16/06/2010

Flandre je t’aime, moi non plus !

« Ceci n’est pas un pays, mais deux pays, une fois ! ».

La situation belge est surréaliste et rassurante.

Deux peuples se détestent.

L’histoire les réunit sous une monarchie francophone grotesque, humiliante pour les Flamands.

Paysans pauvres et dominés jadis, ceux-ci sont riches depuis les nouvelles technologies, mais toujours frustrés.

Ce qui les conduit au repli identitaire, au rejet des wallons et des immigrés, à l’extrême droite.

Ils veulent leur pays, leur langue seulement, leurs traditions et même leurs particularismes de signalisation routière !

Au sein d’une Europe qui efface les frontières, ça fait désordre d’en vouloir une nouvelle entre deux confettis…

Surtout avec une capitale de l’Europe francophone enclavée en pays flamand !

Côté Wallon, on est moins riche et souvent chômeur depuis la mort de la sidérurgie et des industries lourdes.

On réagit en étant très belge et fédéraliste, antiraciste, favorable à l’immigration et socialiste à la Chavanne.

Un socialisme au rose chargé de bière et de rouge !

Surtout à Liège, où un célèbre magistrat et ses imitateurs font le buzz sur internet avec des vidéos de discours imbibés !

Pour bien moins que ça, les yougoslaves, les libanais ou les rwandais se sont massacrés atrocement.

Mais les belges picolent et donnent à l’Europe un président qui ressemble à Tournesol.

Ils vont diriger l’union pendant six mois !

Avec un gouvernement réunissant l’extrême droite et la gauche, les séparatistes et les fédéralistes…ou bien sans gouvernement !

Santé, et vive la paix des belges !

RSR1 16-06-2010

08:23 Publié dans rsr.ch | Tags : belgique, flandre, wallonie, europe, socialisme, alcoolisme, identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

01/04/2009

L’Europe du sperme

L’insémination artificielle humaine est l’un des domaines où les législations européennes sont les plus différentes et les plus incompatibles.
Suivant l’exemple scandinave, des pays de plus en plus nombreux estiment que connaître son géniteur mâle fait partie des droits de l’homme.
Un enfant issu d’insémination avec donneur a donc le droit de connaître l’identité du donneur de sperme.
A l’opposé, la France a fait un principe éthique de l’anonymat des donneurs et de la gratuité du don.
Les banques de sperme françaises sont tenues au secret testiculaire.
En conséquence, de nombreux étrangers ont pris l’habitude de placer leurs dépôts en France.
La baisse de la qualité du sperme et la raréfaction des volontaires dans les pays sans anonymat engendrent un important trafic transfrontalier.
Pour lutter là-contre, des pays anglo-saxons rémunèrent les dons, ce qui ne fait qu’aggraver le trafic.
Micheline Calmy - Rey lors de son séjour à Paris aurait menacé d’exiger la levée du secret testiculaire si la France persistait à demander celle de notre secret bancaire.
Cette fermeté du Conseil fédéral a provoqué la panique, d’abord à l’Elysée, où l’on a décidé d’écarter Rachida Dati.
Mais aussi à Genève où personnalités et petits porteurs se sont précipités dans les banques de sperme françaises, dans le vain espoir de récupérer leurs dépôts.
Patrice Mugny a démenti faire partie des petits porteurs craignant la levée de l’anonymat français.
Selon lui, les Verts sont, depuis toujours, partisans de la libre circulation du sperme en Europe !

RSR1 1er avril 2009

11:41 Publié dans rsr.ch | Tags : sperme, banque, secret, europe, conseil fédéral, crise, poisson d'avril | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |