07/07/2011

Genevoiseries

BRAVO au Conseil administratif ! d'avoir osé ce que toute institution publique devrait faire, à savoir ne pas payer ceux qui travaillent pour elle moins que le minimum nécessaire pour survivre dans la dignité. Je ne suis pas sûr que, même avec ce supplément, les nettoyeuses-yeurs auront de quoi se loger dignement et assurer l'égalité des chances de leur descendance ; mais ce geste exemplaire de refus du dumping salarial scandaleux du secteur privé doit être soutenu comme hautement symbolique. On regrettera juste qu'une fois de plus le "sondage on line" de tdg.ch soit biaisé en proposant "oui" comme réponse par défaut, ce qui oblige à comprendre et décocher en "non" pour affirmer que l'on préfère plus de justice sociale et moins de néo-libéralisme et culte du marché ... Edipresse, néo-libéral et anti social ??? Qui l'eut crû !

RESSOURCES INHUMAINES : Je sais que l'alliance avec les Verts oblige à recycler les déchets, mais même les Verts savent que certains déchets toxiques ne sont pas recyclables. Comment comprendre qu'un CA composé de 2 syndicalistes éminents prétendus de gauche, une magistrate réellement progressiste, une verte "sociale" et un gentil chrétien de progrès nomme comme DRH de la ville un non choisi par son parti, non élu par le peuple qui s'est fait partout une réputation de "tonton flingueur" et "porte-flingue" du Khmer vert en mettant les principaux services culturels de la ville à feu et à sang pendant des années ? HONTE au Conseil administratif !

DUR DUR de voir une ancienne étudiante, plutôt sympa, assez foldingue devenir députée ... UDC. L'exigence de résultats et l'évaluation de l'enseignement à l'UNI ne permettent pas encore de les noyer dans ces cas-là ! Vous me direz qu'elle avait une très lourde hérédité ! Alors, suivant ici ses déclarations, ici ses interventions, je trouve ici des propos quasi tiers-mondistes, là une défense farouche de l'environnement et du patrimoine... contre les attaques débiles des abrutis néo-libéraux style Mark Muller pour ne nommer qu'un bedeau de la spéculation immobilière et du bétonnage. Parfois je retrouve des accents entendus, du temps de son vivant du mystérieux Lambert, pape secret de la n ième obédience trotskyste ... Stupéfiant, isn'it ? Vas, ZébulonPicVert, si tu continues comme ça, je vais te donner des pistes pour faire adhérer l'UDC - GE à la IV(?)ème Internationale...

15:40 Publié dans Genève | Tags : politique, salaires, ressources humaines, ville de genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

13/05/2009

Ville de Genève : la politique de la culture brûlée …

Genève est une capitale culturelle francophone par les penseurs et savants qu’elle a produits ou hébergés.
Elle le reste par les moyens importants qu’elle consacre, pour une petite ville, à ses institutions culturelles.
On attend que cette volonté produise, dans l’harmonie et le consensus, de multiples réalisations créatives et séduisantes.
Ce fût souvent le cas, jusqu’à l’arrivée de Patrice Mugny comme magistrat chargé de la culture et de son directeur Boris Drahusak, il y a deux législatures.
Depuis, il ne se passe pas trois mois sans qu’un scandale éclate autour d’un établissement du Département concerné.
La presse a titré :
- sur le Musée d’Histoire des sciences, pour une tentative de promotion canapé,
- sur le Grand Théâtre pour l’organisation d’une rébellion contre la direction et la diffusion publique d’un audit,
- sur le Musée d’Ethnographie pour l’instigation d’une cabale et la mise à pied arbitraire d’un directeur renommé,
- aujourd’hui sur le Musée d’Art et d’Histoire pour la mise à pied du directeur et la diffusion d’un audit malveillant,
Le point commun de ces affaires est une politique inhumaine vis à vis des cadres et des personnels du Département de la culture.
Après l’échec cuisant de la maison de la danse et de bien d’autres projets, on confie le Musée d’Ethnographie de Genève à un directeur dont les activités privées sont contraires à la déontologie.
Le bilan de l’équipe Mugny – Drahusak est désastreux !
Seuls les régimes totalitaires dirigent la culture, en faisant tomber les têtes de ses acteurs.
Quand les politiques pensent qu’il faut changer tout le monde, il est temps de changer les politiques !


RSR 1 13-05-2009

10:05 Publié dans rsr.ch | Tags : ville de genève, politique culturelle, musées, conflits | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |