éducation - Page 2

  • POUR OU CONTRE LE CANNIBALISME ?

    Imprimer

    Contre                                                                                                        J’aurais jamais dû conseiller à ma fille Anouk de lire l’excellent roman « préhistorique » de Roy Lewis "Pourquoi j'ai mangé mon père" ! Surtout connaissant son écriture décalée, son goût des polars, ses scrupules documentaires et sachant qu’elle vit en Corse, dans une culture bizarre. Trop tard ! Sa passion de l’exotisme et de l’écriture, sa gourmandise gastronomique et culturelle, plus un goût de la provoc (venu d’on ne sait où ?), nous valent, chez un éditeur Corse, donc suspect, « Cannibal-Tour ». Des insulaires du monde de l’enseignement (pourquoi ?) s’y font déguster, au sens strict, chez des colonisés aussi branchés qu’imprévisibles. Le tout avec des pratiques Michelin trois étoiles qu’elle a manifestement eu du plaisir à détailler. Tout ça n’était pas grave avant qu’elle ne m’invite pour un réveillon, très loin dans la montagne… D’abord, je me suis réjoui, allant jusqu’à accepter, moi l’intraitable mécréant, la perspective de la messe de minuit, des polyphonies, de la liqueur de myrte et des fromages de destruction massive qui terrorisent continentaux et autres étrangers. Mais l’insistance d’Anouk, le contexte insulaire et exotique me firent vite éprouver un certain malaise, puis un malaise certain ! Je repense à Roy Lewis, à son argumentation imparable et me trouve devant un choix cornélien : est-ce bien raisonnable de rejoindre, loin dans la montagne, dans sa tribu d’adoption, hors réseaux sans fils, l’auteure de cette apologie de l’anthropophagie humaine et cultivée ? Bien sûr, je n’en parle à personne et m’interroge : un incident est vite arrivé là-bas ! Ma curiosité me dit d’y aller, mais le souci de mon intégrité corporelle demande des garanties. J’hésite encore et confie donc ce texte à XXXX, avec mission de le publier, dès que possible et en urgence, s’il n’a pas de mes nouvelles d’ici le Nouvel an 2015.                                                                                                                Ajaccio, 24-12-2014

     

    Pour : agrégé cannibale !                                                                     C’était fin juillet 1967, oral de l’agrégation de biologie. Fin de matinée, chaleur torride, jury endormi au trois quarts pour sa quatrième « leçon » du jour. Bref, la pire heure pour parler des protéines dans l’alimentation, niveau bac. Seul le président m’écoutait, les autres ronflaient. Je risquais mon va-tout en concluant, à forte voix, par cette évidence : « d’un point de vue diététique, seules les protéines humaines présentent les structures et proportions idéales pour construire et entretenir un corps humain ; ce qui nous incite au cannibalisme ! ». Rires et coups de coude du président, réveils paniqués : « qu’est-ce qu’il a dit ? ». Eh bien, ils ont ri et m’ont reçu… Merci les cannibales !

     

    Abstention : Aime ton prochain comme toi-même : crû ou cuit ?        « Ceci est mon corps, ceci est mon sang… » Plutôt vampires et cannibales leurs évangiles ! Si l’apôtre et le communiant ne se sentent pas draculants, ont-ils le droit de faire du boudin avec le raisiné du p’tit Jésus ? Et s’ils n’aiment pas dieu en tartare, ont-ils le droit de faire cuire la chair ? Je voudrais vous y voir chez les cathos : essayez donc de cuire une hostie ! Chez les luthériens, au moins, la brioche est cuite, on n’attrape pas la maladie de la vache sacrée folle… Par contre, cuire le pinard dans des boyaux, ça ne le fera pas ! Tout ça pour vous dire qu’avant de rigoler du cannibalisme des autres, faudrait être plus clair avec le nôtre… Amen !

                          

     

     

  • Sur les chapeaux de roue...

    Imprimer

    Quelques fidèles auront remarqué ma rareté sur ce blog ces derniers temps et je leur présente mes excuses. Rapidement car c'est le surplus d'événements et d'obligations en cette rentrée, non leur rareté, qui causent cette absence. Entre le retour saisonnier des étudiants et de multiples interventions, c'est, cette semaine, la réouverture du Musée de l'Homme de Paris rénové qui mobilise mon attention. Je l'ai déjà annoncée dans la Cité, dans le remarquable Siné Mensuel d'octobreSM46_COUV.jpg et dans le Psikopat*01.jpg spécial Louzeurs, en racontant à chaque fois des épisodes de son histoire récente que vous ne lirez guère ailleurs et qui illustrent les relations perverses, en France, entre le monde interlope des négociants en art, les politiques et les musées publics, relations que l'on retrouve sans surprise, en pire, dans l'histoire récente de notre canton, les mêmes causes produisant les mêmes effets. J'attends la fin des événements en cours pour vous en raconter plus...

    *ENFIN !... j'ai pu voir une gondole avec Le psikopat et Fluide à Cornavin. Faut-il dire merci Naville ?

     

  • La gratuité de la vie

    Imprimer

    Il y a près d'un an, un journal professionnel confidentiel décidait de faire un numéro sur le thème de la gratuité à travers toutes les disciplines et me posait une question bizarre sur "la gratuité dans l'évolution des espèces". Comme ce thème inhabituel est susceptible d'intéresser certain-e-s d'entre vous, je vous livre ici le fruit de mes réflexions... Bonnes fêtes de Genève !

    PS : les commentaires sont ouverts

  • Bonnes vacances !

    Imprimer

                                                                                                                  Pour ne pas vous ennuyer, sans travailler pour autant, n'oubliez surtout SM44_COUV-web.jpgpas le spécial été de Siné Mensuel, avec une couverture un peu franchouillarde, mais assez drôle, et plein de jeux et de conseils avisés. Tenez, je vous passe même l'info sur le contenu ici. J'y ai fait un quizz pour vous aider à trouver les différences entre vous et les autres bêtes. Pas toujours aussi évident que certains croient... 

     

     

     

     

     

     

                                      Psiko 277.jpg    Et puis, si vous partez vers l'Ouest en train, plutôt que d'abandonner n'importe qui au bord de la route, vous allez goûter les joies et les douleurs de la SNCF. Pour traiter une telle schizophrénie, le Psikopat d'été était le spécialiste tout indiqué. Nous vous avons  concocté un super dossier, que vous trouverez dans toutes les librairies ferroviaires dès la frontière passée. Avec en prime des jeux délirants et une Tambouille d'actualités écrites et dessinées !

  • GLOUP, GLOUP ! Vive le terrorisme pâtissier !

    Imprimer

    C'est avec la plus grande joie que je vous reproduis ci-dessous le communiqué de presse de l'internationale pâtissière décrivant son action du jour, à laquelle vous pouvez assister en différé grâce aux liens cités ci-dessous. Bravo Noël & Co ! Gloup, Gloup, Gloup !

    Ci-joint notre communiqué et les images de l’entartement n°8 de BHL par l’Internationale pâtissière à Namur ce samedi 30 mai, à l’Eglise St-Loup de Namur.
    Vidéo1: http://we.tl/oM9nFAPnG1
    Vidéo 2: http://we.tl/jMptLGm7hj

    Vive la flibuste !

     

     

    Namur, samedi 30 mai 2015, 20h45.

     

    COMMUNIQUÉ DE NOËL GODIN,

     ALIAS GEORGES LE GLOUPIER,

     

    entarteur, notamment, de Patrick Poivre d’Arvor,

    Bill Gates, Jean-Pierre Chevènement,

    Monseigneur Léonard ou Nicolas Sarkozy

     

    Ouragan pâtissier sur Bernard-Henri Lévy dans l’église Saint-Loup de Namur

    Bernard-Henri Lévy a eu une mauvaise surprise le samedi 30 mai au tout début du « dialogue croisé » organisé entre l’artiste Jan Fabre et lui dans l’église Saint-Loup de Namur.

    Une vingtaine de tueurs à gags des deux sexes armés de tartes à la crème ont soudain surgi devant lui en poussant des « Gloup ! Gloup ! Gloup ! » et l’ont burlesquement inondé de chantilly.

    Malgré la présence de ses deux gardes de corps complètement dépassés par l’offensive, au moins quatre tartes onctueuses se sont écrasées pour lors sur le visage du « philosophe des beaux quartiers ».

     En quittant les lieux, les entarteurs ont entonné ensemble leur cris de guerre :

     

    « Entartons, entartons les pompeux cornichons ! »

     

    C’est la huitième fois que BHL est entarté par l’Internationale pâtissière.

     

    Le spectacle était dédié au caricaturiste séditieux Siné.

     

    Site des entarteurs :

    http://www.gloupgloup.be/gloup.php?page=accueil

     

     

  • Ni dieux, ni prophètes !

    Imprimer

    SM42_COUV-web.jpg

          J'en veux un petit peu à Bob Siné d'épargner les bouddhistes qui massacrent les hindous à Sri Lanka et les musulmans en Birmanie et puis les hindouistes qui massacrent les musulmans en Inde, et puis tous les autres qui, eux aussi, tuent, oppriment, terrorisent, empêchent de penser et de respirer au nom de surnaturels imaginaires inventés par des prophètes allumés ou sordides et diffusés par des prêtres menteurs, intéressés et malveillants. Mais je comprends que les impératifs techniques de la mise en page de cette splendide image l'aient contraint à se limiter à ceux qui font des dégâts terribles près de chez nous depuis deux ou trois millénaires de croisades, de djihads et de génocides variés jusqu'à ces derniers jours ! Et si vous saviez tout ce que vous réserve ce splendide numéro...

    Dans ce genre de conviction, vous ne pouvez pas manquer le livre posthume de Charb : "Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes" (Ed. les Echappées) dans lequel il dénonce ceux qui effacent le vrai crime du racisme contre des individus et des communautés, souvent peu religieux, pour tout ramener à des religions en compétition qui surfent dans les médias en jouant sur des victimisations particulières. Il n'y a aucun lieu de décliner le racisme en islamophobie, cathophobie, antisémitisme ou bouddhophobie quand il s'agit simplement d'affirmer que personne ne doit être maltraité du fait de l'origine de ses ancêtres, ni pour ce qu'il pense ou ce qu'il vit tant qu'il ne pourrit pas la vie des autres avec ! J'avais jadis proposé de remplacer racisme, trop lié au physique, par "autrisme" tant hostilité et agressions peuvent s'appuyer sur n'importe quel critère biologique, culturel ou économique. Bien sûr, à l'origine de ces racismes- autrismes, il y a les pouvoirs qui les flattent, qui s'en servent ou qui les tolèrent en fermant les yeux sur le pire. Eh bien figurez-vous que Le Pouvoir, 275-01.jpgc'est justement le thème du dossier du dernier Psikopat, que vous devrez toujours aller chercher à l'étranger puisque Naville et autres ne vous jugent pas dignes de le trouver en Helvétie ! Vous y passerez sûrement d'aussi bons moments que dans l'avant dernier Charlie Hebdo où Luz et Coco, en particulier, se sont formidablement déchaînés contre les cathos et où Riss fait un portrait très émouvant de notre regretté Bernard Maris, l'un des rares économistes crédibles en ces temps de fondamentalisme néo-libéral.

    Lisez-vite tant qu'il pleut, pour passer à autre chose quand le soleil revient !

  • Femmes et cerveau

    Imprimer

    Après la "Journée des femmes", dimanche dernier, l'Université de Genève nous propose, la semaine prochaine, la

    "SEMAINE DU CERVEAU".

    Aurait-on ménagé cet écart dans le temps pour éviter toute confusion ?

    Trève de plaisanterie ! La Semaine du Cerveau est une manifestation remarquable qui, chaque année, nous offre une série de conférences, débats, expositions qui nous apprennent chaque fois un peu plus sur notre vie quotidienne, notre corps, son fonctionnement ordinaire et ses maladies. Si vous avez le temps, tous les jours du 16 au 20 mars, détails sur www.semaineducerveau.ch et programme ci-joint Programme_SDC_2015.pdf

    Sinon, comment ne pas vous signaler, dans le cadre de la défense de la presse satirique et non-décérébrée, le nouveau Psikopat avec son dossier "Nos amis les cons", vaste programme ! aurait précisé, en son temps le Général de Gaulle ! On attend toujours qu'un distributeur romand ne nous condamne plus à aller l'acheter à l'étranger, ce Psikopat...

    Et puis, presque sur le même sujet, la couverture d'un remarquable No 40 de Siné Mensuel, avec juste une petite erreur sur l' "Humanitude" que je corrige, ce jeudi, dans Le Courrier...

    273.jpgSM40_COUV-web.jpg

  • CECI N'EST PAS UNE CARICATURE DE PROPHETE !

    Imprimer

    Pour dessiner quelque chose ou le caricaturer, il faut l'avoir vu !    Or aucun dessinateur, aucun caricaturiste de nos jours n'a vu de prophète autre que les gourous actuels. Sauf peut-être en rêve, ce qui ne garantit pas la fidélité de l'image à une quelconque réalité. Donc, quand un dessin s'inspire de miniatures du moyen âge turques ou persanes pour représenter un présumé arabe sympathique, ce ne saurait en aucun cas être une représentation interdite, même si l'auteur y prétend. 220px-Charlie_Hebdo_Tout_est_pardonné.jpgIl faut une myopie fondamentale et surtout fondamentaliste pour croire qu'un mécréant qui fait un petit dessin offense un quelconque tout puissant. Ou pour risquer la seule chose dont on soit sûr, sa vie, pour tuer l'auteur de petits dessins exécutés (le mot est-il judicieux?) à des milliers de kilomètres ou en bas de chez soi. Perdre son temps à les critiquer quand on est un grand théologien, philosophe, politique ou tribun et que l'on a bien mieux à faire témoigne d'une étrange dispersion. Quant à d'éventuelles représentations de Yahvé, Dieu le père, Allah et compagnie, elles sont encore moins coupables puisqu'elles reposent sur la seule imagination, personne ne les ayant jamais vus. A tel point que tout me porte à croire qu'ils n'existent que dans les mensonges des prêtres et les délires des fidèles !

            A ma connaissance, il n'y a que les chrétiens qui ont inventé d'obliger à confesser et sanctionner les mauvaises pensées et l'imaginaire personnel, les autres religions se contentant de sanctionner - souvent durement - des actes, des écrits ou des discours ayant une base matérielle et concrète. Mais je me trompe peut-être, la théologie n'étant pas ma tasse de thé à la menthe, ni mon ciboire de beaujolais. 

                                                                                                     

            Amis musulmans, vous avez une occasion unique de montrer que vous êtes moins cons que les chrétiens et les juifs en vous démarquant à la fois de ceux qui dévoient vos convictions, que je ne partage pas mais que je tolère, à des fins politiques et de ceux qui, dans le monde judéo-chrétien, ont opprimé notre nature humaine pendant deux mille ans ou plus. Un humain pense autant avec son cerveau inconscient et ses hormones qu'avec un petit bout de son cortex et sa raison. C'est pour cela qu'on peut le conditionner au pire comme au meilleur, à tuer comme à vouloir vivre en harmonie avec tous les autres. Et cette dernière volonté doit l'emporter sur celle de ceux qui vendent, distribuent ou utilisent des armes pour venir verser des larmes de crocodiles avec ceux qui pleurent les victimes de l'irresponsabilité des humains.

  • COMMENTAIRES

    Imprimer

    SINE-HS2-COUV.jpgTellement de mails, de sms, de téléphones, d'encouragements de toutes sortes ces derniers jours ! Ça ne fera pas revenir nos amis exécutés par des paumés, mais ça montre au moins qu'ils, que nous ne nous sommes pas trompés en militant pour une totale liberté d'expression, tant qu'elle ne compromet pas celle des autres. Sur l'avenir, pas de doutes, nous continuerons sur la même voie avec, espérons-le un soutien qui permette à nos journaux d'exister sans faire la quête pour survivre, sans se demander à chaque numéro si l'on aura de quoi payer le minimum les collaborateurs ou simplement la fabrication. De plus en plus de journaux libres survivent - mal ! - par le bénévolat et les dons. Cette situation les confine à la confidentialité par rapport aux "fils de pub" et est une offense à la démocratie comme à la libre expression des opinions. Combien faudrait-il de martyres chaque année pour que Madame et Monsieur Toulemonde réalisent durablement que c'est LEUR liberté qui est en cause ?

    Et puis, bien sûr, il y a le principal, abordé avec pertinence dans les deux commentaires ci-dessous dont je remercie les auteures. D'où viennent et comment arrêter ces victimes de nos sociétés que la misère, l'échec de l'école, la prison et leurs exploiteurs transforment en kamikazes ou en bombes vivantes. Le texte ci-dessous de Constance situe bien les responsabilités premières, loin en amont de l'EI ou d'Al Qaeda au Yemen. Quand "l'économie" réïfiée sacrifie l'éducation, la justice et la réinsertion des petits délinquants au nom de la réduction des impôts et de la rémunération des actionnaires, c'est autant de bombes sociales qui nous explosent au nez, parfois des décennies après la mort des "coupables". Je voudrais juste préciser que bien que critique sur certains points de l'organisation de la marche, je ne décourageais personne d'y aller, bien au contraire... puisque je l'ai faite avec les survivants et les autres anciens de Charlie Hebdo ! De même si Invalides il y a prochainement, je ne découragerai pas d'y aller en solidarité avec nos disparus et pour exprimer la détermination des présents en matière de liberté d'expression. Même si l'idée d'un hommage quasi militaire me donne envie d'entarter les organisateurs ou de les conchier, comme le célèbre pigeon dimanche dernier...

    Je laisse la parole à Constance, tout en réprouvant, bien sûr, le côté très franco-frouze, presque UMPSFN d'un exposé par ailleurs pertinent



    de CONSTANCE HAMMOND, qui fût mon étudiante (9-1-2015)

    mon dd
    j'ai lu ton blog et je suis a la fois Ok et pas OK ; je t'écris pourquoi.

    En ce qui concerne la tuerie à Charlie Hebdo, je comprends les raisons de ton texte d’autant plus que dans cette histoire nous sommes nombreux à être responsables et je vais détailler pourquoi. Cependant je suis pour participer aux manifestations citoyennes spontanées ou convoquées.

    Les politiques qui ont été et sont au pouvoir (UMP et PS) sont responsables parce que :
    1.       Les politiques ont cautionné et continué un urbanisme de ghettos avec des écoles et des lycées de ghettos. Ceci afin de préserver les quartiers bourgeois de la mixité tout en n’embauchant pas les éducateurs nécessaires à la cohésion sociale. L’absence d’éducation et de devenir, et l’absence d’encadrement parental ont, dans ce contexte, entrainé certains jeunes de ces ghettos vers la délinquance avec ou sans drogues.
    2.       Ces jeunes délinquants condamnés par la justice se retrouvent en prison où ils sont pris en charge par des endoctrineurs. Les politiques en cautionnant et continuant  une politique de non- réinsertion dans les prisons et en acceptant tacitement la mainmise de certains prisonniers sur d’autres parce que ceci permettrait la paix soi-disant sociale. Surtout cela permet de ne pas créer des postes de gardiens de prison, d’éducateurs....Les politiques sont responsables de la radicalisation de certains prisonniers
    3.       Ces prisonniers avec un cerveau maintenant bien lavé sont, à leur sortie de prison, parfaitement prêts à aller se former  aux armes dans des pays qui ont des camps d’entrainement militaire. Les politiques sont responsables parce que parfaitement tenus au courant par leurs services de renseignement, ils ne prennent pas les mesures nécessaires pour empêcher les djihadistes de nuire lorsqu’ils sont revenus en France.

    Mais nous peuple de France nous sommes nous aussi responsables de ne pas avoir manifesté chaque semaine
    1.       Contre l’urbanisme de ghetto et pour la mixité des populations dans toutes les villes
    2.       Contre la politique actuelle vis-à-vis des prisonniers et pour une politique de réinsertion
    3.       Pour dire combien il était anormal, impensable, qu’un dessinateur (Charb) soit obligé d’être sous protection policière jour et nuit.

    Bien que nous soyons en très grande majorité responsables de ce qui arrive je trouve pourtant beau que des citoyens se réunissent spontanément et nombreux pour honorer la mémoire des victimes, je trouve important que des chefs d’état viennent soutenir la France. Nous sommes nés avec les humoristes et les chroniqueurs de Charlie, nous avons grandi avec eux, nos enfants ont été éduqués avec eux, nous avons tellement ri avec eux. Même lorsque nous n’achetions pas Charlie, la couverture en affiche nous faisait rire toutes les semaines. Ils sont dans notre cœur.

    comment vas tu?


    DE MADAME P B (?)

    Merci pour la pertinence de votre papier sur le blog de la TdG.

    Je suis absolument d’accord sur le fait que nous sommes tous, un peu, voir carrément, très con...

    mais, malgré, les sentiments que vous ressentez suite à la perte de vos amis, nous ne devons pas oublier que malgré leur disparition aussi injuste qu’est la réalité, leurs convictions et le courage, ainsi, que la détermination dont ils ont fait preuve en ne faiblissant pas et en résistant jusqu’au bout, ils ont pu réveiller chez chacun d’entre nous les valeurs nobles qui font de nous des êtres sensibles et déterminés contre la barbarie, ces bêtes aux masques d’homme sans honneur lâches et dépourvu d’Amour délesté de la subtilité qui fait de nous des humains n’ont pas réussi à faire taire la liberté au contraire ils ont libéré le Charlie qui en chacun de nous.

    MERCI à vos amis pour mes enfants p.ex (qui ne connaissaient pas leur travail il y’a encore 2 jours) j’ai le sentiment que mes enfants maintenant ressentent le bienfait de vivre dans une démocratie parfois complexe d'un monde occidental présenté par certain comme confus, absurde et décadent (mêmes si, c’est peut être un peu vrai) nous devons nous déterminer pour un monde démocratique et tolérant.

    Je n’ai pas su faire comprendre à mes chers têtes blondes, ce qu’est la valeur de liberté (malgré un discours permanent de préserver cette valeur qui supplante toutes les autres) l'importance de défendre des idéaux auquel on croit par dessus tout et, maintenant non seulement mes enfants le savent mais, ils le ressent au plus profond d’eux mêmes et ils pourront le transmettre à leurs enfants MERCI pour eux et à vos amis ainsi qu’aux autres victimes de cette horrible histoire, car, ce que je n’ai su faire avec mes enfants les victimes de cette macabre tragédie eux on pu le faire!

    j’ai lu quelques fois ARAKIRI et à l’occasion Charlie Hebdo et je suis fière d’avoir ri de bon coeur sur les évidences de la stupidité de nos élites (ou bien revendiquées comme telle) mêmes si, parfois j’ai été surpris par la créativité de ces dessinateurs/rédacteurs.

    Je suis Charlie

    Cordialement

  • La famille pour tous !

    Imprimer

    Je craque complètement pour ce dessin de couverture du Psikopat qui vient de sortir, avec un dossier "Athéisme et Laïcité" qui ne manquera pas de réjouir tous ceux et celles qui n'en peuvent plus des guerres, des oppressions, du machisme, des massacres, des tortures, des contraintes arbitraires, des textes sacrés violents et obscurantistes que TOUTES les grandes religions nous font subir depuis moins de six mille ans, après mille siècles de paléolithique tranquille et quelques millénaires de néolithique hasardeux. Ce qui rappelle que les primates que nous sommes n'ont attendu ni les prêtres, ni les dogmes pour s'aider, s'occuper des gamins et survivre, malgré des conditions bien plus dures qu'aujourd'hui !

    269.jpg

     

     

     

  • Inauguration du MEG : cherchez "Charlie" Steve Bourget !

    Imprimer

    Aujourd'hui même, Genève s'apprête à ouvrir en grande pompe son musée d'ethnographie, somptueusement et coûteusement rénové aux frais du contribuable. Il paraît que l'opération architecturale est magnifique, que les espaces d'exposition multipliés sont remarquables et l'on s'apprête à fêter comme il convient ceux qui travaillent depuis quatre ans à ce grand projet : ce n'est pas tous les jours que l'on rénove ou que l'on ouvre un musée ! Parmi les clous d'une ouverture en fanfare, une exposition Mochica de trésors péruviens anciens, en première mondiale. Voici qui nous sort du provincialisme !

    On s'attend donc à voir sur le pont Mr Steve Bourget, proche collaborateur du directeur, spécialiste en art précolombien, responsable du département Amériques et enseignant en archéologie à l'Institut Forel de l'Université. Mais ce Monsieur, qui devait organiser un débat ce mardi au Cercle Genevois d'Archéologie semble avoir disparu sans prévenir, sans doute débordé par l'inauguration de ce soir...

    Le petit Vigousse, journal satirique illustré souvent bien informé, témoignait vendredi dernier (No208, 24 octobre p 5, article de Jean-Luc Wenger) d'une rumeur selon laquelle un "cadre éminent" du MEG, d'identité non précisée (sans doute, selon la formule, "connue de la rédaction") serait compromis dans une affaire d'objets volés, retrouvés par la police à son domicile ou par d'autres dans son bureau.

    Il a été beaucoup reproché à d'actuels responsables du MEG d'être ou d'avoir été très liés au milieu local des collectionneurs et commerçants en antiquités et art exotiques, qui ont parfois des interprétations très personnelles des lois et des conventions internationales sur les acquisitions, exportations et importations de biens culturels. Ceux-là même qui avaient fait échouer, avec des méthodes "musclées", un précédent projet bien plus scientifique. Sans doute pour contrebalancer cette fâcheuse réputation, le directeur actuel se prétend irréprochable sur le sujet, allant jusqu'à co-présider la commission d'éthique des musées genevois. Une belle réaction, mais qui pourrait être mal partie ! On lui souhaite quand même une belle inauguration et, s'il s'avérait que Vigousse n'a pas complètement tort, il sera toujours temps de consacrer les beaux espaces du MEG à un projet culturel et scientifique intéressant pour tous, plutôt qu'aux intérêts esthétisants et intéressés de quelques privilégiés...

    PS : je pensais trouver dans notre Julie un démenti scandalisé des insinuations de Vigousse - depuis une semaine, il y avait le temps - ou bien une enquête plus approfondie les confirmant. Mais je n'y trouve que des éloges du projet et de l'exposition péruvienne, sans mention de Steve Bourget qui, conservateur du département Amériques et spécialiste de la culture impliquée, me semble devoir être cité. J'ai peut-être mal cherché... Mais où est donc passé ce Charlie ?

  • Pourquoi et comment les animaux font-ils ce qu'ils font ?

    Imprimer

    C'est la question à laquelle je tenterai de répondre, à partir de demain, devant les étudiants et ceux que ça intéresse, dans le cadre du cours public "Introduction à la Biologie du Comportement" de l'Université de Genève. Ce sera un cours en dix séances réparties sur l'année universitaire, uniquement pour ceux que ça intéresse. Une participation raisonnable permet aux étudiants inscrits de glaner quelques crédits par le plaisir plutôt que par la douleur. Bien entendu, quand je dis comportements des animaux, ceux des humains sont inclus... Voici, en gros, de quoi il s'agit :

    La vie a une histoire, dont nous retrouvons les traces dans les sols entassés des périodes de temps successives du passé. L'actuel et le plus récent en surface, le plus ancien au plus profond. Dans ces sédiments, on trouve les restes fossiles des végétaux et des animaux de l'époque, répartis en centaines de milliers d'espèces pour les végétaux, en millions d'espèces pour les animaux. Buffon, puis Lamarck, classant ces espèces, ont constaté qu'elles se regroupent en "familles", plus ou moins vastes, réunies par le fait qu'elles partagent des caractères communs héréditaires que l'on ne retrouve pas dans les autres familles. Bien que ce soit une idée hérétique et très réprimée par la religion de l'époque, Buffon (Histoire naturelle, générale et particulière... publiée de 1749 à 1789) propose que deux espèces proches par la plupart de leurs caractères le soient parce qu'elles descendent toutes les deux d'une seule espèce ancestrale commune, dont les descendants séparés ont divergé au cours du temps . Lamarck étend cette proposition aux "familles" de plantes, qui seraient ainsi de vraies familles, au sens généalogique, descendantes d'une seule espèce ancestrale, dont les descendantes se sont partagés en lignées de populations indépendantes et divergentes (Flore française 1778). Puis il étend cette idée aux familles d'animaux et propose dans le discours inaugural de son cours de 1800 (publié en 1801), que l'ensemble des espèces vivantes soient issues les unes des autres, selon une généalogie commune et unique, à partir des formes de vie les plus simples. Une idée que Charles Darwin, né en 1809, reprend et diffuse en 1859 dans son Origine des espèces, sans citer La philosophie zoologique de Lamarck (1809), dans laquelle il l'a puisée. L'origine des espèces, outre la vulgarisation de la théorie généalogique de l'histoire du vivant de Buffon et Lamarck, apporte une contribution majeure avec la théorie de la sélection naturelle, inspirée de l'Essai sur le principe de population de Malthus (1798), généralisé au monde vivant, alors que Malthus ne parlait que de fécondité et d'écologie humaines.

     Avec ses théories sur la sélection naturelle (découverte en même temps par Alfred Russel Wallace) et la sélection sexuelle, une des plus importantes contributions de Charles Darwin arrive plus tard dans son traité sur L'expression des émotions chez l'Homme et chez les animaux (1872), considéré comme le manuel fondateur de la biologie du comportement et de l'éthologie animale et humaine. Darwin y montre comment l'origine généalogique commune d'espèces différentes leur procure des organisations anatomiques et physiologiques semblables, qui leurs permettent d'exprimer les mêmes émotions dans les mêmes contextes, et de comprendre cette expression entre espèces proches parentes. C'est l'amorce d'une histoire de l'apparition, des mécanismes et de la transformation des comportements animaux au cours des ères géologiques successives.

    La reconstitution des grands traits de cette histoire est un des sujets essentiels du cours public d'Introduction à la Biologie du Comportement (IBC) que je donne dès demain jeudi à 10h15, en cinq séances d'automne et cinq de printemps (rue G Revilliod 12, entrée des étudiants dans la cour derrière la Migros Acacias).

    Ce cours IBC est un cours autonome, ouvert à tous les étudiants et au public, pour lequel aucun prérequis n'est demandé. Il comporte une série de chapitres sur la détermination des comportements animaux (génétique et physiologie), l'apprentissage, la territorialité, les structures sociales, les comportements des primates, les traditions et cultures, les comportements humains).

     

     

     

     

     

  • Il n'y a pas que la compétition dans la vie...

    Imprimer

    Le succès sur internet d'images montrant des comportements inattendus d'affection ou de collaboration entre des espèces animales très différente s'explique d'abord par l'idée trop répandue d'une nature faite seulement de violence et de compétition entre des espèces qui se battent et se dévorent. A cette vision "darwiniste intégriste" s'opposent les observations de bien d'autres et de Darwin lui-même de comportements altruistes et d'entre-aides en milieu naturel. Parfois ce sont des espèces très différentes, comme les petits poissons qui viennent nettoyer les dents de gros prédateurs sans être dévorés ou bien les oiseaux qui nettoient la peau et la bouche d'hippopotames ou de bovins: des services souvent intimes. Si, comme le soulignait Kropotkine au début du 20ème  siècle, la nature offre de multiples exemples de collaborations étonnantes aux bénéfices réciproques, les mécanismes de l'attachement, de l'empathie ou du dressage expliquent souvent les images "contre-nature" de relations affectueuses entre espèces ennemies ou indifférentes. L'"empreinte", qui permet l'identification de la mère, du jeune ou, plus tard, de l'objet sexuel chez les oiseaux ou les mammifères, dépend des individus rencontrés en "période sensible". Ainsi, en milieu humain, des oiseaux ou des mammifères privés de congénères identifient, comme mère ou comme objets sexuels, des humains ou d'autres animaux inhabituels dans leur monde. Ils développent, vis-à-vis d'eux, les comportements correspondants. Ce qui explique qu'une chienne puisse materner des chats, une chatte des souris. Ou que des corbeaux, des chiens ou des tigres fassent parfois des offrandes de nourriture et d'affection paradoxales et... embarrassantes ! Lorenz racontait comment un chouca tombé du nid, élevé en main puis relâché, était revenu l'année suivante lui offrir un ver de terre dans la bouche, un comportement d'offrande classique entre partenaires sexuels chez les oiseaux, entre autres...

    NB : j'avais envoyé ce texte en réponse à des questions de Nic Ulmi, du Temps, qui en a publié quelques extraits dans l'article attaché

    Idylle-23-U150151965621pLC.pdf

  • Exploration du corps, derniers jours !

    Imprimer

    Il ne vous reste plus que ce soir à 20h et demain dimanche à 17h pour voir à l'auditoire de l'Hôpital Beaumont, au CHUV à Lausanne, la très remarquable pièce "RENCONTRE" écrite et mise en scène par notre François Rochaix à propos de l'anatomiste André Vésale, l'un des premiers voici 500 ans, à avoir osé disséquer des cadavres humains pour éclairer une médecine alors obscurantiste. Morbide ? Pas du tout ! Avec un humour de situations bien rôdé et deux acteurs remarquables (Isabelle Bosson et Daniel Ludwig dans le rôle de Vésale) l'auteur intéresse, amuse et en profite pour poser des tas de questions éthiques extrêment actuelles quant à ce qu'il est permis, interdit ou obligatoire de faire à des corps humains avant ou après la mort. Un bon moment intelligent !

    Si vous ratez ces deux occasions, vous avez encore un rattrappage possible le 24 mai à 17h et le 25 à 13h ou 17h dans le cadre des "Mystères de l'UNIL". Vous ne saviez pas que l'Université de Lausanne avait des mystères, franchement moi non plus !

    Enfin, si vous ratez tout mais que Vésale vous interpelle, vous avez jusqu'au mois d'Août pour aller voir la passionnante exposition que lui consacre le Musée de la main de la Fondation Verdan (aussi au CHUV). Les chefs d'oeuvre scientifiques et artistiques que constituent les planches anatomiques de Vésale y sont doublement  confrontés aux images les plus spectaculaires des technologies médicales actuelles et à des oeuvres et performances contemporaines. D'excellentes visites guidées sont possibles et, comme moi, vous risquez de mordre aux sujets et d'y passer bien plus de temps que prévu, entre l'art, la science, la médecine et les questionnements sur leurs interactions et leurs limites...

  • Pensées à varier !

    Imprimer

    J'ai attendu un peu pour vous parler du TRES REMARQUABLE numéro d'avril du Psikopat sur l'Education Nationale, Titanic français qui a trouvé ses icebergs entre les réactionnaires et les socio-néo-libéraux. Sorti début avril, vous auriez pu le prendre pour un poisson alors que, sous son plumage d'humour et de BD's, vous y trouverez un ramage philosophique et éducatif majeur et délicat. Il vous reste quelques jours pour vous le procurer avant la parution de son successeur...

    Psikopat 263 050080263001.jpg

    Sachez quand même que, si vous venez, par exemple, du Valais à Genève en train en lisant ce type de littérature, vous risquez de vous faire tabasser par des tarés, comme ce pauvre lecteur de Fluide glacial dont la Tribune a relaté l'Odyssée. Mais les humoristes sont généreux et Yan Lindingre, boss de FG a décidé de glorifier cette victime de la liberté de lire et de penser en le couvrant de cadeaux et d'abonnements. Il va être glorifié comme lecteur de l'année. Bientôt, certains vont se faire tabasser exprès dans les trains dans l'espoir de récupérer les soixante dix vierges (euh...) de nos rédactions !

    A propos de Fluide glacial, j'aggrave leur cas avec une nouvelle rubrique, "C'est fou la science !". Avec la redoutable complicité de "Terreur Graphique", dès le No de mai...    

    En tout cas, merci à la Tribune d'avoir dénoncé comme il se doit cet odieux attentat ferroviaire et signalé le comportement de gentleman du réd-chef. Les plus élégants ne sont pas toujours ceux qu'on croit...

    Notre ami Cuénod, le plouc chez les bobos, s'est pascalement éclaté à propos du prétendu ressuscité (drôle d'orthographe !) de la semaine. Foi de papyrus (le surnom de Poutine en Crimée)! Il aurait été marié à la divine (autrement) et volage Marie Madeleine. L'intérêt principal de la chose, c'est de montrer comment les églises ont choisi leurs sources parmi des infinités possibles, les ont découpées et rewritées selon leur besoins, et ont "canonisé" quatre Goodbooks, parmi tant d'autres contradictoires, pour faire croire à leurs salades. Comme elles ont "canonisé" des papes de l'Inquisition et veulent en faire autant pour leurs successeurs les plus rétrogrades... Pour ça, comme pour le divorce, faudrait qu'elles apprennent à "décanoniser", mais, contrairement aux sciences, elles ne reconnaissent jamais leurs erreurs...

    Moi, ce qui me plaît, à Pâques, c'est l'oeuf. Mais attention, pas n'importe lequel ! Surtout le premier oeuf, issu de la première fécondation du monde vivant, et auquel nous devons toute l'histoire de la biodiversité. Je raconte ça dans Le Courrier, jeudi prochain... Tellement plus important et lourd de conséquences que les ébats éventuels des peoples, style petit Jésus !