14/06/2011

Maboul ... de cristal !

L'avenir comme si vous y étiez...

Si vous êtes spécialiste du passé, les gens vous interrogent souvent sur l'avenir. Algébriquement c'est logique : le côté positif du temps vaut bien le côté révolu, pas toujours négatif. Côté information, c'est délicat : le passé est certain, même si on ne le connaît pas, tandis que le futur est inconnu ET indéterminé. Ce que l'on en dit avec bon sens se limite à des impossibilités et des probabilités liées au passé et à l'état présent du monde : le soleil se lèvera probablement demain. Pourtant, religieux et politiques promettent délices et apocalypses avec aplomb, au delà des évidences que chacun sait.

Beaucoup d'espèces animales, territoriales et prédatrices comme nous, ont acquis des dents, des becs, des griffes et des venins qui tuent leurs proies et leurs rivaux. Nous seuls avons développé et utilisons massivement des machines à tuer nos semblables « proprement », contournant par la technique ce qui inhibe l'agression chez les autres animaux. Comme le commerce d'armes et le « maintien de l'ordre » capitaliste sont deux mamelles de Sainte Economie, aucun doute : quoiqu'en disent les palabres onusiens, l'avenir sera très violent.

D'autant qu'une minorité immonde des sept milliards et plus que nous seront gaspille la plus grande partie des ressources dont les autres manquent. Exemple en images dans des métropoles du sud : les très grands hôtels ont des piscines, des golfs arrosés et souvent des chasses d'eau qui fuient, tandis que la distribution d'eau est limitée à peu d'heures par jour pour la plupart des rares foyers voisins qui ont la chance d'avoir l'eau courante.

Je voyais hier l'image d'un ex - aviateur, décoré jadis pour ses brillants bombardements du Viet Nam, admirateur de Kissinger et aujourd'hui propriétaire heureux, fier et sans scrupules d'un grand domaine viticole en Californie. Nul doute qu'à l'heure du partage de l'eau, du pétrole, des aliments et des matières premières, lui et ses semblables maîtres du monde bombarderont à nouveau plutôt que de réduire trains de vie et gaspillages obscènes.

Les guerres de l'eau, du pétrole, des surfaces cultivables et des minerais rares sont en cours. Religions et vieux différents locaux ne sont que prétextes pour armer les uns contre les autres, quand les puissants y gagnent. L'angélisme n'y peut mais ! Obama n'arrêtera pas les guerres du pétrole ou des pipe - lines en Irak, au Soudan ou en Afghanistan ; au mieux retardera-t-il les prochaines en Iran, Nigéria, ou au Venezuela ? Les bonnes âmes qui, comme moi, évitent de gaspiller par réflexe moral, ne retarderont pas les crises du pétrole ou de l'eau en cours. La grande question est de savoir combien de temps les détenteurs de nombreux missiles nucléaires résisteront à la tentation de les utiliser pour être favoris dans le partage des décombres.

Vision sombre de l'avenir ? Certes, mais comme cela je ne risque que de bonnes surprises ! En attendant, profitez du réchauffement climatique, du printemps et des odeurs - derniers lilas, premières cerises - sous les rayons de cette machine thermonucléaire géante qui nous approvisionne gratuitement en lumière et énergie depuis le haut du ciel...

 

Le Courrier, Actualités permanentes, 27-4-2011

 

03/06/2009

Un PET très catholique

Jacques Neyrinck s’est fait nettoyer au karcher par ses amis démocrates chrétiens : il avait proposé de limiter la catastrophe écologique de l’eau en bouteille.
Celle-ci présente pourtant tous les inconvénients : prix, coût énergétique et pollution, pour une qualité très discutée.
Les amateurs d’eau bénite se sont constitués en lobby de l’eau minérale, ce qui est plutôt triste, presque maladif !
En bons catholiques, ils préfèrent le culte à la foi, le flacon à l’ivresse, puisqu’ils défendent plus l’embouteillage que l’eau elle-même !
Ils défendent aussi le denier du culte de la « pureté » de l’eau de source.
L’eau du robinet, bien mieux contrôlée, est vendue des milliers de fois moins cher que celle qui macère dans du PET.
Insupportable pour le lobby! Selon son prophète, le gaspillage écologique juteux de l’embouteillage représenterait « vingt cinq mille emplois » en Suisse.
Un chiffre évidemment mensonger dans un secteur des plus automatisés !
Toutefois, il faut penser aux reconversions d’emplois qui seront nécessaires quand le bon sens l’emportera sur nos gaspillages scandaleux.
Si l’on arrête la pub pour maîtriser la surconsommation, il faudra reconvertir des centaines de milliers d’emplois.
Une gestion plus raisonnable de la consommation et des ressources en Europe supprimera des millions d’emplois.
Une bonne occasion d’en recréer dans les services et le social, où ils font défaut, et de réduire le temps de travail de chacun, pour mieux partager le travail en général.
Travailler moins, gagner un peu moins, vivre mieux et oublier le stress, ça ne vous tente pas ?

RSR1 03-06-2009

09:00 Publié dans rsr.ch | Tags : eau, environnement, prix, pet, pdc, emplois, robinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |