14/06/2011

Maboul ... de cristal !

L'avenir comme si vous y étiez...

Si vous êtes spécialiste du passé, les gens vous interrogent souvent sur l'avenir. Algébriquement c'est logique : le côté positif du temps vaut bien le côté révolu, pas toujours négatif. Côté information, c'est délicat : le passé est certain, même si on ne le connaît pas, tandis que le futur est inconnu ET indéterminé. Ce que l'on en dit avec bon sens se limite à des impossibilités et des probabilités liées au passé et à l'état présent du monde : le soleil se lèvera probablement demain. Pourtant, religieux et politiques promettent délices et apocalypses avec aplomb, au delà des évidences que chacun sait.

Beaucoup d'espèces animales, territoriales et prédatrices comme nous, ont acquis des dents, des becs, des griffes et des venins qui tuent leurs proies et leurs rivaux. Nous seuls avons développé et utilisons massivement des machines à tuer nos semblables « proprement », contournant par la technique ce qui inhibe l'agression chez les autres animaux. Comme le commerce d'armes et le « maintien de l'ordre » capitaliste sont deux mamelles de Sainte Economie, aucun doute : quoiqu'en disent les palabres onusiens, l'avenir sera très violent.

D'autant qu'une minorité immonde des sept milliards et plus que nous seront gaspille la plus grande partie des ressources dont les autres manquent. Exemple en images dans des métropoles du sud : les très grands hôtels ont des piscines, des golfs arrosés et souvent des chasses d'eau qui fuient, tandis que la distribution d'eau est limitée à peu d'heures par jour pour la plupart des rares foyers voisins qui ont la chance d'avoir l'eau courante.

Je voyais hier l'image d'un ex - aviateur, décoré jadis pour ses brillants bombardements du Viet Nam, admirateur de Kissinger et aujourd'hui propriétaire heureux, fier et sans scrupules d'un grand domaine viticole en Californie. Nul doute qu'à l'heure du partage de l'eau, du pétrole, des aliments et des matières premières, lui et ses semblables maîtres du monde bombarderont à nouveau plutôt que de réduire trains de vie et gaspillages obscènes.

Les guerres de l'eau, du pétrole, des surfaces cultivables et des minerais rares sont en cours. Religions et vieux différents locaux ne sont que prétextes pour armer les uns contre les autres, quand les puissants y gagnent. L'angélisme n'y peut mais ! Obama n'arrêtera pas les guerres du pétrole ou des pipe - lines en Irak, au Soudan ou en Afghanistan ; au mieux retardera-t-il les prochaines en Iran, Nigéria, ou au Venezuela ? Les bonnes âmes qui, comme moi, évitent de gaspiller par réflexe moral, ne retarderont pas les crises du pétrole ou de l'eau en cours. La grande question est de savoir combien de temps les détenteurs de nombreux missiles nucléaires résisteront à la tentation de les utiliser pour être favoris dans le partage des décombres.

Vision sombre de l'avenir ? Certes, mais comme cela je ne risque que de bonnes surprises ! En attendant, profitez du réchauffement climatique, du printemps et des odeurs - derniers lilas, premières cerises - sous les rayons de cette machine thermonucléaire géante qui nous approvisionne gratuitement en lumière et énergie depuis le haut du ciel...

 

Le Courrier, Actualités permanentes, 27-4-2011

 

14/11/2010

A bas les riches !

Il y a les avides, qui ruinent des pays entiers pour accroître des fortunes et des biens qu'ils seraient incapables de compter.

Il y a les cyniques qui s'empiffrent et gaspillent, à chaque repas, de quoi nourrir une famille du sud pendant une semaine.

Il y a les culpabilisés qui donnent pour que  la Croix rouge paye des voyages à des chômeurs potentiels, POUR le cancer - moi je donnerais plutôt contre, pour un art contemporain merdeux ou des églises débiles.

Ou qui créent des Fondations pour les arts, les musées, les sciences avec le pognon spéculé dans la banque, racketté dans l'immobilier, détourné dans le commerce des armes, de la drogue, des objets d'art volés, le foot ou la chanson.

Et puis il y a toi ou moi, qui rame un peu parfois, mais s'en sort pas trop mal pour avoir été aux bons moments des bons côtés des barbelés de l'immigration et de la ségrégation sociale...

A bas nous, finalement ! Gloire à Gandhi...

Pour en savoir beaucoup plus sur ces salauds de riches qu'ils sont ou que nous sommes, ne ratez pour rien au monde le dernier Psikopat !

couv225.jpg

 

 

12:05 Publié dans la politique, autrement | Tags : psikopat, riches, fortunes, gaspillage, fondations, ségrégation sociale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

21/02/2010

Saint Valentin : Faites l’amour, pas les magasins !

J’ai bien aimé cette affiche sauvage qui ramène au bon sens et rappelle que les avides du commerce nous pourrissent la vie.

On ne peut faire un pas, avoir une activité, même privée, sans être agressé par une publicité.

Pas d’événement, de concert sans avoir l’attention détournée.

La cupidité des marchands et leur propagande ne souffrent d’aucun scrupule et ne sont pas contenues par des lois dérisoires.

La société capitaliste ne respecte pas la vie privée dans les espaces publics et ne cesse de la violer les espaces privés.

La chienlit publicitaire s’introduit chez vous clandestinement par les images et les sons, par les câbles, les fils, les ondes.

Elle pollue le moindre emballage, parasite les émissions, même publiques, squatte vos boîtes à lettre, noie votre courrier.

Le bon sens, plus que le réchauffement climatique, suggère de modifier nos comportements, de limiter les gaspillages.

En particulier de ce qui est précieux, non renouvelable, cher ou difficile à produire, comme la nourriture, l’énergie, les imprimés.

Mais les profiteurs de la surconsommation n’en ont rien à faire !

La pub préconise, dès l’enfance, des aliments et des boissons menant à l’addiction, parce que trop sucrés ou trop salés.

Les restaurants servent des portions excessives.

La pub prêche la surconsommation d’alcool, de tabac et la motorisation tous azimuts.

Il n’est certes pas question de dicter des comportements d’hygiène de vie à nos contemporains.

Mais il est temps qu’ils se rendent compte que la publicité est la principale cause de surmortalité de nos jours…

Et bien sûr la première atteinte à nos libertés individuelles !

RSR1 16-02-2010

27/01/2010

Bagnoles : en finir avec le trop !

Le courage politique est chose rare !
Les jeunes Verts, à l’opposé des vieux et autres néo – libéraux, veulent interdire les automobiles aberrantes. Bravo !
Même si leur initiative a peu de chances face au lobby importateur.
Ce dernier veut une prime à la casse, c’est-à-dire à la surconsommation et au gaspillage…
Et des importations inutiles qui plombent notre balance commerciale.
Saluons Genève, qui veut un centre-ville plus vivant et humain, débarrassé des voitures de convenance !
Mais cela reste à faire !
Il faut expliquer aux intoxiqués du moteur qu’un véhicule est un moyen de transport, pas un lieu de vie.
Que l’on est beaucoup mieux ailleurs pour écouter de la musique, regarder les paysages ou téléphoner !
Même pour rouler des mécaniques ou draguer :
on est mieux au parc ou au bistrot les mains libres que coincé dans un embouteillage !
Le problème de l’automobile vient d’une publicité aussi belle que menteuse.
Une pub qui fait croire aux gens que le look de leur bagnole, à défaut de bijoux ou de réputation, rehausse leur statut.
Qui fait croire que l’on est en sécurité dans une des principales causes de décès et d’infirmités permanentes de nos sociétés.
Et qui débine au passage les services publics de transport plus sûrs, souvent plus agréables et plus efficaces.
Le tout pour rendre nécessaires des véhicules que beaucoup pourraient utiliser moins ou pas du tout.
Les crises pétrolières mettront une fin brutale à l’idéologie du tout – bagnole, par une augmentation insupportable des coûts.
Nos concitoyens doivent réaliser que l’on peut souvent vivre mieux sans et réserver la voiture à l’exception qui fait le luxe !

RSR1 27-01.2010

13:39 Publié dans rsr.ch | Tags : automobile, crise pétrolière, consommation, gaspillage, société | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |