02/04/2012

Dieu est le pire poisson d'avril !

Dédé - la - foi, (suite et fin)

Derrière tout mensonge se cache une part de vérité, même quand il s'agit d'une blague de premier avril ! Un de mes anciens étudiants, devenu bon pasteur - pour moi un échec relatif - organisait une rencontre de jeunes sur le thème « science et foi » hier, premier avril aux Grottes. Je trouvais que c'était une excellente idée : Dieu est le pire poisson d'avril de tous les temps, au vu des malheurs sans fin que cette mauvaise blague a déclenché dans toutes nos sociétés humaines. Aussi, j'ai accepté de bonne grâce de répondre aux questions des jeunes et de leur berger, regrettant juste que les jeunes présents, bien timides, ne se soient exprimés que par les expressions, souvent éloquentes, de leurs doux visages. Le problème des prêtres, comme des profs, c'est de trop parler et d'inhiber leurs disciples !

Je m'arrête donc pour vous livrer la préparation de l'entretien...

 

Questions du bon pasteur :

 

  • Pouvez ‐vous nous donner une définition de la science ?

 

C'est une méthode pour essayer que deux humains faisant la même observation ou la même expérience en tirent les mêmes conclusions.

Elle consiste à tester des hypothèses en les mettant à l'épreuve et à les conserver provisoirement tant que l'on ne les a pas rejetées et que l'on n'a pas trouvé plus simple.

Ensuite on regroupe ces hypothèses en théories qui, par définition, sont provisoires et incomplètes.

Il n'y a donc :

- aucune « vérité scientifique » permanente

- aucune théorie complète

possibles.

  • Et pour vous la foi c'est quoi ?

Une erreur de jeunesse !

L'ayant découverte à 10 ans et perdue à 11, je suis mal placé pour répondre !

 

comment comprenez ‐vous cette histoire de croyance, de foi, de Dieu ?

Vu de l'extérieur, cela ressemble à un mélange d'émotions semblables entretenues par des mythes, différents d'une culture à l'autre, au profit des prêtres...

 

  • Pouvez ‐vous nous présenter un petit historique de cette éternelle guerre entre la science et la foi ?

 

Jules César Vanini torturé et brûlé à Toulouse par l'Inquisition catholique

Galilée, obligé de mentir pour échapper au supplice.

Giordano Bruno brûlé à Rome.

Michel Servet brûlé par les Calvinistes à Genève.

Fontenelle, de Maillet, Buffon, empêchés de s'exprimer sur ce qu'ils pensaient et obligés de se contredire sans cesse.

Lamarck ridiculisé au retour de l'église après la révolution française.

Darwin diabolisé par les anglicans pour ce qu'il pensait.

La Charia qui condamne à mort pour apostasie.

Ça donne envie de casser du prêtre, non ?

Encore que ce sont souvent des prêtres chercheurs qui ont été ainsi traités.

Mais ce n'est pas dans les usages de la science !

 

  • Cette guerre est ‐elle vraiment fondée ?

 

Oui : une bonne pratique de la science est incompatible avec une foi qui donne la priorité aux révélations sur l'observation et l'expérience.

  • Est ‐ce qu'on pourrait concilier le point de vue de la science et celui de la foi ?

 

Seule une foi qui considère les textes sacrés comme des mythes dont l'interprétation doit s'accommoder de ce l'on sait de l'état du monde est compatible avec une bonne pratique scientifique.

 

  • Et la Genèse qui dit que la terre a été créée en 6 jours par Dieu, qu'en penser ?

 

Buffon objectait déjà dans « Les époques de la nature » que le mot araméen traduit en grec, puis en latin, puis en français par « jour » ne pouvait signifier jour de 24h puisque la lumière n'était créée que le 2ème jour ! Lui, comme plus tard Cuvier, pourtant créationniste, considérait qu'il s'agissait de sept fois une très longue durée.

 

  • Que penser de l'évolution ?

 

C'est la théorie consensuelle actuelle provisoire de la biologie, rassemblant tout ce que l'on sait dans ce domaine et posant plein de questions sans réponses. Il faudrait vraiment des faits très inattendus pour la remettre en cause : une visite convaincante de Jésus  qui nous explique les trucs de Dieu le père ou un débarquement d'extra terrestres plus malins que nous...

 

peut ‐on vraiment croire que la terre a 6000 ans comme le proposent certains créationnistes ?

 

On peut le croire, mais c'est évidemment idiot au vu des connaissances actuelles.

 

 

  • Peut ‐on dire avec certitude que l'Homme descend du singe ?

 

Les humains ne descendent pas des singes, puisque les humains SONT des singes !

Des singes bizarres, mais des singes quand même ...

 

  • Comment selon vous devrions nous parler de la science dans les églises ?

 

Comme d'une méthode qui vaut la peine qu'on la connaisse si l'on prétend essayer de comprendre le monde.

Une méthode qui répond à beaucoup de questions du type « comment ? » et presque jamais aux questions du type « pourquoi ? ».

Qui s'intéresse plus aux causes proximales qu'aux causes finales.

 

Quelles sont les fautes à ne pas commettre ?

 

Je dirais erreurs, pas fautes !

Croire que la science énonce des vérités définitives.

Prendre les scientifiques, les chercheurs pour des « savants » devant répondre à tout, en particulier aux questions « simples ».

Prendre la science pour une théologie dont on attend, dans la plupart des cas, qu'elle réponde effectivement à tout.

 

 

  • Si on parle d'un monde meilleur, quel est votre espoir de voir un jour un monde meilleur et à quoi devons nous nous accrocher ?

 

Je n'ai aucun espoir de voir un monde meilleur de mon vivant et j'aimerais penser qu'il ne sera pas pire pour mes enfants et petits enfants.

Mais c'est très mal parti !

Sinon, d'ici très peu de temps à l'échelle de la vie, je ne serai plus préoccupé par la suite de l'histoire...

Question des jeunes :

  • Est ‐ce que le big‐bang prouve l'existence de Dieu ?

 

Non, bien sûr !

Le big-bang n'est qu'une hypothèse pour expliquer le « rayonnement fossile » observé par les radio - télescopes, qui est la plus ancienne information dont on dispose sur l'univers et pas du tout « l'origine » de l'univers.

 

(et si oui en quoi est-ce qu'il le prouve ?)

 

  • D'après un célèbre scientifique (Monsieur Lavoisier), il dit que : <<Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme>>.

 

Une belle formule qui décrit bien notre expérience de tous les jours !

 

Et alors : nous, d'où venons ‐nous ?

 

De ce que nous savons de l'histoire de la vie et de l'évolution des espèces.

Avant et au début, je n'en sais rien !

 

Et Dieu dans tout cela...?

 

Le même Lavoisier avait répondu qu'il n'avait pas besoin de cette hypothèse !

J'ajouterai que Dieu n'est pas une hypothèse scientifique parce que son existence n'est pas « réfutable » (elle ne peut pas être mise à l'épreuve par l'observation ou l'expérience).

Dieu n'a donc pas de place dans les hypothèses et théories scientifiques et la science n'a pas à se prononcer sur son existence ou son inexistence.

 

  • Est-ce que vous y croyez vraiment quand vous vous levez le matin et que vous vous dites : "Je vais essayer de découvrir/comprendre ce grand mystère qui est l'Univers", je veux dire ça ne vous semble pas absurde d'essayer d'émettre des millions de théories afin de comprendre, pour ne pas se résigner à juste croire en la grandeur de Dieu ?

 

Ma réponse est dans votre question : pour moi, croire sans preuve, c'est se résigner ! C'est une solution de paresseux ou de trouillards...

 

  • En quoi une théorie scientifique expliquant la création du monde contredirait l'existence de Dieu ?

 

Mais aucune théorie scientifique ne peut expliquer une éventuelle création du monde à partir des données dont on dispose aujourd'hui !

Les données manquent...

 

  • Est ‐ ce que, toutes vos recherches dans la science et vos découvertes du fonctionnement merveilleusement bien articulé du monde que nous connaissons ne vous ont pas, à un certain point, amenées à penser que seul un Dieu tout puissant pouvait être à l'origine de tout cela ?

 

Non, parce que pour moi, affectivement et émotionnellement, la souffrance et les malheurs des humains, et même des autres animaux, sont inacceptables et incohérentes avec les merveilles du monde : beautés, plaisir et humour. Donc, si un Dieu tout puissant a créé cela, pour moi c'est un fou ou un pervers et je préfère l'ignorer. Et s'il n'est pas « assez » tout puissant pour corriger ses propres erreurs, quel intérêt ?

 

Vous semble ‐ t ‐il rationnel de penser que tout cela n'est que le fruit du hasard ?

 

C'est une hypothèse rationnelle et c'est la plus simple, même si elle n'est pas très agréable. Je la garde tant que je n'ai pas trouvé mieux, selon la philosophie actuelle des sciences...

« Si l'Eternel exi i ste,

En fin de compte il voit

Qu'j'me conduit guère plus mal

Que si j'avais ... la foi ! »

Georges Brassens (Le mécréant)

 

14:29 Publié dans Spiritualités | Tags : dieu, foi, poisson d'avril, jeunes, questionnement, science, science et religion, philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

28/06/2010

Mammouth écrase l’esprit !*

Mammouth, Buffon, Newton, Depardieu, Dassault, Siné :

Laissons du temps au temps, bordel !

 

Buffon, contemporain de Newton, pensait que la terre était un morceau de soleil qui se refroidissait. Quand ses correspondants lui envoyèrent des ossements de mammouths du Canada et du Spitzberg, il les prit pour des éléphants. Il en conclut qu’il faisait d’abord chaud au pôle nord, avant un refroidissement climatique qui se propageait vers le Sud, chassant les éléphants vers l’Equateur. Par des calculs astronomiques sophistiqués et sur des hypothèses aussi fantaisistes que celles des simulateurs d’aujourd’hui, il calcula même la vitesse de cette migration et du refroidissement.

Il en déduisit l’âge de la terre : 70 000 ans !

Ce chiffre fit scandale à l’Académie des sciences, aux mains des bigots qui croyaient qu’elle avait 5 000 ans, selon les salades biblesques. Les intégristes au pouvoir en ces temps lui tombèrent sur le râble, qu’il avait, par chance, aussi solide que Depardieu. Et comme Buffon était le Dassault de l’époque, il se permit même de monter à 400 000 ans, ouvrant un boulevard à Lamarck pour que les espèces aient le temps de changer dans l’histoire de la vie.

J’adore cette histoire où Buffon prend des mammouths pour des éléphants, puis bâtit une théorie aberrante sur des hypothèses absurdes et des calculs faux pour arriver à une théorie fantasmée. Car ce festival d’erreurs a cassé le dogme religieux qui bloquait le développement d’une biologie rationnelle : l’âge de la terre n’était pas encore quatre milliards d’années, mais il laissait désormais aux espèces le temps de se transformer, d’évoluer.

Avec Sarko, les retraités risquent de disparaître comme les Mammouths autrefois, faute d’adaptation au chaud et à la chasse au pognon. Mais ils risquent de laisser place à de vieux éléphants, rebelles et travailleurs, encore bien plus méchants …

N’est-ce pas Bob ?

 

In Siné Hebdo 85

 

* Pour mémoire, pour ceux qui ne fréquentaient pas le Sarkoland quand une chaine d’hypermarchés s’annonçait sous le slogan « Mammouth écrase les prix », quand un ministre obèse prétendait « dégraisser le Mammouth » et bien avant l’admirable film de Delépine et Kervern dans lequel Depardieu chevauche une Mammuth en rêvant d’Adjani.

09:36 Publié dans dédé siné | Tags : temps, retraite, buffon, siné, depardieu, évolution, mammouths, mammuth, science et religion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |