identitaire

  • Flandre je t’aime, moi non plus !

    Imprimer

    « Ceci n’est pas un pays, mais deux pays, une fois ! ».

    La situation belge est surréaliste et rassurante.

    Deux peuples se détestent.

    L’histoire les réunit sous une monarchie francophone grotesque, humiliante pour les Flamands.

    Paysans pauvres et dominés jadis, ceux-ci sont riches depuis les nouvelles technologies, mais toujours frustrés.

    Ce qui les conduit au repli identitaire, au rejet des wallons et des immigrés, à l’extrême droite.

    Ils veulent leur pays, leur langue seulement, leurs traditions et même leurs particularismes de signalisation routière !

    Au sein d’une Europe qui efface les frontières, ça fait désordre d’en vouloir une nouvelle entre deux confettis…

    Surtout avec une capitale de l’Europe francophone enclavée en pays flamand !

    Côté Wallon, on est moins riche et souvent chômeur depuis la mort de la sidérurgie et des industries lourdes.

    On réagit en étant très belge et fédéraliste, antiraciste, favorable à l’immigration et socialiste à la Chavanne.

    Un socialisme au rose chargé de bière et de rouge !

    Surtout à Liège, où un célèbre magistrat et ses imitateurs font le buzz sur internet avec des vidéos de discours imbibés !

    Pour bien moins que ça, les yougoslaves, les libanais ou les rwandais se sont massacrés atrocement.

    Mais les belges picolent et donnent à l’Europe un président qui ressemble à Tournesol.

    Ils vont diriger l’union pendant six mois !

    Avec un gouvernement réunissant l’extrême droite et la gauche, les séparatistes et les fédéralistes…ou bien sans gouvernement !

    Santé, et vive la paix des belges !

    RSR1 16-06-2010