmes majeures dites consentantes, est stupide.
Elle légaliserait, de fait, ce que l’on veut interdire.
On sait ce que vaut le consentement d’adultes encadrées par des sectes religieuses…
Une loi souhaitable interdisant les mutilations sexuelles sur les enfants ne saurait être sexiste.
Le problème de la circoncision est donc posé, puisque qu’il s’agit d’une mutilation du pénis de bébés ou de garçons mineurs.
La circoncision est une mutilation sexuelle forcée, oubliée pour ne pas fâcher ceux, trop nombreux, qui la pratiquent.
Pourtant, elle continue à faire, là où elle n’est pas médicalisée, des milliers de morts par septicémie, dont on ne parle jamais.
Le lobby de l’ablation du prépuce (musulmans, juifs et américains surtout) tente de faire passer ce rituel invasif pour une opération hygiénique.
Il prétend même, à coup d’enquêtes douteuses ou dépourvues de sens, que la circoncision protège du sida et qu’il faut la faire à titre préventif !
Dans certains pays africains, ces consignes absurdes, relayées hélas par l’OMS, provoquent, au quotidien, des propositions du genre :
« Viens avec moi, tu ne risques rien, je suis circoncis ! »
Il est facile d’en imaginer les conséquences, évidemment désastreuses, pour le futur de l’épidémie…

RSR1 24-06-2009

14:58 Publié dans rsr.ch | Tags : circoncision, mutilations sexuelles, intégrité corporelle, loi, droits humains | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |