RETOUR et COMMENTAIRES ANONYMES

Imprimer

Aucun doute, cela fait un certain temps que je n’ai pas alimenté ce blog ! A l’origine, une sombre affaire, que je vous fais brève.

Me voici convoqué par notre police cantonale, suite à une plainte pénale d’un blogueur de ce site m’accusant de l’avoir « sous le pseudonyme d’Anastase de Saint Senestre » injurié en tant qu’ami d’une autre blogueuse (vous suivez ?) dans un commentaire signé anonymement Anastase… Première fois que je lisais le nom du plaignant, de son amie blogueuse et le pseudo Anastase. Une brève recherche me montre que ledit Anastase, toujours anonyme, sévissait régulièrement par des commentaires souvent diffamatoires et/ou injurieux sur les blogs TdG, entre autres du PDC Carouge et de plusieurs de ses membres et/ou élus, ceci depuis près de dix ans ! Une « révélation » d’un de ces bons chrétiens avait affirmé qu’Anastase, c’était moi, avait donné mon appartenance professionnelle, cité certains écrits et commenté mes opinions, créant une vérité locale du PDC Carouge dans laquelle je fréquentais régulièrement un bistrot du cru – un des rares où je n’ai jamais mis les pieds, etc… J’allais donc à la convocation policière avec ce dossier et ma bonne foi, dont la charmante policière chargée de l’instruction fût vite convaincue. Elle me demanda donc si je voulais déposer plainte contre le plaignant abusif, ce à quoi je lui répondis qu’elle, la police, la justice et moi avions des choses beaucoup plus importantes à faire dans la vie que d’enquêter sur les commentaires anonymes des blogs TdG ou les règlements de comptes des élus du PDC de Carouge, dont d’ailleurs je n’ai jamais connu qu’un membre, avec lequel j’avais eu un échange bref et courtois. J’ai quand même contacté Jean -François Mabut, alors encore responsable de ces blogs. Autour d’un café dans un salon de thé carougeois, je lui ai redit, en détaillant cet exemple, à quel point j’étais hostile aux commentaires anonymes et pourquoi, en cas d’abus répréhensibles comme la diffusion de fausses nouvelles ou d’injures envers des tiers, il me semblerait légitime d’obtenir de l’hébergeur au minimum l’adresse IP de l’auteur, ne serait-ce que pour la défense de ses victimes. Mais Jean-François ne partageait pas ce point de vue et semblait penser que la défense de cet anonymat était un pilier de la démocratie. Sans doute la nostalgie des bons vieux débuts paisibles d’internet et de « l’interdit d’interdire » de mai 68 ! Mais une position plus discutable quand le net est devenu le carrefour des propagandes, des fake news, des arnaques et des perversités…

C’est à peu près au même moment que j’étais contacté par une collègue française, bien connue pour son travail de vulgarisation critique de la génétique, qui me reprochait véhémentement des commentaires malveillants et/ou injurieux écrits sur son blog français et sur Face Book, cette fois sous mes nom et prénom, mon nom seul ou toute une série de pseudos évoquant l’un ou l’autre. Il ne fût pas trop difficile de la convaincre que, n’ayant jamais visité son blog, que je découvrais par ses envois, et n’ayant jamais eu, par principe, de compte Face Book, je ne risquais pas d’être l’auteur de ces contenus. Malgré une imitation de sujets d’intérêt, ces derniers étaient aux antipodes, tant de mes écrits que de mon style ou de mes opinions. Il y avait donc un imposteur qui, pour s’attaquer à elle et peut-être à d’autres, multipliait les comptes et les usurpations d’identités, dont la mienne, provoquait des discussions sans fin avec la responsable de ce blog et les autres commentateurs. Une enquête technique a permis d’identifier ledit imposteur et ses coordonnées … en ville de Genève. Ce qui, bien sûr, me fit tout de suite penser à l’Anastase de Carouge. Toutefois, lui, n’était quand même pas allé jusqu’à l’usurpation explicite d’identité, même si, dans un commentaire, il n’avait que mollement contesté quand on l’avait accusé… d’être moi !

 

Ces histoires m’ont donc éloigné de vous, qui passez par ce blog, et m’ont fait perdre trop de temps, que j’aurais pu consacrer à vous raconter des choses plus intéressantes sur la science, la vie, les humains et autres animaux, comme je le fais dans mes chroniques « Dédé-la-science » du Courrier ou de Siné Mensuel. Sous pseudo ??? Oui, un pseudo dont tout le monde sait qui l’alimente, mais que j’utilise quand je veux démarquer mes écrits personnels de ceux que je publie pour notre université, où j’ai encore l’honneur d’enseigner. D’ailleurs, au début, mon blog TdG était signé Dédé-la-science, mais cette signature a été remplacée par mes nom et prénom, sans que j’y sois pour rien ! Peur paradoxale de cet anonymat tout relatif ? Bon, inutile de vous dire que les commentaires ci-dessous restent fermés, mais que ceux, signés de manière non anonyme et intéressants qui me parviendront seront, comme jadis, publiés. Avec réponse si nécessaire ou souhaitée !

 

                                                         Dédé-la-science

 

 

Les commentaires sont fermés.