18/11/2009

Science et politique, de Darwin à nos jours

Les scientifiques d’une société propagent ses idéologies et participent à leur construction.

Charles Darwin était un riche bourgeois.

Il fréquentait Adam Smith et Herbert Spencer, prophètes du capitalisme.

Ces derniers lui ont sans doute fait exagérer, un temps au moins, le rôle de la compétition dans l’histoire de la vie.

A l’opposé, des communistes prenaient la sélection naturelle comme argument pour la lutte des classes !

Pourtant, Darwin n’a pas rencontré Karl Marx, comme l’imagine une excellente fiction théâtrale romande !

Il évitait les récupérations politiques, religieuses et les conflits, même si sa théorie ruinait le fondamentalisme chrétien.

La science occidentale idolâtre Darwin, mais s’inspire plus de Spencer que de la prudence du grand naturaliste.

Elle fait l’apologie de la compétition et du court terme, provoquant un énorme gâchis de moyens et de talents.

Elle pratique le culte de l’argent et même la spéculation : l’université de Lausanne a perdu ses économies en bourse l’an passé !

Cette science néo - libérale recourt à la propagande, quand ce n’est pas à la publicité mensongère.

Elle méprise souvent les subalternes, les femmes et les étudiants, considérés comme de la « chair à canon ».

De jeunes docteurs, aujourd’hui, se font détruire leur vie privée par de courts contrats qui les baladent à travers le monde…

Ils passent par la case chômage, selon les moyens et les besoins temporaires des laboratoires.

Comme ils doivent envier Charles Darwin qui a travaillé à son goût, chez lui, pendant des décennies, grâce à la fortune familiale !

RSR1 18-11-2009

09:47 Publié dans rsr.ch | Tags : science, politique, darwin, spencer, marx, université | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |