31/05/2015

GLOUP, GLOUP ! Vive le terrorisme pâtissier !

C'est avec la plus grande joie que je vous reproduis ci-dessous le communiqué de presse de l'internationale pâtissière décrivant son action du jour, à laquelle vous pouvez assister en différé grâce aux liens cités ci-dessous. Bravo Noël & Co ! Gloup, Gloup, Gloup !

Ci-joint notre communiqué et les images de l’entartement n°8 de BHL par l’Internationale pâtissière à Namur ce samedi 30 mai, à l’Eglise St-Loup de Namur.
Vidéo1: http://we.tl/oM9nFAPnG1
Vidéo 2: http://we.tl/jMptLGm7hj

Vive la flibuste !

 

 

Namur, samedi 30 mai 2015, 20h45.

 

COMMUNIQUÉ DE NOËL GODIN,

 ALIAS GEORGES LE GLOUPIER,

 

entarteur, notamment, de Patrick Poivre d’Arvor,

Bill Gates, Jean-Pierre Chevènement,

Monseigneur Léonard ou Nicolas Sarkozy

 

Ouragan pâtissier sur Bernard-Henri Lévy dans l’église Saint-Loup de Namur

Bernard-Henri Lévy a eu une mauvaise surprise le samedi 30 mai au tout début du « dialogue croisé » organisé entre l’artiste Jan Fabre et lui dans l’église Saint-Loup de Namur.

Une vingtaine de tueurs à gags des deux sexes armés de tartes à la crème ont soudain surgi devant lui en poussant des « Gloup ! Gloup ! Gloup ! » et l’ont burlesquement inondé de chantilly.

Malgré la présence de ses deux gardes de corps complètement dépassés par l’offensive, au moins quatre tartes onctueuses se sont écrasées pour lors sur le visage du « philosophe des beaux quartiers ».

 En quittant les lieux, les entarteurs ont entonné ensemble leur cris de guerre :

 

« Entartons, entartons les pompeux cornichons ! »

 

C’est la huitième fois que BHL est entarté par l’Internationale pâtissière.

 

Le spectacle était dédié au caricaturiste séditieux Siné.

 

Site des entarteurs :

http://www.gloupgloup.be/gloup.php?page=accueil

 

 

15/11/2011

Harcelons, entartons les rapaces !

Quand un faucon ou un hibou est surpris à s'approcher avec de mauvaises intentions de passereaux ou de nids de corneilles, les victimes, s'il s'agit de petits oiseaux, ou leurs parents, s'il s'agit de nichées, se lancent par nuées sur l'agresseur potentiel qui, submergé par le nombre, ne peut que fuir piteusement. Les défenseurs ne le lâchent que lorsque le danger est bien écarté.

Paris a connu, ce mercredi soir, sa première « Nuit des rapaces » au cours de laquelle a été élu et désigné à l'indignité publique « le plus pire » des rapaces, à savoir, selon l'initiative de l'excellent petit journal Fakir* :

« Un patron, venu planter ses crocs dans la chair de Continental, Moulinex, Renault. Un financier, qui a sucé les bénefs, les carnets de commande, le savoir-faire, et s'est tiré avec la caisse. Un politique, qui a remis le destin du pays entre les mains de la Bourse. Un journaliste, qui n'a cessé de vanter les bienfaits du marché - contre des « ménages » bien rémunérés. »

Chacun est venu avec la photo de son rapace préféré et le « ouhouh - mètre » a tranché !

Je ne peux m'empêcher de rapprocher cet événement lointain de l'information parue la semaine passée selon laquelle les entreprises les plus rentables de Suisse avaient presque toutes licencié massivement et que chaque vague de licenciements ou de délocalisations avaient entraîné une montée immédiate de leurs actions.

Nous voici donc avec un Saint Marché qui récompense tout de suite au prix fort les patrons crapuleux qui congédient les travailleurs grâce à qui tout va bien ! Ceux qui organisent ces crimes contre la société sont glorifiés au lieu d'être jugés et condamnés à de lourdes peines. Tout ceci pour la plus grande joie des partis de droite et d'extrême droite, bien sûr, mais aussi de la pseudo - gauche gouvernementale et des médias du fric, si contents que « l'économie marche bien ». Mettre des travailleurs sur le carreau, réduire des citoyens à la misère sans aucune nécessité, sans qu'aucune loi ne l'empêche, est aujourd'hui l'exploit favori de nos dirigeants de fait !

Que faire face à tant d'irresponsabilité sociale, d'incompétence et de cynisme du politique ?

Que faire quand un machin totalitaire comme l'Union Européenne empêche les peuples de voter sur ce qui les concerne le plus et les fait revoter, parfois presque tout de suite, chantage et propagande à l'appui, quand, par mégarde, on les a laissé s'exprimer et qu'ils ont « voté mal » ?

Une révolution anti - capitaliste et pâtissière, pas trop violente si possible, bien sûr ! Mais avec le verrouillage médiatique et policier actuel, il faudra attendre encore, un peu trop longtemps...

L'indignation ? Certes, mais il faut la cibler sur ces responsables ultimes qui se cachent pour commettre leurs méfaits : les pires n'apparaissant pas ou peu en public et laissent leurs pantins politiques et médiatiques s'exposer. Il faut donc les poursuivre comme « Louise Michel » dans l'admirable film de Delépine et Kerven ou les entarter sans relâche. Comme notre ami Noël Godin l'a si bien fait, entre autre pour Bill Gates, Sarko autrefois, et BHL - 7 fois ! Pour les agrariens de chez nous, on pourrait même remplacer la crème par un produit bovin plus foncé correspondant mieux à leur tradition et à ce que nous en pensons...

Mais pour cela, il ne faut pas y aller seul et il faut s'organiser : un seul entartage de Bill Gates a demandé trente cinq collaborateurs et il y en a beaucoup à faire !

Il faut donc faire comme les petits oiseaux et les corneilles : pister les rapaces en maraude autour de nos emplois et de nos entreprises, dénoncer leurs complices du patronat, les repérer, les exposer personnellement à la colère de leurs victimes et les poursuivre sans relâche...

A quand la Nuit des rapaces de nos montagnes ??

____________________________________________

*persécuté comme l'émission « Là-bas si j'y suis » de France Inter par l'avatar bien peu humain d'un de ces méchants oiseaux

http://www.fakirpresse.info/-Nos-emmerdes-.html

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1950&va...


In Le Courrier du 9-11-2011

 

16:30 Publié dans la politique, autrement | Tags : rapaces, patrons, médias, indignation, politique, entartage | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |