08/11/2011

Organisons l'indignation !

SM03_01_Couv-OK.jpgAu moment où l'indignation commence  à faire boule de neige et à fouiller dans ses causes, il est bon de faire un bout de chemin avec ceux qui dénoncent depuis belle lurette les malversations des grands bénéficiaires de la société et de la "crise" actuelles au mépris de ceux dont le travail et la misére les fait prospérer. Alors, ne ratez pas le dernier Siné Mensuel qui titre sur le sujet et dont une fiche conseil vous aidera à choisir votre orientation sexuelle, si nécessaire. Il faut toujours joindre l'agréable à l'utile...

Dans le même style, Fakir, petit journal édité à Amiens par des bénévoles mérite de prendre son vol pour son courage et sa détermination http://www.fakirpresse.info/

Poursuivi au tribunal avec d'autres par un patron qu'il a sorti d'un anonymat "rapace", il organise à Paris demain mercredi soir avec "Là-bas si j'y suis" et le soutien de beaucoup d'autres "La nuit des rapaces" qui visera à "récompenser" le pire prédateur de la finance, de la politique ou des médias. La concurrence sera rude, chacun pouvant venir avec la photo de son favori et l'élection se fera au "ouhouh-mètre". Si par hasard vous passez par là demain soir, venez, ce ne sera pas triste, l'entrée est gratuite mais la sortie payante, pour défendre la liberté de la presse.

A propos de liberté de la presse, je ne sais plus guère que penser quand mes ex-confrères de Charlie Hebdo se font brûler la paillote et que "Sarko" Guéant est le premier à communiquer - presque avant l'incendie ! - sur l'horrible atteinte aux libertés ! Alors qu'aucune piste ni revendication n'est connue, l'agent de l'Elysée parle de terrorisme - sous entendu forcément islamiste intégriste - qui s'attaque au potache "Charia Hebdo" dans lequel on ne ménageait ni les chrétiens intégristes, ni l'ensemble des musulmans, mais où l'on négligeait plutôt les criminels israéliens qui envisagent froidement d'utiliser leurs armes nucléaires pour "empêcher que l'Iran n'en ait", avec la bénédiction d'Obama et Sarko. La lutte contre les intégrismes religieux et les prosélytismes contraignants n'a de sens que si elle n'épargne aucun culte et ne fait pas l'affaire de nos ennemis politiques. Marine Le Pen peut s'abonner avec ses fidèles, ça caresse son racisme dans le sens du poil et ça mettra le feu aux ventes !

Bien sûr, il ne faut ni tuer les gens, ni brûler les journaux, ni interdire de penser et de publier. Mais le professionnalisme consiste aussi à savoir jusqu'où on peut aller trop loin sans mettre le feu. On espère quand même qu'ils s'en remettront vite : même si l'on n'est plus souvent d'accord, il reste des gens très sympas et drôles et de très grands ancêtres parmi eux.

15:03 Publié dans la politique, autrement | Tags : crise, patrons, nuit des rapaces, siné mensuel, fakir, le courrier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

25/05/2011

Actualités permanentes

Marre de Federer, marre des people, des bagnoles, du foot, des DSKonneries et du tsunami de pub qui obstruent toutes les fenêtres d'information des médias politiquement corrects.

Et si les journaux qui coulent étaient, avec les blogs et parfois la rue, les derniers sanctuaires de la liberté d'expression ?

Aussi, quand le Courrier, malgré ou à cause de son lourd passé, m'a proposé d'écrire ce qui me passait par la tête, sous entendu dans les limites confortables de la loi, j'ai tout de suite accepté et jusqu'ici ça marche ; mieux qu'ailleurs où j'ai parfois trouvé des censeurs et des rewriteurs perfides insoupçonnés - je ne dirai pas où, j'y ai encore plein de copains !

Ce serait dommage de ne pas en faire profiter les amis blogueurs et lecteurs de la Tribune...

Vous retrouverez donc ici, de temps en temps, irrégulièrement et dûment référencé, avec la bénédiction de la rubrique Regards du Courrier, ce que vous y aurez peut-être raté.

Et la compétition ?

Eh bien on l'emm... !

Peut-être que certains journaux, s'ils se soutenaient au lieu de se tirer dans les pattes se porteraient mieux !

Car, comme le soulignait Kropotkine contre les darwinistes sociaux (et comme le rappelle Drosophile dont j'ai déjà parlé), la coopération des différents est au moins aussi répandue dans la nature que leur compétition.

Si l'on essayait un peu cela partout au lieu de croire les impostures néo-libérales ?

Comme amuse-gueule, voici donc la profession de non-foi qui a inauguré ces Actualités permanentes

 

Mais qu'est-ce que je fais ici ?

Amis lecteurs, bonjour ! Ennemis aussi...

Vous devenez rares et c'est en partie ce qui m'amène parmi vous. La presse écrite décline, victime de l'audiovisuel et d'internet, de la désaffection des peuples pour l'écrit aussi. La berlusconisation des médias romands laisse peu de place à un journal payant indépendant, financé par des lecteurs et auteurs militants. C'est donc un défi à relever... En plus, je ne cache pas mon plaisir méphitique d'agnostique militant et de scientifique satirique à poser mon étron dans des colonnes qui furent financées par le Vatican, puis polluées par Patrice Mugny, sinistre fossoyeur de la culture en Ville de Genève ! Plaisir mesquin, mais pas bien méchant...

Le Courrier a changé, donc ! Depuis longtemps on y lit, dès les premières pages, ce que l'on ne trouve pas, ou seulement bien caché, dans les produits du grand monopole romand de la presse : une information pluraliste où l'état du monde n'est pas enfoui sous la pub, la promotion, le people, le sport, l'astrologie et les chiens écrasés. Une brèche dans l'assommoir médiatique des citoyens, par laquelle il faut s'infiltrer. Le Courrier ne va pas très bien, mais c'est une garantie d'indépendance : ce sera difficile d'y contrôler, par exemple mes écrits, par l'argent ! Si vous me retrouvez ici, c'est la preuve qu'il y règne une rare liberté d'expression, connue dans d'autres vies au Temps (à ma stupeur, mais il s'agissait de science, donc objective et neutre pour la droite réactionnaire !), puis surtout à Siné Hebdo, sur la RSR, à Vigousse, au Psikopat et sur internet...

Une motivation essentielle de cette chronique est de trier parmi le débordement d'informations et de pseudo actualité qui nous submerge. Nous sommes assaillis d'informations parasites qui empêchent de voir l'état du monde ou les faits qui nous concernent. Propulser dans les médias des non-événements comme les ragnagnas de Britney Spear, les bobos de Federer ou les chapeaux de la Couine d'Angleterre relève d'une manipulation, d'une désinformation calculée, qui offense l'intelligence et porte gravement atteinte à l'information. Comme le disait l'abominable Patrick Le Lay, un temps directeur de TF1, son métier consistait à vendre du cerveau disponible à Coca-Cola. Mais le monde de Coca-Cola ne se contente pas de profits : il contrôle ce que l'on fait de lui en coachant les politiques soumis à l'argent électoral et surveille ce que l'on dit de lui. L'image de marque, c'est fondamental quand on vend à des troupeaux de consommateurs contrôlés, de plus en plus serré, par les marques, les modes et l'addiction aux mondes virtuels débiles bricolés entre Hollywood et les réseaux sociaux.

Alors ces « Actualités permanentes » auront pour but de récupérer des faits que cette propagande capitaliste masque par son enfumage crétinisant. En les choisissant pour représenter quelques idées durables rescapées des poubelles éphémères de l'actualité...

 

 

12:17 Publié dans Actualités permanentes | Tags : le courrier, dédé-la-science, genève, médias romands, actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/04/2011

Goudiry - Genève

Me revoici ! Avec quelques doutes...

Ce blog a été presque aussi fréquenté pendant un mois d'absence que quand j'y écris régulièrement !

A cela, deux interprétations possibles : soit on y passe par hasard, et mes provocations ne servent pas à grand chose ; soit j'aurais réussi à y laisser des textes qui intéressent certains en dehors de toute actualité éphémère. Bref, à laisser ici quelques « actualités permanentes », dignes d'intérêt quelques mois ou quelques années après, loin des pages chaudes saturées de non événements qui détournent le lecteur des quotidiens des vrais problèmes dont on souhaite l'écarter.

« Actualités permanentes », c'est justement le titre que j'ai choisi pour une nouvelle chronique dans « Le Courrier », sympathique petit journal en faillite qui après avoir été papiste, curé rouge et khmer vert semble devenir libertaire puisqu'il m'a demandé, ainsi qu'à quelques autres fortes têtes, de déranger un peu. Une évolution de bon sens et dans le bon sens ! En ce qui me concerne, c'est tous les quinze jours le mercredi, numéro deux demain, qui ne fera pas plaisir à tout le monde. Merci à Edipresse de m'aider ici à soutenir un confrère méritant, plombé par les difficultés de l'indépendance et de la crise de la presse écrite...

Je reviens donc de Goudiry - ou Goudiri, les deux s'écrivent - petite ville peuhle du Sénégal oriental, dans le Boundou et, pour son « développement - malheur », sur la voie ferrée et la route Dakar - Bamako. Avec les événements de Côte d'Ivoire, tout le trafic d'import export des pays du Sahel qui passait par le port d'Abidjan est reporté, en grande partie sur Dakar, d'où il est acheminé par la route vers le Mali, le Niger, le Burkina et même le nord de la Côte d'Ivoire et du Nigéria. Quotidiennement des centaines d'énormes camions, dans des états très variables, passent ou stationnent à Goudiry pour réparation ou ravitaillement. Avec leurs chauffeurs et passagers très prospères par rapport à la pauvreté locale.

Vous imaginez les conséquences en matière de déstructuration sociale et de santé...

J'ai donc quitté la pollution et les embouteillages de camions de Goudiry pour les embouteillages et la pollution des 4x4 bobos de Genève, aggravés par la chaleur précoce et une multitude ahurissante de chantiers qui transforment cette ville en chantier à la chinoise. Quand je pense que c'est au nom de l'amélioration de la qualité de la vie que l'on nous inflige presque partout des marteaux - piqueurs et des fermetures de voies désordonnées. La conjonction de la fièvre entrepreneuriale, et sans doute du financement des partis gouvernant, nous vaut une dégradation permanente de la qualité de vie dont nous pourrions jouir dans cette cité plutôt heureuse.

Et ce n'est pas le ci - devant Mark Muller, premier communiant coincé à la veste sur l'épaule quand il veut avoir l'air cool, qui risque d'améliorer ça avec ses projets mégalos de « down - town la Praille » ou, dernière salve de propagande électorale (désespoir ?) de pont sur la rade. Non seulement ses projets sont aussi irréalistes et ruineux que rejetés par le peuple, mais ce triste sbire voudrait se faire passer pour celui qui fait alors que, à ce jour, c'est plutôt celui qui fait semblant !

Au moins, à Goudiry, il n'y a pas de rade et il y a autant de surfaces disponibles que l'on veut ! Pas besoin de construire des ponts, ni des gratte - ciel et l'on entend encore les oiseaux entre deux camions ou à l'écart de la route...

Mon ami Thiedel Diallo, le maire, vous salue bien !