18/11/2009

Science et politique, de Darwin à nos jours

Les scientifiques d’une société propagent ses idéologies et participent à leur construction.

Charles Darwin était un riche bourgeois.

Il fréquentait Adam Smith et Herbert Spencer, prophètes du capitalisme.

Ces derniers lui ont sans doute fait exagérer, un temps au moins, le rôle de la compétition dans l’histoire de la vie.

A l’opposé, des communistes prenaient la sélection naturelle comme argument pour la lutte des classes !

Pourtant, Darwin n’a pas rencontré Karl Marx, comme l’imagine une excellente fiction théâtrale romande !

Il évitait les récupérations politiques, religieuses et les conflits, même si sa théorie ruinait le fondamentalisme chrétien.

La science occidentale idolâtre Darwin, mais s’inspire plus de Spencer que de la prudence du grand naturaliste.

Elle fait l’apologie de la compétition et du court terme, provoquant un énorme gâchis de moyens et de talents.

Elle pratique le culte de l’argent et même la spéculation : l’université de Lausanne a perdu ses économies en bourse l’an passé !

Cette science néo - libérale recourt à la propagande, quand ce n’est pas à la publicité mensongère.

Elle méprise souvent les subalternes, les femmes et les étudiants, considérés comme de la « chair à canon ».

De jeunes docteurs, aujourd’hui, se font détruire leur vie privée par de courts contrats qui les baladent à travers le monde…

Ils passent par la case chômage, selon les moyens et les besoins temporaires des laboratoires.

Comme ils doivent envier Charles Darwin qui a travaillé à son goût, chez lui, pendant des décennies, grâce à la fortune familiale !

RSR1 18-11-2009

09:47 Publié dans rsr.ch | Tags : science, politique, darwin, spencer, marx, université | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

04/11/2009

Darwin en vrai : la modestie de la science face aux abus des religions

Les pays épris de sciences, dont Genève et la Suisse, célébrent, la semaine prochaine, l’anniversaire de "l’Origine des espèces..." de Charles Darwin.

L’originalité de ce livre a été soulignée par les ennemis religieux de l’auteur, qui y rassemblait surtout des faits et des idées déjà connus.

Sa démonstration montre que l’histoire de la vie est un processus matériel dans lequel aucune explication surnaturelle n’est nécessaire.

Sélection naturelle, continuité des lignages, histoire des milieux et contingence, ce que Buffon qualifiait de « causes actuelles », explique ce que nous savons de l’histoire de la terre.

Il n’est pas étonnant que les excités fondamentalistes diabolisent, encore aujourd’hui, le paisible naturaliste malade de Down.

Ni que ses supporteurs excessifs créent un mythe religieux autour de celui qui avait montré que les dieux n’aident pas à comprendre la vie.

Le Muséum de Genève nous donne l’occasion de revenir à des textes originaux importants ou méconnus de Darwin par des lectures, suivies de débats.

On y découvre un Charles Darwin curieux de tout ce qui fait la vie quotidienne et se posant plus de questions qu’il n’apporte de réponses.

L’Académie suisse des sciences naturelle et l’Université de Genève, avec la complicité de François et Jean-David Rochaix, nous offrent deux pièces de théâtre, suivies de débats animés par des chercheurs.

On y montre la réalité humaine attachante et les interrogations du grand homme.

Pour cela, les auteurs utilisent un mélange subtil de réalisme historique et de fiction, souvent drôle, sinon délirante.

Comme la supposée rencontre avec Karl Marx.

Des occasions à ne pas manquer par ces longues soirées d’hiver…

RSR1 04-11-2009

Ne pas manquer les lectures débats au Muséum d’histoire naturelle de Genève, à Malagnou http://www.ville-ge.ch/mhng/anima_2009_darwin.php

Ni « Darwin en finit avec les Cirripèdes » et « La confession de Darwin » à Uni Bastions www.darwin2009.net

17:19 Publié dans rsr.ch | Tags : darwin, évolution, lecture, théatre, religion, science, marx | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |